Accueil > Publications > Articles en ligne > Quel contenu pour le projet d’établissement ? "Quid facti ? Quid juris (...)


N°383 - dossier “L’administration tue-t-elle la pédagogie ?”

Quel contenu pour le projet d’établissement ? "Quid facti ? Quid juris ?"

Par Gérard Beugnet


Il y a maintenant place pour une réflexion fondamentale sur les objectifs qui, DE DROIT, entrent dans le projet d’établissement.

Cela n’était pas possible jusqu’à présent parce que se trouvait mise en avant " la spécificité des établissements " : au nom de cette spécificité, l’établissement était seul pour inventer des réponses à tous ses problèmes. Aux autres niveaux de responsabilité du service public, chacun ne prétendait qu’au rôle d’évaluateur des projets d’établissement, sans assumer sa part de responsabilité dans l’élaboration des projets. Combien de projets d’établissement ont la chance d participer d’un projet départemental ou académique ?

À partir du moment où le Ministère de l’Éducation nationale demande expressément que soient inscrits dans les projets certains objectifs pédagogiques transversaux et d’éducation, la spécificité des établissements passe au second pian. Mieux, la Direction des Collèges prend l’initiative de diffuser des projets pédagogiques (cf. Les savoir-faire transversaux dans " La maîtrise de la langue au collège ", C.N.D.P. Collection Collège.) que l’établissement n’a plus à réinventer au prix de nombreuses heures de concertation.
C’est une évolution importante qui doit modifier notre approche, notre mode d’élaboration du projet.

1/Modes d’élaboration d’un projet d’établissement

On pourrait ramener à trois les méthodes d’approche, les modes d’élaboration du projet d’établissement :

- A/Opportuniste :

" Tirer parti des circonstances, les utiliser au mieux. "
Le chef d’établissement met bout à bout ce qui se fait ; le projet est la somme des initiatives
individuelles ou d’équipes restreintes : cela pouvait être un ensemble de PAE.

L’action est limitée dans l’espace ; elle ne répond pas aux besoins : on travaille sur des groupes d’élèves, non sur des niveaux.

L’action est limitée dans le temps : elle repose sur la présence et la motivation de l’animateur.

Les demandes de formation sont individuelles, sans relation nécessaire avec les besoins de la pratique.

- B/Pragmatiste :

La définition du pragmatisme n’est pas toujours facile à saisir : l’objet est défini par la somme de ses manifestations et des actions que nous pouvons avoir sur lui.
En clair, l’élaboration du projet colle au terrain et fonctionne sur le schéma :

Principe formel de distribution : dans une entreprise organisée de façon pyramidale, quand une action mobilise plusieurs personnes ou services d’un même niveau, elle est de la responsabilité du niveau immédiatement supérieur.

La distribution qui suit cherche à établir ce qui, de droit, doit entrer dans le projet d’établissement et sa relation avec les autres projets.

Objectifs -> | Projet - > | Responsabilité
Objectifs disciplinaires, Projet individuel, le professeur et ia classe,
(prograoune disciplinaire ) ( projet nationat - ( I.P.R.).
Objectifs disciplinaires Projet d’établissement I’équipe disciplinaire,
interdasses ou dans la durée itéquipe de direction, I’IPR.
(la formation de la 6e à la 3e)

Objectifs transversaux Projet d’établissement I’équipe interdisciplinaire,
(synchrones) l’équipe de direction.

Objectifs transversaux dans Projet d’établissement itéquipe interdisciplinaire,
la durée (suivi sur 4 ans), I’équipe de diredion
Objectifs disciplinaires ou Projet acadérnique Recteur,
transversaux dans la durée et départemental, Inspecteur d’ Académie - IEN,
Ecoh College-Lycée, dimension interétablissernent équipe interétablissement,
du projet d’établissement

EXEMPLE : application à un objectif de la formation générale de l’élève, " La prise de notes ".

