Accueil > Ressources > Nous avons lu > Quand le paranormal manipule la science, Comment retrouver l’esprit (...)


Quand le paranormal manipule la science, Comment retrouver l’esprit critique

Serge Larrivée, PUG, 2014, 246 pages

17 février 2015

Le nouveau socle commun insiste fortement sur la formation à l’esprit critique. Et sans doute la démystification des « fausses sciences » en est-elle une composante. Dans cet ouvrage grand public, l’auteur, qui enseigne à l’École de psychoéducation de Montréal, évoque le succès actuel du paranormal qui rencontre un « climat socio-culturel » favorable et propose des pistes pour démonter les arguments utilisés pour les défenseurs des « fausses sciences ». Il en dénote 26 et c’est la partie la plus intéressante du livre qui par ailleurs classe un peu vite par exemple la psychanalyse du mauvais côté et n’examine pas suffisamment à nos yeux les responsabilités des sciences et de leur tentation du dogmatisme dans cette montée de l’obscurantisme. Mais cette synthèse qui cite de nombreux exemples de démystificationdont certains célèbres, s’avèrera utile à ceux qui à l’école se donnent pour tâche difficile de lutter contre l’emprise de croyances diverses, dont l’astrologie scandaleusement couronnée à l’université (thèse de madame Tessier) est une des composantes majeures. Comment en particulier utiliser le doute au profit de l’esprit scientifique et non pour développer le scepticisme envers les « vérités officielles » ? Comment éviter la confusion entre corrélation et causalité ? Comment user avec discernement des chiffres dans les phénomènes récurrents en réhabilitant le hasard ?

Les pages 198 à 204 concernent plus spécifiquement l’école et l’auteur prône classiquement une éducation aux médias, mais aussi l’engagement des élèves dans des recherches scientifiques « citoyennes » (cartographier l’espace de manière collaborative pour s’éloigner de la carte du ciel des astrologues) et… la lecture des romans policiers.

Le dernier chapitre conclusif a un titre bien suggestif : « entre l’ouverture béante de l’esprit et l’excès de scepticisme ». Mais les positions nuancées modérées ne sont pas toujours bien populaires aujourd’hui…