Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 31 décembre 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 31 décembre 2019

Patchwork — Ailleurs

Dernière revue de presse de cette année 2019, un peu sous la forme d’une patchwork. Il faut dire que comme il se doit, l’actualité éducative est en suspension. Le démarrage en 2020 devrait s’emballer autour des retraites et du métier, les deux thèmes étant liés dans la tête de notre ministre, et sur le bac et notamment les épreuves de première. On ira voir également ailleurs. Et je la termine avant votre départ pour vos réveillons.
Donc en route pour le rituel : toute l’équipe de la revue vous souhaite une très belle année 2020.


Patchwork

Démissions à l’Inspé : le rectorat tente-t-il d’interférer dans la formation des enseignants ?
Le rectorat a refusé, le 13 décembre, le seul candidat pour le poste de directeur de l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation Centre-Val de Loire. Ce dernier a démissionné de son rôle d’administrateur provisoire, avec son équipe de direction. Les personnels craignent une reprise en main des enseignements par le pouvoir politique.”

L’apprentissage est en nette hausse mais rate sa cible initiale Par Béatrice Madeline
En juin, on dénombrait 458 000 contrats de ce type en France. Cependant, les jeunes les moins qualifiés ne sont pas ceux qui en bénéficient le plus.”
La France s’est elle – enfin – convertie à l’apprentissage ? Longtemps boudé dans l’Hexagone, ce mode de formation, où alternent périodes de cours et d’autres en entreprise, séduit de plus en plus. En juin, 458 000 jeunes étaient en apprentissage, un record. Au premier semestre 2019, le nombre de contrats de ce type a augmenté de 8,4 % par rapport à 2018, qui était déjà une excellente année, selon les chiffres du ministère du travail.”
Mais le développement se fait de plus en plus au profit des formations supérieures et de plus en plus pour les adultes.

« Tout sauf mon collège de secteur » : les stratégies d’évitement de la carte scolaire Par Mattea Battaglia et Camille Stromboni
Parents d’élèves, ils ont choisi d’éviter pour leur enfant l’affectation dans leur établissement public de rattachement. Un « sport national », à l’entrée en 6e, qui prend des voies nouvelles.”
Ils ne sont jamais à court d’arguments pour expliquer leur choix. De « bonnes raisons » que ces parents d’élèves ont souvent dû défendre en famille, entre amis, avant de les faire valoir auprès des rectorats ou des établissements privés. Pour eux, pas de doute : leur enfant ne peut pas aller dans le collège public de secteur. Dans des milliers de familles, la discussion est en cours, en cette période de l’année qui voit se préparer les inscriptions en 6e.”

interview, Thomas Piketty : "Le budget de l’enseignement avantage énormément les riches"
Dans son nouvel ouvrage, l’économiste français Thomas Piketty parle, à nouveau, d’inégalité mais aussi de justice. "Une civilisation ne peut pas s’organiser en postulant simplement : ‘Nous sommes riches et vous êtes pauvres, c’est comme cela et pas autrement’. Entretien.
Thomas Piketty (48 ans) a de nombreux talents, mais pas celui d’écrire des ouvrages concis. "Oui, c’est à nouveau une brique", admet l’économiste français en posant son regard sur "Capital et idéologie". Son dernier opus compte plus de 1.200 pages, accompagnées de 169 graphiques et tableaux. "Je me refuse à parler d’un sujet sans avoir essayé de rassembler toutes les données possibles", sourit-il comme pour solliciter notre indulgence
.”

Les Assises du design mettent l’accent sur la formation par Mersiha Nezic
Cartographier l’offre de formation, valoriser le travail des diplômés, créer un diplôme bac+8 au niveau national... Les professionnels français du secteur ont travaillé à la valorisation de leur discipline lors des Assises du design, lancées au printemps dernier. Une restitution de ces travaux en décembre a donné lieu à six préconisations pour former au design.”

