Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > La question des cycles et du redoublement


L’actualité éducative du n° 418 - novembre 2003

La question des cycles et du redoublement

par Odile Sotinel


À l’école primaire, on parle de maintien plutôt que de redoublement. Selon les instructions officielles, le maintien doit s’effectuer en fin de cycle et non en début ou au milieu.

Le cycle 1 concerne la maternelle jusqu’en moyenne section, le cycle 2 comprend la grande section de maternelle, le cours préparatoire et le cours élémentaire 1. Quant au cycle 3, il commence au cours élémentaire 2 et se termine au cours moyen 2.

En ce qui concerne le cycle 2, appelé cycle des apprentissages fondamentaux, on considère que l’apprentissage de la lecture peut se faire sur trois ans (GS, CP, CE1). Par conséquent, les maintiens en CP doivent rester exceptionnels.

En théorie, l’idée est séduisante mais en pratique, elle est très difficile à appliquer. Cela suppose que l’enseignant de CE1 accepte d’accueillir des élèves qui ne sont pas encore lecteurs. Jusqu’où peut-on accepter leur degré de non-lecture ?

Les enfants qui sont nés en décembre et qui ont des difficultés en CP font-ils partie des cas exceptionnels ou bien faut-il les faire passer en se disant, c’est normal, il ou elle est de fin d’année ?

Enfin, quand les classes sont chargées, il peut être difficile pour l’instituteur (ou le professeur des écoles) de CE1 d’accepter l’idée d’avoir une classe surchargée par les élèves maintenus d’une part et avec des élèves de CP qui passent en CE1 alors qu’il reste beaucoup à faire pour l’apprentissage de la lecture.

Pour trouver des solutions acceptables pour tous, il serait nécessaire d’avoir un temps de formation continue à ce sujet, de façon à étudier toutes les implications du fonctionnement par cycle au niveau d’une école. L’idéal serait que tous les enseignants d’un même cycle et d’une même école partent en stage de formation en même temps pour travailler la question et pour se mettre d’accord.

Odile Sotinel, professeur des écoles.