Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Chroniques du métier > Enseigner, punir, récompenser


Faits & Idées - Février 2004

Enseigner, punir, récompenser

Par Ourania Kalouri et Filios Andronicos, professeurs de l’école supérieure d’enseignement pédagogique et technologique

Nos voisins grecs s’interrogent comme nous sur les méthodes à employer pour motiver les élèves au travail. Cette enquête menée auprès d’enseignants de lycées techniques et professionnels nous rappelle, s’il en était besoin, à quel point le système éducatif s’inscrit dans un passé, dans des valeurs dont la punition et la récompense font partie. Mais peut-on donner du sens à l’école, aux apprentissages, au métier d’enseignant, sur ces bases-là ?

Il arrive souvent, dans les lycées techniques et professionnels en Grèce, que les enseignants soient confrontés à des situations extrêmes de la part des élèves. Il leur faut alors prendre en considération les particularités des élèves et tâcher en même temps de mettre en action un processus pédagogique pour améliorer leur comportement.
La motivation, est nécessaire pour que les élèves progressent. Notre recherche portera donc sur elle. Un concours organisé pour les professeurs des lycées de l’enseignement technique et professionnel au sujet des récompenses et des punitions en a été le point de départ.

Décourager et récompenser

Les récompenses et les punitions constituent les mobiles les plus importants pour orienter le comportement des élèves. Quelles sont celles qui sont à la disposition du professeur ? Bien que l’enseignement doive en premier lieu viser à la créativité et encourager l’élève, jusqu’à maintenant l’accent a été mis chez nous plutôt sur la sanction négative. En Grèce, et surtout dans les lycées techniques et professionnels, nous sommes encore loin d’une école orientée vers l’encouragement créatif et la communication effective entre les enseignants et les élèves.

Baguette... ou porte drapeau

Dans le système pédagogique grec, et jusqu’à la chute de la dictature (1974), les punitions constituaient le principe fondamental de la discipline. Les châtiments corporels, souvent avec usage de la baguette et en présence de tous les élèves de la classe, consacraient le pouvoir du maître et du professeur, aussi bien dans les établissements du primaire que du secondaire. L’encouragement et la récompense étaient beaucoup plus rares. La tenue du registre des absences par le meilleur élève de la classe, le privilège d’être désigné porte-drapeau dans les cérémonies officielles, et parfois même de l’argent étaient les récompenses en rapport avec les progrès de l’élève ou avec son comportement scolaire en général.
À partir des années quatre-vingt, les châtiments corporels ont été supprimés officiellement, mais les autres punitions restent en vigueur. Les récompenses demeurent après avoir subi quelques changements.

Punir, enseigner, récompenser : enquête

Prenant en considération l’état des choses en Grèce, nous nous proposons :
D’examiner le système de récompenses et punitions en vigueur.

  1. De trouver la corrélation entre les moyens concrets de motivation proposés et la pratique pédagogique des enseignants.
  2. De montrer la relation existante entre les récompenses et punitions choisies et les stéréotypes sociaux liés au sexe.
  3. De vérifier s’il existe une différence importante au regard de la motivation entre les enseignants dépourvus de formation et ceux qui en ont reçu une. La formation aide-t-elle à affronter les problèmes de discipline ?

Notre recherche porte sur une population d’étudiants de l’École supérieure d’enseignement pédagogique et technologique, école fondée sur le modèle de l’École supérieure de Cachan. Il s’agit donc d’étudiants ayant plusieurs années d’enseignement et d’expérience pédagogique, qui suivent des programmes post-universitaires de spécialisation à l’École, ou des cours pour être enseignants du secondaire. Le nombre total de ces participants est de 853 : 444 hommes et 409 femmes, âgés de 20 à 30 ans.
La question posée à notre public était :
« Proposez différents types de punitions et de récompenses qui peuvent être employés dans les classes. »
Nous avons effectué une analyse du contenu des réponses et établi des statistiques.

Bilan

Punitions et récompenses proposées dans les écoles en Grèce

Récompenses Punitions
• Amélioration de la note
• Participation active aux cours
• Plus de temps libre
• Encouragement, récompenses
• Information positive des parents
• Utilisation des moyens audiovisuels
• Valorisation publique de l’élève
• Loisirs
• Encouragement psychologique
• Récompenses matérielles
• Renvoi de l’élève de la classe
• Devoir supplémentaire
• Cours dicté
• Remarques ironiques
• Contrôles punitions
• Information négative des parents
• Mauvaises notes
• Châtiments corporels
• Admonestations
• Le professeur quitte la classe
• Punition écrite
• Tâche matérielle supplémentaire

Quelques conclusions

- Nous remarquons qu’il est plus facile de proposer des punitions que des récompenses. Les enseignants et les futurs enseignants s’intéressent aux encouragements matériels, sociaux et principalement symboliques.
- Nous pensons qu’il serait bon de mieux former les personnes chargées d’appliquer la discipline. L’enseignement devrait viser à développer la créativité chez l’élève, à encourager sa participation au cours, à le faire adhérer à la matière enseignée, à instaurer un équilibre entre liberté et contrôle. Mais on constate qu’en Grèce l’accent est mis presque exclusivement sur les punitions et les récompenses.
- On constate une différence très nette entre les deux sexes en ce qui concerne le système punitions - récompenses.
Les femmes dans une grande proportion proposent l’information des parents, la valorisation publique de l’élève, l’encouragement psychologique, méthodes plutôt extérieures au processus pédagogique, tandis que les hommes sont plus soucieux de leur image personnelle mais dispensent aussi l’encouragement symbolique et recourent à des moyens matériels.
Très souvent les enseignantes font appel à l’ironie, au départ de la classe, à l’information des parents et à l’approche ex-cathedra. Les hommes font plus souvent usage des punitions imposées par le règlement de l’institution scolaire : renvoi de la classe, exclusion, tandis que contrairement à leurs collègues femmes ils évitent l’emploi de l’ironie.
- La formation pédagogique prodiguée favorise-t-elle une meilleure approche du système des motivations ? Nous voyons qu’elle agit de façon positive plutôt sur les femmes que sur les hommes.
- Les professeurs des lycées techniques en Grèce, n’ont pas appris, en formation, que plutôt que de punir il vaut mieux récompenser l’effort des élèves et favoriser un climat de coopération dans la classe.

Kalouri Ourania et Filios Andronicos, Professeurs de l’école supérieure d’enseignement pédagogique et technologique.