Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 12 mai 2020


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 12 mai 2020

Retour — Témoignages — Tribunes — Ailleurs — Ressources

Ce jour de retour à l’école de quelques élèves l’actualité est riche d’informations, de témoignages et de tribunes. On aura également un regard sur ailleurs et quelques ressources.


Retour

Retour à l’école : Blanquer pressé de passer à la vitesse supérieure
Des élèves reprennent le chemin de l’école à partir de ce mardi. Ils ne sont pour l’instant qu’un million et demi, selon le ministre de l’Education nationale, qui tente de convaincre parents et enseignants d’accélérer. « Il y a plus de risque à rester chez soi qu’à aller à l’école », assure-t-il.”

11 mai : Les enseignants rejoignent leur école
Pour beaucoup d’enseignants, lundi c’est le baptême du feu avec un retour à l’école. Après deux mois de fermeture des écoles, les équipes se sont retrouvées lundi 11 mai pour préparer l’accueil des élèves. Même si seulement dix à trente pour cent des effectifs sont attendus, la réouverture des écoles se passe dans des conditions fort différentes d’un endroit à l’autre. Comme en témoigne ce tour des écoles….

Déconfinement en France : nouvelle journée test avec la réouverture des écoles, AFP, repris par Le Point.
C’est un enjeu majeur du déconfinement : environ un million d’enfants doivent reprendre mardi le chemin de l’école, un redémarrage limité et strictement encadré mais qui suscite de nombreuses craintes face à une épidémie de coronavirus "toujours active" en France.
Avec cette décision contestée par des scientifiques et certains élus, le gouvernement entend poursuivre la levée progressive du confinement, qui a débuté lundi avec la réouverture de nombreux commerces et la fin de restrictions de déplacement imposées aux Français depuis 55 jours
.”

Déconfinement : pourquoi si peu d’élèves accueillis dans les écoles ?
La rentrée, ou plutôt la reprise, selon le mot employé ce jeudi par le ministre de l’Education, est bien maintenue la semaine prochaine. Mais des mots envoyés par les directions d’établissements étonnent des familles. Comme si on les incitait surtout à garder leurs enfants... y compris jusqu’en septembre !

Déconfinement : des enseignants inquiets de l’ouverture des écoles Par Mattea Battaglia
Pour les deux tiers d’entre eux, la reprise avant l’été ne semblait « pas importante », selon un sondage syndical, même si les trois quarts ont considéré comme difficile l’exercice de leur métier durant le confinement.”

Droit de retrait, plaintes de parents… Quelle responsabilité juridique incombe aux enseignants à partir du 11 mai ? Propos recueillis par Séverin Graveleau
La réouverture progressive des établissements scolaires inquiète de nombreux enseignants. L’avocat Francis Lec estime que le risque de mise en cause juridique des enseignants « existe mais a peu de chance d’aboutir »


Témoignages

Dans une école de Compiègne, la reprise vue comme « un bon test avant septembre »
"Ce lundi, les personnels des écoles ont fait leur rentrée pour préparer l’accueil des élèves, dans le respect du protocole sanitaire. Exemple à Compiègne, dans l’Oise."

Un professeur de retour en classe : « On est morts d’angoisse » par Olivier Chartrain Professeur des écoles dans une classe de CM2 près de Montpellier, Éric se dit heureux de reprendre, mais dénonce les difficultés sanitaires à organiser cette rentrée.
« Nous avons eu en tout et pour tout, pour tous les adultes de l’école, deux boîtes de 50 masques, et on nous a demandé de les garder pour quand les élèves seront là ! Je viens donc d’enchaîner 9 heures de réunions, sans masque. On serait plus sereins avec une boîte chacun, du gel, des gants… Lundi matin, nous avons réaménagé les classes. J’avais le choix entre entasser les meubles dans le couloir, ou les utiliser pour aménager un circuit dans la classe. C’est ce que j’ai fait, en balisant un chemin qui permet d’aller directement au fond, où se trouvent les sanitaires, sans passer entre les tables. En respectant la règle des 4 m2 par personne, on peut accueillir un maximum de 10 élèves. Pour l’instant, je n’ai que deux élèves. Dans l’autre CM2, mon collègue en a neuf. Mais nous craignons que la fréquentation augmente beaucoup après le 2 juin, quand les parents n’auront plus droit aux dispositifs qui leur permettent de rester chez eux. Je voulais reprendre et je suis content de le faire. Mais on est morts d’angoisse. Nous ne savons pas comment nous allons gérer les déplacements, les ­récréations, le lavage des mains, la cantine… et nous attendons depuis le 12 mars que notre inspecteur se manifeste ! Dans une entreprise privée, le patron ne se permettrait pas une telle légèreté.”

