Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Qui enseignera en 2010 ?


Actualité éducative du N° 412 - mars 2003

Qui enseignera en 2010 ?

Par Jacques George

10 mars 2003
On sait que l’Éducation nationale a du mal à prévoir à moyen terme. D’où les à-coups dans les effectifs et les recrutements. Pourtant, les futurs collégiens et lycéens de 2010 sont déjà nés. Et la direction de la programmation et du développement du ministère donne dans sa revue [2] une « projection du système éducatif à dix ans ».

Les maternelles doivent fortement augmenter d’ici cinq ans, mais elles se retrouveront pratiquement au niveau actuel dans dix ans. Les classes élémentaires augmenteront de 4,5 %. Les collèges devraient perdre 4 % de leurs élèves. Les lycées, en légère augmentation d’ici cinq ans, perdraient 4 % dans dix ans, les lycées professionnels en perdant 5,5 %. Cependant, ces deux derniers chiffres dépendent aussi des choix qui seront faits respectivement pour les LEGT et pour les LP.

En regard, 380 000 enseignants, soit 42 %, partiront en retraite d’ici 2010. Ces départs étant plus nombreux à Paris et dans le sud du pays, où les enseignants sont plus âgés en moyenne, il y aura un appel d’air, faisant glisser les enseignants du Nord, de l’Est ou de la banlieue vers Paris et le Sud, si on ne prend pas de mesures pour atténuer ces différences.

En rapprochant ces chiffres, l’étude conclut qu’il y a un besoin de 20 000 enseignants du second degré en moyenne annuelle, si on raisonne sur les effectifs d’élèves actuels, de 17 000 seulement si on raisonne sur les effectifs d’élèves prévisibles ; les recrutements actuels étant de l’ordre de 16 000. Pour le premier degré, les départs seront de l’ordre de 17 000, les recrutements actuels sont de l’ordre de 12 000. Si on sait qu’il sort chaque année de l’enseignement supérieur long environ 160 000 étudiants, on voit la difficulté prévisible, indépendamment de toute considération budgétaire, et sans compter la durée nécessaire à la formation initiale.

Il n’y a pas de temps à perdre.

Jacques George


[1Education & formations (n°63, 140 pages, 12,20 €)

[2Education & formations (n°63, 140 pages, 12,20 €)