Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Innovation : Pourquoi des « établissements pionniers » ?


Actualité éducative du N° 412 - mars 2003

Innovation : Pourquoi des « établissements pionniers » ?

Un appel "d’établissement pionniers"

10 mars 2003
Un appel signé par un certain nombre d’établissements pionniers et d’équipes porteuses de tels projets tente de rouvrir le débat sur la place et le rôle des établissements innovants.

Nous revendiquons le droit d’exister et d’être considérés comme constituants du Service public d’Éducation, au même titre que tous les projets d’école ou d’établissement.

Nos équipes coopératives se donnent, entre autres buts, la diffusion de leurs pratiques et fonctionnements.

À cet effet, elles assurent le strict respect de la mixité sociale lors de l’inscription des élèves. Simultanément, elles veulent que leurs parents aient pu librement adhérer au projet. Pour cela, elles déterminent, avec l’institution, des critères de recrutement spécifique sur une aire s’inscrivant dans la carte scolaire.

Elles demandent également des budgets équivalents à ceux des autres établissements.

Elles sont, par essence, en situation de recherche et, de ce fait, constituent des lieux permanents de coformation pour chacun de leurs membres.

Par ailleurs, ces équipes doivent pouvoir être des lieux d’accueil négocié pour la recherche et pour la formation initiale ou continue dans le cadre des plans de formation. Pour cela, elles doivent pouvoir bénéficier du statut de formateur collectif associé.

L’évaluation du projet, inscrite dans le temps, est nécessaire et doit faire l’objet d’un contrat entre les acteurs du projet et l’institution. Cette évaluation concertée intègre les productions écrites de l’équipe, ses recherches, ses travaux avec les partenaires, mouvements pédagogiques et universitaires. Ses résultats seront diffusés.

Nous souhaitons que les instances paritaires de l’Éducation nationale (ministère, rectorats, inspections académiques et syndicats) se penchent sur :
- la résolution de la contradiction actuelle entre la répartition rigide de la dotation horaire centrée sur l’idée de gestion et la constitution d’équipes centrée sur la coopération ;
- la pérennisation des projets sur des bases contractuelles ;
- la liaison effective entre tous les niveaux de la hiérarchie scolaire et les collectivités territoriales concernées.

Ceci permettra de concevoir des procédures communes, officielles, reconnues de tous.

Nous postulons que ces pratiques éducatives peuvent participer efficacement à la lutte contre les violences et les exclusions et nous nous étonnons de l’ignorance des instances éducatives à leur égard.

C’est pourquoi nous en appelons aux parents, aux professionnels de l’éducation et à tous ceux que ces questions passionnent. Nous comptons sur leur mobilisation pour obtenir l’indispensable prise de conscience et la mise en œuvre urgente de cette expérimentation.

Signataires du texte :

Elisabeth Aymard, Jacqueline Boucher, Barbara Durot, Jean-Pierre Labrousse, Laurent Ott, Nadine Raoult.

Aizenay : Groupe scolaire public Louis-Buton.

Brest : Collège de La-Septième-Ile - Association Pour la création d’un collège différent - École Freinet

Lorient : CLEF - Collectif Lorientais pour une École Freinet

Nantes : Association Pour la création d’un collège public expérimental ouvert - Équipe Freinet - école ouverte Ange-Guépin

Pont-l’Abbé : Projet de collège innovant

Pleumeur-Bodou : Projet d’école-collège innovant dans le Trégor

Rennes : Collège-lycée innovant - École Freinet, square Léon-Grimault

Saint-Brieuc : Projet école-collège-lycée expérimental

Vannes : Projet collège innovant d’Elven laïque

Longjumeau : Association INTERMEDES