« Madame, je suis perdue ». L’école à distance dans les zones d’éducation prioritaire PAR FAZIA.BENSAADI sur le BLOG : LE BLOG DE FAZIA.BENSAADI
Loin des images d’Epinal servies à la télé et des bons sentiments sur les inégalités qu’on peut lire dans la presse écrite, voici ce qu’il se passe vraiment dans les collèges défavorisés de France, en 2020.”

"On ne sait pas encore quels jeux on pourra autoriser" : veillée d’armes dans une école parisienne avant le retour des élèves
Le confinement étant levé, un protocole sanitaire très strict devra être appliqué dans toutes les écoles maternelles et primaires pour le retour des enfants en classe. Un véritable casse-tête pour les enseignants. Reportage dans un établissement parisien, à J-3.”

Cours à distance : un professeur de 3e nous raconte son quotidien
Depuis la fermeture des classes, nous passons comme partout ailleurs par l’enseignement à distance. Il a fallu nous adapter et parfois gérer les difficultés au jour le jour, surtout avec des élèves qui ne sont pas toujours parfaitement équipés côté matériel ou qui ne sont pas dans le bon environnement. Les retours de cours ne sont pas systématiques, il faut rester très proche de chaque élève. Cela demande énormément de travail, aussi bien pour les assister techniquement, tâche qui m’est souvent dévolue en tant que prof de techno, que pour les rassurer, eux et leurs parents.”


Tribunes

Pourquoi les enfants les plus favorisés sont les premiers à rentrer à l’école Par Gurvan Le Guellec
En organisant le retour à l’école « sur la base du volontariat », le gouvernement a largement compromis les objectifs sociaux qu’il lui assignait. Car force est de le constater : les communes et les familles « volontaires » sont aussi… les plus aisées.”

"La crise pourrait creuser un fossé social entre les jeunes diplômés", pour Jérémy Lamri, directeur recherche de Jobteaser
“Directeur de la recherche et de l’innovation de la plateforme d’orientation et de recrutement Jobteaser, Jérémy Lamri a piloté une étude sur l’impact du Covid-19 sur le recrutement des jeunes talents. Il revient sur les conséquences que pourrait avoir cette crise sur la relation entre les entreprises et les jeunes diplômés. Et estime qu’un plan de relance, qui allégerait les cotisations sur les embauches de jeunes, devrait se focaliser sur les jeunes diplômés de l’université plus que sur ceux des grandes écoles.”

En finir avec le mythe de l’éducation à distance
Arthur Moinet, étudiant à Sciences-Po Paris, auteur de « L’Alternative lycéenne », militant PS et dans l’association Paris en commun. Il fait le point sur l’éducation à distance, ses manques, ses dommages.”

Pour les enfants, vivre entourés d’adultes masqués n’a rien d’anodin Enquête par Emmanuelle Lucas
Pédiatres et professionnels de l’enfance estiment que certaines règles imposées pour l’accueil des plus jeunes sont trop strictes. Selon eux, les tout-petits ne devraient pas passer leurs journées avec des personnes masquées dont ils ne peuvent déchiffrer les expressions.”

