Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 24 janvier 2021


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 24 janvier 2021

En temps de Covid — Pendant ce temps — De bonnes volontés

La crise sanitaire est toujours au centre des débats, confinement ou pas, difficultés de l’orientation, organisation des examens, situation dans le supérieur etc... Et on s’interroge sur le numérique et le distanciel. Pendant ce temps, des luttes se poursuivent, des inquiétudes se développent, et Blanquer, de son côté poursuit…. et de l’autre, il s’interroge, ira-ira pas. Heureusement il reste quelques bonnes volontés.


En temps de Covid

JPEG - 91.3 ko

N’oubliez pas d’aérer et de vous aérer

En début de semaine, Blanquer réfute toute « explosion de la contagion » à l’école, Il indique également pas d’allongement des vacances de février et pour le supérieur, Le Président parle le jeudi : Un jour par semaine en présentiel, repas à un euro pour tous, chèque psychologique… Le plan de Macron face au malaise des étudiants, et le vendredi, les Echos annoncent : “Les modalités de mise en œuvre de la reprise des cours sur site annoncée par Emmanuel Macron jeudi à Saclay viennent d’être transmises aux universités et grandes écoles. La circulaire du ministère de l’Enseignement supérieur - que « Les Echos » ont pu consulter - vient d’être adressée aux établissements.”

Les examens sont touchés. En début de semaine, Blanquer indique : le report des épreuves de spécialité en juin est « une hypothèse » (Blanquer). Et quelques jours après, Le Café pédagogique annonce “Dans un courrier envoyé aux enseignants le 21 janvier au soir, JM Blanquer annonce que les épreuves de spécialité du bac 2021 auront lieu au contrôle continu. Il répond ainsi à la demande des syndicats et de très nombreux enseignants. Mais il annonce aussi un encadrement de ce contrôle continu. L’épreuve de français est maintenue mais avec quatorze textes seulement en voie générale et sept en voie technologique.” Et le Monde énumère Commissions d’harmonisation, sujets communs… les contours d’un bac au contrôle continu. Dans le Supérieur, les situations et les ressentis très divers préoccupent de plus en plus.
Covid-19 : "Les classes prépas ont pu continuer à fonctionner, pas les universités" Propos recueillis par Copélia Mainardi : “Déjà particulièrement touchés par la précarité économique, les étudiants souffrent du manque d’accès à toute expérience culturelle, qui ajoute à leur détresse. Quelles peuvent être les conséquences à plus ou moins long terme de la fermeture des lieux et de cette absence d’échange, pourtant déterminant ? Entretien avec la sociologue Viviane Albenga.”

Les témoignages s’enchaînent. Dans Le Monde, « Je me sens chanceux d’aller en cours » : les étudiants en BTS, presque sains et saufs. “Ils sont les seuls, avec ceux des classes préparatoires, à suivre leurs cours en présentiel. Un enjeu majeur pour ces élèves : à Champigny-sur-Marne, la moitié du BTS informatique a décroché lors du premier confinement.” Par Romane Pellen, abonnés. Dans The Conversation, une recherche est présentée : Cours à distance : qu’en pensent vraiment les étudiants ?.
Et Monique Royer, dans ses portraits du jeudi, propose un portrait collectif par temps de solitude de Thomas, Yuna, Lauriane, Julie, Léa, Romain et Hugo qui sont “étudiants, dans des cursus et des lieux différents. Ils ont en commun de vivre leurs études dans l’a-normalité, de voir leur jeunesse en suspens. Portrait collectif par temps de solitude.”

La crise pèse également sur l’orientation des élèves et des étudiants. L’opération Parcoursup est ouverte. Séverin Graveleau, pour les abonnés du Monde, fait le constat : Les conseillers d’orientation, pompiers de la crise sanitaire et de la réforme du lycée. “Les psychologues de l’éducation nationale reçoivent dans leurs bureaux de nombreux jeunes déboussolés par la réforme du lycée et l’impact de la crise sanitaire.” A propos de Parcoursup 2021, pour certain, « On dédramatise ! Les vœux de formation n’engagent pas pour toute la vie » et pour d’autres, “Les effets de la crise sanitaire et la réforme du lycée compliquent les choix des futurs bacheliers. Au risque d’accroître les inégalités.” Et pour les professeurs principaux, chargés de l’orientation, c’est le système D. Il faut dire que “Les lycéens sont censés bénéficier d’un accompagnement sur un horaire non financé par le ministère de l’éducation nationale.” Et dans les collèges, les moyens pour informer sont également touchés ainsi à Sablé-sur-Sarthe. Une journée d’orientation pour les collégiens... dans un bus. Partout, les Salons virtuels remplacent les salons physiques : Un salon virtuel d’orientation pour poursuivre ses études en France. Et les régions sont impliquées : Mon orientation c’est la Région ! Mais on signale de partout l’absence des brochures régionales qui étaient réalisées par les Dronisep... Heureusement le ministère propose une page spéciale : Des services numériques d’aide à l’orientation vers les études supérieures.

