Accueil > Publications > Articles en ligne > Pour qui bloguent les profs ?


N°482 - Dossier "Le Web 2.0 et l’école"

Pour qui bloguent les profs ?

Par Mathilde Bernos

Enseignante-documentaliste dans un collège, j’ai ouvert en 2007 un blog qui occupe une partie de mon temps libre. Deux ans plus tard et face à l’ampleur de ce phénomène, j’ai essayé de réfléchir à ses usages et intérêts par rapport à ma profession. Voici donc un petit témoignage et un questionnement plus large sur les motivations des enseignants : pourquoi, pour qui bloguent les profs ?

Le blog Le Bateau-Livre était initialement un support pour un stage sur la littérature de jeunesse [1], destiné à des enseignants-documentalistes et de français. J’ai commencé par y publier des sitographies, des bibliographies, des activités autour de la lecture. Quand on gère un CDI, il est fréquent d’échanger des références de documents et des pratiques pédagogiques avec ses pairs, lors de réunions ou sur les listes de diffusion, et de suggérer des idées aux collègues de son établissement. Je me suis rendue compte qu’il était beaucoup plus facile et rapide de diffuser des ressources via le blog que sous forme de pièces jointes ou de photocopies comme je le faisais auparavant.

Écrire pour les autres
Encouragée par cet aspect pratique, j’ai développé d’autres thèmes : la gestion d’un CDI, la recherche documentaire, le carnet de voyage, l’éducation à l’image, etc. J’ai également souhaité mettre en ligne les documents utilisés avec les élèves lors des séances. J’ai pris le parti, depuis quelques années, de les faire travailler à partir de diaporamas. Mais je n’avais pas le temps de tout remettre en page pour le blog. La découverte du service Internet Slideshare m’a permis d’exploiter directement les fichiers déjà prêts et d’élargir le public du Bateau-Livre à mes classes, notamment aux sixièmes, pour une initiation à la recherche. Un portail de ressources réalisé avec Netvibes, La Toile du CDI, leur sert de page d’accueil sur le Web et regroupe les liens utiles pour les séances, dont la base documentaire du CDI et les diaporamas publiés sur le blog : le classement, BCDI, les clés du livre, etc. À chaque cours, ils complètent une fiche pédagogique grâce aux explications en ligne. Ils sont plus actifs et autonomes que lorsque je leur donnais les consignes uniquement à l’oral, même s’ils ont toujours besoin d’une aide individuelle. Cela leur permet d’avancer à leur rythme : les plus rapides passent à la fiche suivante, approfondissent une notion ou assistent les camarades en difficulté. Ils peuvent accéder aux modes d’emploi à tout moment, même en dehors du CDI. Le blog est rapidement devenu un outil dont j’aurais du mal à me passer pour organiser mes séances ou informer les collègues.

Écrire pour soi
Renseigner les professeurs et former les élèves sont donc deux bonnes raisons pour tenir un blog. Mais sont-elles les seules ? J’ai lancé un sondage, afin de mieux cerner celles d’autres enseignants-blogueurs. À la question « Qu’est-ce qui motive le plus la publication sur Internet ? », 60 % répondent « les élèves et leurs familles », 14 % « les collègues » et… 19 % « soi-même ». Presque la moitié ne publie d’ailleurs pas que des articles pédagogiques, mais aussi sur la vie quotidienne ou une pratique artistique. Ces chiffres m’incitent à penser que cette activité présente plus qu’un intérêt pédagogique. Elle prend beaucoup de temps, sans être une obligation professionnelle, alors que nous avons déjà fort à faire… Quelles sont les motivations sous-jacentes ?

Il existe plusieurs théories expliquant les facteurs de la motivation. Le psychologue américain Maslow les répartissait en une pyramide des besoins : de survie, de sécurité, de relations sociales, d’estime et de réalisation de soi. Sont-ils tous satisfaits dans notre milieu professionnel ? Qu’en est-il du sentiment d’échec que l’on éprouve parfois en intervenant auprès d’adolescents en difficulté ? De l’impression de travailler toujours dans l’urgence, sans avoir suffisamment de temps de concertation entre collègues ? Du manque de reconnaissance de la part de l’institution ? Des obstacles que nous rencontrons dans nos projets professionnels, perspectives d’évolution ou de mutation ?… J’observe ces doutes et ces frustrations chez moi ou d’autres après dix ans d’enseignement. Face à ces difficultés, j’ai ressenti la nécessité de trouver plus de sens aux efforts déployés et de renouveler mon intérêt pour mon métier, parfois routinier.

Je réalise que le blog a rempli cette fonction pour moi. Il m’incite à expérimenter et mettre en forme mes idées de façon plus aboutie, puisqu’elles sont visibles par tous. Les productions des élèves sont mises en valeur sur le site du collège et ils semblent éprouver plus de plaisir à travailler avec un ordinateur. Comme eux, je m’amuse davantage en ayant recours à l’informatique, qui aboutit à une présentation plus attrayante des écrits. Je cherche avec curiosité des outils pour rendre mes articles plus pratiques à consulter. Les retours, de la part de collègues, m’encouragent et me stimulent. Des publications sur Internet amènent un public plus vaste que celui que l’on avait imaginé au départ. Des inconnus les retrouvent par le biais des moteurs de recherche. Des échanges variés et enrichissants en découlent. Le blog n’est pas qu’un lieu d’expression ou un outil d’information, c’est aussi un moyen de communication : les lecteurs réagissent aux articles par le biais des commentaires ou du lien « contact ». J’ai ainsi fait connaissance avec des bibliothécaires ou des enseignants de toute la France et de pays francophones, qui m’ont questionnée sur mon travail et m’ont présenté le leur. Mettre en commun me parait important dans notre domaine, car nous n’avons pas le temps de tout réinventer à chaque cours. J’apprécie ce partage : montrer, répondre aux questions, en poser, trouver des pistes sur le blog des autres… J’ai découvert dans ce petit univers virtuel les échanges et une certaine reconnaissance qui me manquaient dans mon quotidien d’enseignante.

Pourquoi et pour qui bloguent les profs ? Pour informer, partager, motiver… Pour les élèves, les collègues, eux-mêmes... L’établissement scolaire est un lieu clos, dont on a parfois l’impression d’avoir fait le tour, où la vie est rythmée par le calendrier de l’année scolaire et les sonneries des heures de cours. Internet propose une ouverture et le blog un espace de liberté, de créativité et de spontanéité, la possibilité de contribuer à des échanges au-delà des murs de la classe…

Mathilde Bernos
Professeure-documentaliste en collège à Gonesse (Val d’Oise)


[1« Donner le gout de lire », coanimé avec Brigitte Réa dans l’Académie de Versailles.

Le Bateau Livre


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 538 - La parole des élèves

    Bibliographie-sitographie
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles de lycéens engagés
  • N° 538 - La parole des élèves

    À Malika
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles d’élèves et coconstruction des savoirs
  • N° 538 - La parole des élèves

    Des mots et des murs
  • N° 537 - Classes inversées

    Bibliographie-sitographie
  • N° 537 - Classes inversées

    En EPS, un gadget pédagogique ou un outil d’avenir ?
  • N° 537 - Classes inversées

    Les classes inversées, variété et effets différenciés
  • N° 537 - Classes inversées

    Classe inversée et décrochage scolaire
  • N° 537 - Classes inversées

    « Monsieur, j’ai pas fait mes devoirs »