Accueil > Publications > Les avant-propos > Les maths, c’est bath !


Avant-propos du n° 529 - Des maths pour tous

Les maths, c’est bath !

Guillaume Caron et Rémi Duvert

«  On apportait des cartes, non pour jouer, mais pour y apprendre mille petites gentillesses et inventions nouvelles, toutes issues de l’arithmétique. En ce moyen [Gargantua] entra en affection d’icelle science numérale [mais aussi] des autres sciences mathématiques, comme géométrie, astronomie et musique…  »
Rabelais, Gargantua, chapitre XXIII, 1534.


Et si on essayait de vraiment changer l’image des mathématiques ? De les faire apprécier de tous (élèves, parents, journalistes) ? De les présenter pour ce qu’elles sont : un jeu de construction, une œuvre humaine universelle (certes élaborée avec rigueur, mais par là même rassurante !), une galaxie aux aspects parfois métaphysiques (le mystère de l’infini) ? Et de redire le plaisir qu’on éprouve à s’approprier des problèmes, à chercher en équipe, et surtout à trouver des solutions ? Ou à créer une petite œuvre d’art géométrique ?

Nous sommes bien sûr conscients de l’ampleur de la tâche, mais nous espérons que ce dossier y contribuera modestement.

Le titre du dossier, Des maths pour tous, sous-entend en fait deux questions différentes : quelles mathématiques enseigner à tous les jeunes de ce pays ? Quels sont les fondamentaux qu’on estime nécessaires à la vie courante des citoyens au sein de notre société ? Mais aussi comment, pour autant, ne pas oublier ceux qui se destinent à des parcours scientifiques ? Comment embarquer tous les élèves dans l’apprentissage de ces mathématiques, dès l’école maternelle, ne pas en laisser au bord du chemin, et donner à tous un sentiment de réussite dans cette discipline encore trop souvent connotée comme sélective ?

On aura donc compris que les articles de ce dossier concernent essentiellement l’école primaire et le collège. Nous avons souhaité privilégier les témoignages de pratiques concrètes. Pour autant, si l’on dépasse cet aspect, on constate que les articles regorgent de réflexions plus globales sur ce que peut être un enseignement des mathématiques pour tous.

À travers ce dossier où l’élève est omniprésent, les auteurs montrent que la recherche sous toutes ses formes est bien le cœur du réacteur de mathématiques qui ne peuvent se contenter d’être une discipline applicative, et qui sont bien ce mélange paradoxal de création et de rigueur qui en font un objet scolaire à part.

Qu’ils osent mettre en place un Lab’maths à l’école primaire, qu’ils proposent de passer par le jeu y compris au collège, qu’ils inscrivent les maths dans le quotidien, les contributeurs ont ce souci d’ouvrir à tous la porte de l’activité mathématique réelle. Un choix qui n’oublie pas l’importance de se regarder réfléchir et de l’exprimer, élément qui apparait aussi dans ce dossier. La dimension collective et sociale de l’apprentissage des mathématiques y est également présente. Le panel des articles que nous avons reçus ne permet pas de couvrir tous les domaines qui l’auraient mérité à notre sens ; il y a encore beaucoup à explorer du côté de la richesse de la géométrie, de la culture historique en mathématiques, de l’apprentissage de la modélisation, de l’éducation aux médias (et notamment l’interprétation des données statistiques), de la variété des occasions de travailler avec d’autres disciplines, de la prévention de l’innumérisme, des ressources des pédagogies coopératives. De quoi largement prolonger la réflexion et permettre d’approfondir des pistes encore plus nombreuses que celles suscitées par une lecture que nous vous souhaitons enrichissante.

Sur la librairie

 

Des maths pour tous
Plus que jamais, la question des «  mathématiques pour tous  » se pose. Elle implique qu’on cesse d’appliquer partout et à tous le même «  traitement  » mathématique, et qu’on prenne en compte le rapport spécifique aux maths que chaque élève a construit en fonction de son histoire scolaire, familiale, et personnelle.