C’est aussi l’occasion de poser des questions et faire des constats. Les études supérieures, investissement rentable ? se demande La Croix.
Dans les grandes écoles, la diversité sociale n’a pas progressé en dix ans constate Le Monde. Les filles, toujours minoritaires dans les écoles d’ingénieurs. “Les étudiantes représentent un quart des inscrits. Une proportion qui n’a pas bougé entre 2006 et 2016, selon une étude menée par des chercheurs de l’Institut des politiques publiques.” Et Benoît Coquard, sociologue : « Dans certains milieux ruraux, la culture anti-études reste très forte »

On s’interroge également sur le numérique et le distanciel. Un article intéressant nous vient du Québec : L’école virtuelle susceptible de donner des résultats « catastrophiques ». Aymeric Patricot, professeur de lettres, essayiste et romancier, auteur de Les bons profs (Plein jour, 2019) affirme « Enseignant, pourquoi je résiste en partie au numérique éducatif ».
Loriane Lafont, doctorante en langue et littérature françaises à l’université de Chicago fait la comparaison pour Le Monde : “Si les universités américaines ont réussi le pari d’une transition pédagogique en ligne, le système universitaire français fait au contraire les frais de son manque de souplesse."


Pendant ce temps

Des luttes se poursuivent. En Dordogne, et ailleurs : un mouvement des assistants d’éducation et accompagnants d’élèves. Les assistants d’éducation ne veulent plus être des pions. L’appel à la grève du 26 janvier est relayée par exemple par l’Humanité : Éducation. Les « choyés » prennent le pavé contre maître Blanquer.

Des inquiétudes se développent. Ouest-France : Projet de loi « séparatisme » : L’enseignement catholique est sceptique. Et dans Marianne, l’amendement déposé par des députés de La République En Marche (LREM), jugé irrecevable est présenté : "En voilant les fillettes, les islamistes cherchent à les formater suffisamment tôt"

La Tribune de Saphia Guereschi et Carole Pourvendier, Secrétaires générales du Snics-FSU ; Carla Dugault, Coprésidente de la FCPE ; Benoît Teste, Secrétaire général de la FSU, affirme « La décentralisation de la santé à l’école ne garantit ni l’amélioration des politiques de santé, ni celle de la réussite scolaire »

Et Blanquer, de son côté… établit une liste noire au ministère de l’Éducation nationale d’après Roland Goigoux sur son Blog.

À propos de l’affaire « Avenir lycéen » pour Médiapart, il y a un nouveau mouvement en gestation
et dans Libération, Marie Piquemal s’interroge : Avec les Lycéens, Avenir lycéen en passe de renaître de ses cendres ? Et il contre-attaque : Avenir lycéen : cette fois, le ministère saisit l’Inspection générale "Par la même occasion, le ministère étend le champ des investigations : sont désormais visés les comptes de l’ensemble des organisations lycéennes mais aussi des associations de parents d’élèves sur les dix dernières années." Mais il s’interroge également, ira-ira pas. Pour le Figaro, Élections régionales : en Île-de-France, l’option Blanquer s’éloigne, LREM cherche un « plan B ». Et sur France info, Élections régionales : Jean-Michel Blanquer "réticent" à mener la liste LREM en Île-de-France.


Restent quelques bonnes volontés que l’on a glanées au cours de cette semaine.

Enseignement : Jean-Michel Blanquer veut réduire la fracture campagne-ville. “Un élève sur cinq vit à la campagne. Alors que leurs résultats scolaires sont aussi bons jusqu’au collège, ils accèdent moins à l’enseignement supérieur que les autres. Une fracture que veut réduire le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. Il lance une expérimentation en Normandie ce lundi 18 janvier.”

Pour Najat Vallaud-Belkacem : « On manque d’inclusion » à l’école. “Souvent présentée comme la pierre angulaire du vivre ensemble, l’école a essuyé de nombreuses critiques ces dernières années : trop élitiste et excluante selon certains, trop conciliante et égalitariste selon d’autres. Mais quel rôle joue-t-elle vraiment pour le vivre-ensemble ? Faut-il la repenser, ou est-elle au contraire ce dont le reste de la société devrait s’inspirer ? Najat Vallaud-Belkacem et Mathieu Bock-Côté sont les invités de Jérôme Chapuis dans Un Monde en Docs pour répondre à ces questions.”

