Accueil > Publications > Articles en ligne > EPS : points de passage bibliographiques


N°441 - Dossier "L’EPS, embarras et inventions"

EPS : points de passage bibliographiques

Bibliographie du N°441


D. Le Breton (1991), Passions du risque, Métaillé.
Une réflexion sur l’imaginaire et la symbolique de l’aventure et des prises de risques « sportives » dans notre société. Ces pratiques sont décrites et expliquées par l’auteur comme les formes modernes trouvées par les adolescents et les jeunes adultes pour expérimenter les limites de la vie et, finalement l’attachement à celle-ci. Saut à l’élastique, snowboard hors-piste sont décrits comme autant de rites de passages singuliers et nécessaires. L’EPS, qui revendique la responsabilité politique de l’éducation du physique, et la construction de repères dans l’usage des corps, ne peut que s’intéresser à ces mises en scène (et à leur décryptage) qui mettent en réel danger ceux qui les choisissent pour se positionner dans le lien social.
[ Commander cet ouvrage sur le site Alapage ]

B.-X. René (dir., 1995), « À quoi sert l’EPS », dossier EPS N° 29, Revue EPS.
Ce volumineux dossier (près de 600 pages et 60 articles) est la retranscription d’un colloque qui s’était donné comme objectif de faire le point sur l’EPS. Les échanges entre didacticiens, biologistes, sociologues, psychologues, historiens et pédagogues sont surtout riches de questions posées et de divergences de vues et brossent un tableau toujours actuel des interrogations de la discipline.
[ Consulter le site de la revue EPS ]

M.-H Brousse, F. Labridy, A. Terrisse, M.-J. Sauret (1997), Sport, psychanalyse et science, PUF.
Cet ouvrage collectif propose une vision de l’EPS décalée par le prisme de la psychanalyse. Point de jargon ou d’ésotérisme dans cette analyse de l’activité physique, de la performance, de la transmission du savoir « sportif » et de la recherche clinique. Au contraire, c’est plutôt d’un éclairage qu’il s’agit : la pratique sportive reste dans la société, et en EPS donc, « un lieu et un temps d’indétermination relative où chaque sujet peut avoir la conviction d’exister librement ». Les propos tenus débordent le cadre des terrains de sport et résonnent de toute leur valeur dans l’école en crise d’aujourd’hui.
[ Commander cet ouvrage sur le site Alapage ]

M. Récopé (coord.,2001), « L’apprentissage », Revue EPS.
Les processus mis en jeu dans l’apprentissage restent mystérieux. L’EPS a depuis fort longtemps fait son jardin de ce champ de réflexion. Le collectif des auteurs s’attache à proposer des visions éclairantes des changements moteurs et cognitifs (décrits comme « activité adaptative bio et psycho-logique ») qui concernent les élèves (et les enseignants). « L’expérience » est présentée en fil rouge des propos, comme valeur et outil significatif d’une éducation physique qui ne serait pas « à contresens ». La motricité donnant à adaptation et expérience une teneur toute particulière.
[ Consulter le site de la revue EPS ]

M. Durand (2002), « Chronomètre et survêtement », Revue EPS.
Cet ouvrage clinique, puisqu’il part de vécus du terrain, illustre, dans le domaine de l’intervention en EPS, l’approche de l’action située. L’image caricaturale des enseignants d’EPS donnée par le titre est désavouée tant par la richesse des expériences relatées que par la finesse des analyses qui en est faite. Tout le propos concourt à affiner la perception de la discipline et à « aider à agir et faire apprendre » les élèves. C’est « entre passion et doute », « entre genre et style », dans la « singularité et l’unité » d’une leçon d’EPS que nous entraîne l’auteur.
[ Consulter le site de la revue EPS ]

D. Delignères, Ch. Garsault (2004), « Libres propos sur l’EP », Revue EPS.
Comme pour dépasser les contradictions actuelles, cet ouvrage pose les bases d’une nouvelle éducation physique... et finalement sportive. Il s’appuie sur la recherche d’une « citoyenneté sportive », par la construction d’une « pédagogie de la compétence », et du « plaisir ». En oscillant entre recherche de l’amusement, de la satisfaction et des apprentissages tant concrets que symboliques, les auteurs proposent de sortir du syndrome de l’éternel débutant dont souffrent tant d’élèves en EPS. Des propositions concrètes sur ce qu’est apprendre en EPS (et comment le faire) clôturent un propos lucide et ambitieux.
[ Consulter le site de la revue EPS ]

L. Ria (coord., 2005), « Les émotions », Revue EPS.
Parce que l’EPS est une rencontre entre un adulte et des adolescents médiée par la mise en jeu des corps dans le sport, les émotions sont omniprésentes dans les gymnases. Cet ouvrage précise (y compris par un éclairage psychanalytique) ce qu’il peut en être de ces émotions qui ne se réduisent pas à « une expérience subjective plus ou moins diffuse de plaisir ou de déplaisir » : elles sont décrites dans les différents chapitres comme l’essence de tout acte humain et donc comme « ressort de l’action ». Émotions des élèves, comme celles des professeurs, sont à saisir et à comprendre entre souffrance et plaisir, comme le maillage des relations d’enseignement et des expériences motrices induites par l’EPS. Les auteurs ouvrent un magnifique champ de réflexion pour l’avenir de la discipline (et de l’école).
[ Consulter le site de la revue EPS ]

N° spécial de la revue Terre de CIEN (N° 15, mars 2005), revue de l’Institut du Champ freudien.
Des entretiens avec Fabien Galtier (rugbyman), avec Mathilde Monnier (chorégraphe) montrent que ce qui pousse à faire du sport « vient de quelque chose en soi » et entraîne dans la « zone rouge » de la performance et de l’exigence, au-delà du plaisir. Des expériences d’enseignants d’EPS traduisent une autre conception de la pratique et de l’enseignement du sport à l’école, elles témoignent que « le corps n’est pas tout inscriptible dans l’utilitaire des compétences » et que l’échec scolaire et sportif « ne serait rien d’autre qu’un échec de la langue ». Voilà des rencontres avec l’activité sportive qui provoquent un décalage de perception essentiel.
[ Voir la présentation de la revue et la commander sur le site de l’École de la cause freudienne ]

Cahiers pédagogiques n° 361 (février 1998), « EPS, réalités et utopies », coordonné par Élisabeth Thuriet et Marie-France Urbain.
[ Commander ce numéro ]


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Du lexique à la science et de la science au lexique
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Apprendre à l’aide de nouveaux outils ?
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    Bibliographie-sitographie
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    L’atelier slam, un lieu de collaboration, d’écoute et de respect de l’autre
  • N° 553 - Pédagogie de l’oral

    L’antique, c’est pop !
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Bibliographie Sitographie Filmographie
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Le Cartable Fantastique
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Un dispositif croisé orthophoniste-enseignant
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Les troubles de l’apprentissage en Israël
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Une linguiste dyslexique