Accueil > Publications > Articles en ligne > Ils ont même applaudi !


N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

Ils ont même applaudi !

Pascale Garraud

Une utilisation efficace du numérique et de la classe inversée au service de la motivation et de l’implication de tous.

Depuis trois ans, l’expérimentation de la classe inversée en classe de BTS en alternance a changé ma pratique de formatrice en mathématiques : l’approche de mon enseignement moins disciplinaire, la relation avec les apprentis, les activités demandées en cours et en dehors, la manière d’aborder des notions plus complexes, les évaluations et les feedbacks en cours, les outils numériques utilisés. C’est un bouleversement de ma pratique, une remise en cause profonde.

Au début, peu à l’aise avec les outils numériques et notamment la vidéo, j’ai commencé simplement. Je voulais aussi que mes apprentis produisent et ne se contentent pas de consommer. J’ai commencé à leur proposer un travail de groupes sur un problème complexe. Je leur ai demandé s’ils voulaient bien que je les filme lors de la correction du problème au tableau. Bien que réticents au départ, certains ont accepté. Ces vidéos ainsi récoltées sur des thèmes choisis sont regroupées sur un site de mathématiques [1]. Chaque classe retrouve les exercices corrigés par leurs camarades.

Implication

L’intérêt de ces vidéos est multiple. L’apprenti qui passe au tableau fait un effort d’explication plus important, il soigne sa présentation et fait preuve de pédagogie. Les autres apprentis sont très attentifs et plus sensibles à ses explications. Ils sont très impressionnés : ils ont même applaudi la prestation de leur camarade la première fois. En vingt-cinq ans d’enseignement, je n’avais jamais vu cela.

Ces vidéos servent ensuite pour les révisions lors des évaluations ou avant les contrôles en cours de formation. Elles permettent de réviser plus facilement en travaillant ainsi la mémoire visuelle. Dans le site de mathématiques, j’ai rajouté des vidéos que j’ai réalisées sur des concepts mathématiques importants et des tutoriels d’utilisation de logiciels de mathématiques nécessaires pour l’examen. La vidéo et certains logiciels permettent d’expliquer plus facilement certaines notions. Cela donne à voir. Les apprentis peuvent ainsi voir et revoir à l’envi certaines parties du cours.
Les cours en présentiel se passent du coup très bien et l’insertion de la vidéo donne un côté spectacle, ludique.

Articuler présence et distance

À distance, je demande à mes apprentis de regarder une vidéo sur un élément d’un cours et de remplir un QCM (questionnaire à choix multiples). Cette pratique est plus difficile à instaurer auprès d’apprentis, car ils travaillent une semaine sur deux en entreprise. Il faut insister pour que cela devienne une habitude. En classe, j’utilise aussi beaucoup ces QCM. Grâce à des applications numériques comme Socrative [2], on peut accéder en temps réel aux réponses des apprentis. Ceci permet de faire des évaluations formatives utilisables rapidement et plus ludiques.

Ce qui, surtout, change dans cette mise en œuvre, ce sont les rôles des apprentis et du formateur : ils construisent conjointement le cours. Le type d’activités proposées est plus dynamique par l’apport du numérique et de la vidéo. L’apprentissage des compétences se fait en classe et en dehors de la classe, de manière collaborative ou autonome. Au début, il est vrai que cela demande beaucoup de travail de préparation, de conception, d’accompagnement. Il est évident qu’il faut aider les enseignants à se former aux outils numériques. Mais le résultat en classe en termes de motivation des apprentis et de confort de travail du formateur est indéniable.

Pascale Garraud
Enseignante en mathématiques au Centre des formations industrielles de Montigny-le-Bretonneux, école de la CCI Île de France (Yvelines)


[1Il s’agit d’un site privé, Materlesmaths.

Sur la librairie

JPEG

 

Voie professionnelle : (r)évolutions en cours
La rénovation de la voie professionnelle engagée en 2009 a modifié les représentations sur les études initiales et la façon d’envisager les inégalités scolaires. Les caractéristiques sociales des jeunes scolarisés dans la voie professionnelle se sont, elles aussi, modifiées. Entre «  diplôme bradé  » et «  émancipation sociale  », quel état des lieux ?

Voir le sommaire et les articles en ligne


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N°517 Tout commence en maternelle

    Mettre au centre la résolution de problèmes
  • N° 540 - Rubrique « Faits et idées »

    «   Ça m’a vraiment servi en classe !   »
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Sélection bibliographique
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Ils ont même applaudi !
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Plaidoyer pour l’alternance
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Un modèle d’enseignement à saveur québécoise
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    L’empreinte des professeurs de lycée professionnel
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Des ENNA aux ESPÉ
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Préparez votre paire de schizos !
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Fonction : coordinateur d’équipe