Parcoursup : 600 nouvelles formations intégrées à la plateforme
Le site dédié aux études supérieures est ouvert depuis le début des vacances de Noël. De nouvelles formations ont été intégrées à Parcoursup. Explications.
Mais l’un des changements qui sera le plus scruté concerne sans doute les études de médecine. Cette année marque en effet la fin de la PACES (première année commune aux études de santé), décriée pour être pour bon nombre d’étudiants un couperet. Deux types de parcours sont désormais proposés aux candidats par les universités …

Il y a aussi “Un portail pour les candidats en reprise d’études

L’escrime traditionnelle se taille une place à Tours
Une école traditionnelle d’escrime japonaise se développe et organise des stages à Tours. Cette méthode remonte à un enseignement du XVe siècle.
Créée en 2018 par Cyril Mitnik, un militaire de la DRH armée de terre, l’école traditionnelle d’escrime japonaise rassemble douze pratiquants, des jeunes mais aussi des quadras ou des quincas passés par d’autres arts martiaux. Tous commencent avec le sabre en bois, puis apprennent à manier le Bo, un bâton d’1,82 m, la hallebarde, le sabre court, les deux sabres, la lance et enfin le sabre. Mais pas question de tailler en pièce comme dans Kill Bill
.”


Ailleurs

Les prémices d’un islam de Belgique voient le jour dans l’enseignement supérieur par Sarah Freres
Un cursus de formation pour les futurs imams débutera en février à la KU Leuven, une première en Belgique, relèvent jeudi De Standaard, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg. Ce cursus a été élaboré en collaboration avec l’Exécutif musulman (EMB) et le gouvernement fédéral.” réservé aux abonnés

La Belgique crée deux certificats d’enseignement supérieur pour les imams francophones
“La KU Leuven fondée en 1425 est la plus grande université et la mieux classée en Belgique, et une des plus anciennes et des plus renommées en Europe. Cette institution proposera à partir de février le premier cursus visant à former des imams en Belgique. Côté francophone, la formation sera actée en janvier et commencera en septembre prochain.”

Abandon scolaire : L’heure est grave ! (au Maroc)
Pour la première fois, le Conseil supérieur de l’éducation, et de la formation et de la recherche scientifique, a publié une analyse de la situation de l’abandon scolaire dans le pays, un fléau dont le Maroc peine à se débarrasser, les détails...
Chaque année, l’abandon scolaire menace des milliers de Marocains, les obligeant à quitter les bancs de l’école avant l’obtention d’un certificat d’études ni même l’achèvement des cycles de l’enseignement obligatoire (primaire et secondaire collégial). Devant cette situation, et prenant en compte les enjeux que cela représente, le Conseil supérieur de l’éducation a édité, pour la première fois, un Atlas territorial de l’abandon scolaire, un outil des plus exhaustifs. Ses chiffres sont alarmants, confirmant que ce phénomène est loin d’être endigué
.”

Enseignements : deux cents cyber-centre à construire et à équiper en Guinée
Selon le Ministre, le président de la République dans le cadre de la qualification de l’enseignement et l’introduction des Technologies de l’information et de la Communication(TIC) est engagé à faire construire et équiper Deux cents (200) cyber-centre dans les établissements d’enseignement secondaire, supérieur et professionnels.”
Comment la Finlande est devenue le leader mondial de l’éducation pour tous
Cela peut sembler paradoxal, mais la Finlande a développé l’un des systèmes éducatifs les plus performants au monde en demandant aux élèves de passer moins de temps à l’école et en leur donnant moins d’examens et de devoirs.“ A remarquer : l’objectif central du système finlandais, l’éducation pour tous !

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 556 - Sujets à émotions
Dossier coordonné par Florence Castincaud et Jean-Charles Léon
octobre 2019 Même si les émotions et le vécu font partie du processus d’apprentissage, le sujet doit les dépasser pour devenir sujet apprenant ou enseignant. Quels moyens didactiques et pédagogiques permettent de surmonter ces peurs d’apprendre ou d’enseigner ? Comment se former pour prendre conscience des affects dans la classe ?

N° 557 - L’autorité éducative
Dossier coordonné par Michèle Amiel et Bruno Robbes
Décembre 2019
Dans une société dominée par l’individualisme et l’immédiateté, dans une école affectée par la contestation des savoirs, l’exercice de l’autorité est mis à l’épreuve. Comment tenir le cadre nécessaire à des apprentissages exigeants et instaurer une relation d’autorité qui émancipe ?