  • Le professeur, sa discipline, sa classe : (projet individuel)
    Le professeur, sur les contenus de son programme disciplinaire, pratiquera des activités de formation, d’entraînement à la prise de notes. L’efficacité de chacun dépendra de la prise en charge collective et de la multiplication des exercices.
  • Les professeurs d’une même discipline pourront mettre en commun les activités qu’ils construisent pour un niveau donné. (projet d’établissement)
  • Les professeurs d’une division : (projet d’établissement)
    Ce n’est pas seulement l’affaire du professeur de Lettres (bien qu’à son programme) ou du professeur d’histoire. Toutes les disciplines peuvent et doivent contribuer à la formation de l’élève.
  • Les professeurs du collège : (projet d’établissement )
    Le projet d’établissement a pour fin de développer l’autonomie de l’élève en l’aidant à acquérir les techniques qui facilitent l’accès au savoir, dont la prise de notes. Le projet d’établissement organise l’information et la formation des enseignants sur cette question. Tous les professeurs du Collège contribueront à former leurs élèves dans ce domaine en se conformant à la répartition des objectifs par niveau.

Liaison Collège - Lycée : (Projet départemental ou académique ?)

Il est de la responsabilité d’un Inspecteur d’académie ou d’un Recteur de faire en sorte que la population accueillie par le lycée soit plus homogène et de mettre en cohérence la formation donnée au collège et la formation poursuivie au Lycée.

- B/Finalités et objectifs généraux du projet d’établissement

  • 1/L’environnement, les conditions matérielles, la GRH sont du domaine du projet d’établissement : La gestion de l’espace et des locaux, La gestion du temps : les rythmes trimestre, semaine, jour, emplois du temps.
    La gestion des personnes et des groupes : la structure pédagogique, les services, les responsabilités, les solidarités Même si l’autonomie de l’établissement est très relative dans ces domaines, des choix peuvent être faits en fonction des valeurs et des buts retenus.
  • 2/La fin et les buts de la formation : la question du sens.
    À la base de la réflexion :
    La finalité de la formation, de l’éducation et la finalité du projet d’établissement sont une même chose. Cela nous renvoie à la définition de l’éducation.
    Voici une définition de l’éducation :
    " L’éducation de l’individu humain est un dressage dont le but dernier est de faire de l’éduqué un éducateur, éducateur de lui-même autant que de tous ceux qui ont besoin d’éducation. " Eric Weil, " Philosophie Politique ", Vrin.
    On peut discuter la méthode, le but est, lui, généralement admis. Plus exactement, on trouvera difficilement quelqu’un pour proposer la dépendance et l’hétéronomie comme fin de l’éducation. La fin de l’éducation est l’autonomie.
    Nous devons favoriser 1’accés de l’enfant à l’autonomie dans tous les domaines où nous avons à conduire son développement. Et cela vaut aussi pour toutes les personnes qui composent la communauté scolaire.

Le projet d’établissement apparaît alors comme un réseau complexe de relations où se combine la variété des disciplines, la multiplicité des domaines de développement avec leur valeur de référence, la totalité des objectifs de formation.

Une réflexion individuelle et collective sur le sens et les finalités de l’enseignement d’une discipline, une identification des domaines de formation dans lesquels elle est plus particulièrement efficace, semblent une démarche nécessaire pour que tous puissent savoir ce à quoi chacun contribue dans le développement de l’enfant.

En conclusion, on peut penser qu’une telle approche du projet d’établissement est susceptible de donner un sens à l’enseignement disciplinaire, d’éclairer la référence aux valeurs, d’enrichir la culture pédagogique de chacun et de faire évoluer les pratiques individuelles et collectives.

Gérard Beugnet


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 541 - Les tâches complexes à la loupe

    Bibliographie : quelques livres, articles et sites
  • N° 541 - Les tâches complexes à la loupe

    S’appuyer sur l’oral
  • N° 541 - Les tâches complexes à la loupe

    Apprendre à penser ce qu’on fait
  • N° 541 - Les tâches complexes à la loupe

    Une gymnastique de précision
  • N° 541 - Les tâches complexes à la loupe

    La place des tâches complexes dans la classe inversée
  • N°517 Tout commence en maternelle

    Mettre au centre la résolution de problèmes
  • N° 540 - Rubrique « Faits et idées »

    «   Ça m’a vraiment servi en classe !   »
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Sélection bibliographique
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Ils ont même applaudi !
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Plaidoyer pour l’alternance