Un lycée pour se raccrocherIls avaient décroché du système scolaire depuis plusieurs années. Le microlycée leur a ouvert ses portes. Dans cette structure scolaire expérimentale de l’Éducation nationale, l’équipe pédagogique tente de les réconcilier avec l’école et avec eux-mêmes. Pour écrire cette nouvelle histoire, Grand-Format s’est immergé pendant une semaine au microlycée de Caen.”

Dans un texte collectif publié dans l’Humanité : “Alors que tout converge vers une croissance des inégalités, enseignants et pédagogues de la maternelle à l’université lancent un appel pour une « école ambitieuse » et une « culture commune ».”

Sexisme : comment sensibiliser les lycéens aux inégalités de genre ?Au lycée des métiers Armand Guillaumin d’Orly (Val-de-Marne), une classe de bac professionnel, formée aux métiers du social, participe à des ateliers tout au long de l’année pour bousculer leurs préjugés de genre et les sensibiliser au sexisme ordinaire.”

Le Pass culture sera généralisé en 2021 et intégré dans « un parcours d’éducation artistique et culturelle »

Bernard Desclaux


La revue de presse des Cahiers pédagogiques évolue ! Aujourd’hui, on trouve facilement des tas d’articles en ligne, qui circulent et s’échangent notamment sur les réseaux sociaux. Nous avons donc pensé que ce que nous pouvions vous apporter, c’était autre chose, soit le recul et le temps du commentaire, en proposant une revue de presse hebdomadaire, plus hiérarchisée, plus sélectionnée et largement commentée, toujours, bien sûr, sous l’angle des questions éducatives.


JPEG - 23.5 ko

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

Suggestions thématiques :
N° 513 - Quelle éducation laïque à la morale ?
Dossier coordonné par Élisabeth Bussienne et Michel Tozzi
mai 2014
Que s’agit-il d’enseigner, pour ce qui ne peut se réduire à une discipline scolaire ? Dans quel objectif, entre pacification des relations et formation du jugement moral ? Qui pour le faire, dans quel cadre ? Bien des questions, et ce dossier ose dès maintenant des réponses, dans la conviction que nous touchons là à un rôle fondamental de l’école.

Hors-série numérique Travailler avec le dessin de presse
Dossier coordonné par Florence Castincaud
Juin 2018
Faire entrer le dessin de presse dans la classe : pourquoi ? Comment ? Parce que le trait de crayon est un outil alternatif pour faire entrer dans l’analyse et la réflexion, parce que le dessin génère des pratiques nouvelles, parce qu’il ne laisse personne indifférent, parce qu’il offre un vrai espace à la liberté de pensée. Mais lire et comprendre un dessin de presse, cela s’apprend ! Témoignages de professeurs, de dessinateurs, récits de pratiques et bien sûr florilège de dessins !
N° 530 - Former les futurs citoyens
Dossier coordonné par Laurent Fillion et Pascal Thomas
juin 2016
Mise en place du nouveau socle commun, de l’enseignement moral et civique : l’éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?


N° 563 : Actualité de la métacognition
septembre-octobre 2020
Dossier coordonné par Marc Romainville et Jacques Crinon
À quelles conditions la connaissance de sa propre pensée peut-elle aider à mieux apprendre ? Quelle place pour les émotions, la confiance en soi, les stéréotypes ? Le point sur les nouvelles approches métacognitives.
N° 562 :Profs, exécutants ou concepteurs
Dossier coordonné par Sabine Coste et Nicole Priou
n° 562 juin 2020
Comment les enseignants, individuellement et collectivement, interprètent-ils des textes officiels apparemment intrusifs de manière à stimuler leur créativité ? Comment s’approprient-ils des situations matérielles, organisationnelles, sociales fortement contraignantes ?
Construire ensemble l’école d’après
Sylvain Connac - Jean-Charles Léon - Jean-Michel Zakhartchouk
Edtions ESF - Prix 18,00 €
L’école « d’après », un vain slogan, un conte de fées pour ceux qui penseraient que, aux lendemains de la crise sanitaire, une autre école va naître, plus juste, plus en prises avec le monde ? Ce livre, coordonné par des pédagogues engagés, et fruit d’un travail collectif avec le réseau du CRAP-Cahiers pédagogiques, contient de nombreuses propositions pour passer du slogan à la mise en œuvre : comment utiliser à bon escient les outils du numérique, comment modifier programmes et pratiques pour penser le monde actuel (parcours santé, esprit critique…), comment intégrer le respect de l’environnement dans le quotidien de l’école, comment prendre mieux en compte les familles, comment au quotidien, lutter contre les inégalités.