Accueil > Publications > Articles en ligne > Des programmes qui aident les enseignants ?


N° 507 Questions aux programmes

Des programmes qui aident les enseignants ?

par Charlotte Vanhalme

Les programmes des écoles belges sont désormais conçus comme des ressources pour contribuer à la formation et au travail collectif des enseignants.

En Belgique francophone, la modification des grilles horaires imposée par le ministère a contraint les acteurs de terrain à reconsidérer leurs programmes et leurs pratiques. De nouveaux éléments ont été intégrés aux programmes, par exemple des ressources pour l’évaluation (grille ou exemples), des modèles de leçons et une bibliographie assez développée. Il s’agit maintenant d’un véritable outil pour l’enseignant, alors que les premières éditions se limitaient à un catalogue de matières. Loin de la tendance prescriptive, qui infantilisait les enseignants et qui perdure encore dans certains domaines administratifs, le nouveau programme est censé servir « de cadre de référence à chaque collègue ». « Celui-ci inscrira sa pratique personnelle dans ce canevas, qui n’exclut aucunement les initiatives personnelles et même les encourage. » Et de continuer en précisant qu’il s’agit « de sources d’inspiration et non d’un carcan ». L’intention semble être à la fois de maintenir la motivation des enseignants qui ont besoin d’être créatifs et de fournir une base concrète et transférable de leçons types aux collègues parfois déroutés par l’étendue du champ d’investigation de leur discipline.

Si l’institution en vient à se préoccuper de la motivation ou des doutes des enseignants, c’est en réaction aux nombreux abandons en tout début de carrière. La réalité du terrain et le cumul des difficultés minent souvent les vocations. Les nouveaux programmes, en particulier les bibliographies plus développées qu’auparavant, peuvent être utilisés comme guides pour renforcer la formation initiale et accompagner l’enseignant dans ses tâtonnements.

Le programme fournit aussi des séquences de cours illustrées. Il présente des leçons suivies de différentes pistes d’évaluation permettant de mobiliser différentes compétences. Il encourage également à l’ouverture entre collègues : avoir à disposition des séquences de cours incite à la confrontation des analyses et des pratiques de classe sur des séquences qui ne sont pas les leurs. Ce genre de discussion était rare auparavant, les enseignants évitant plutôt de divulguer ces pratiques, probablement pour éviter la critique. On voit maintenant se multiplier les sites servant de plateforme aux échanges de préparations de cours. Les commentaires, pour la plupart constructifs, y fleurissent. Les nouveaux programmes ont contribué à faciliter les échanges entre collègues, en suscitant le dialogue et en renforçant l’horizontalité des relations entre pairs.

La formule « rendons aux professeurs ce qui appartient aux programmes » exprime combien les initiatives, auparavant imposées par une hiérarchie verticale via les programmes, ont été rendues aux enseignants, sans pour autant les laisser livrés à eux-mêmes.

Charlotte Vanhalme


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 543 - Enseigner par cycles

    Du cours double aux classes de cycle
  • N° 543 - Enseigner par cycles

    Passer le relai
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Sur les traces des pédagogues européens
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Bibliographie : quelques livres, articles et sites, par Gwénola Reto
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Smasher la motivation
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Des heures à réfléchir comme des fous
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Fausses exigences, fausse bienveillance
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Auprès de mon arbre
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Prendre son temps, clé du « bien veiller »
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Lire !