Retour à l’école : une question de confiance politique Par Martial Foucault, Professeur des universités à Sciences Po et directeur du CEVIPOF et Sylvain Brouard , Directeur de recherche à Sciences Po, CEVIPOF
“40% des parents ne veulent pas remettre leurs enfants à l’école et 30% sont encore indécis. Un déconfinement serein ne se fera que lorsque la défiance entre décideurs et citoyens aura été apaisée.”

Tribune : Maurice Danicourt : Un haut fonctionnaire parle…
"A l’école primaire, on marche sur la tête depuis des années, en misant sur l’autonomie de l’école, qui n’en a en fait aucune dans les textes, et sur les responsabilités accrues d’une directrice ou d’un directeur qui ne peut compter que sur son engagement, ses compétences et son charisme pour piloter ses collègues". Depuis "la centrale", rue de Grenelle, un haut fonctionnaire partage cette analyse du premier degré sous Blanquer. Une école où le "débrouillez vous" est devenu la règle, pilotée par des recteurs et un ministre qui ne la connaissent pas. Pour "Maurice Danicourt", un pseudonyme, " tout doit changer, vite, à tous les niveaux, bouleversant une organisation vieille de plus d’un siècle, remettant en cause un management plus récent et renvoyant un ministre dépassé".”

Contrôle continu au baccalauréat : « Attention à l’improvisation » Tribune de Roger-François Gauthier, Ancien inspecteur général
Le renforcement de la place du contrôle continu au baccalauréat, accéléré avec la crise due au Covid-19, et avant elle par la réforme du lycée, ne doit pas se faire « sans explications, sans précautions, sans formation », prévient l’expert international en éducation et ancien inspecteur général Roger-François Gauthier.”

« Le contact humain manque énormément » : pour les étudiants, l’inégale expérience des cours à distance Par Alice Raybaud
Le basculement des cours en ligne a mieux marché dans certaines formations que dans d’autres, tandis que le confinement a exacerbé les inégalités entre les jeunes.”

« Le confinement, révélateur des paradoxes du baccalauréat » Tribune de Vincent Troger Maître de conférence en sciences de l’éducation
Les inquiétudes sur la valeur du baccalauréat, basé cette année uniquement sur le contrôle continu, « reposent sur une représentation mythifiée » de l’examen, estime Vincent Troger, maître de conférences en sciences de l’éducation.”


Ailleurs

Coronavirus : la Fédération Wallonie-Bruxelles s’apprête à distribuer près de 2.000 PC aux réseaux d’enseignement pour les élèves défavorisés

Coronavirus : au Mali, la crise sanitaire donne un coup d’accélérateur à l’enseignement en ligne
Alors que les écoles sont fermées, des cours à distance pour les cycles primaire et secondaire voient le jour, faisant suite au lancement d’une université virtuelle en 2019.”

Québec : Un deuxième souffle pour l’enseignement à distance au secondaire

Coronavirus : des collégiens chinois font leur retour en classe, munis d’un bracelet électronique
Les parents et les établissements scolaires peuvent surveiller la température des élèves via une application pour téléphone portable.”


Ressources

ORACCLE : un projet territorial innovant pour l’orientation des lycéen
ORACCLE (Orientation Régionale pour l’ACcompagnement du Continuum Lycéens –Étudiants) a remporté l’appel à projets "Dispositifs territoriaux pour l’orientation vers les études supérieures" de l’action "Territoires d’innovation pédagogique" du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA3).
Un projet collaboratif facilitant les échanges entre lycéens et étudiants
L’Université Numérique Ile-de-France (UNIF), portée par l’université Sorbonne Paris Nord, coordonne ce projet commun. ORACCLE fédère l’ensemble des universités d’Ile-de-France, l’université des Antilles, les trois académies d’Ile-de-France, le conseil Régional d’Ile-de-France, l’ONISEP, et des partenaires de l’orientation et de l’emploi sur le territoire francilien
. “

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 560 : Urgence écologique : un défi pour l’école
Coordonné par Peggy Colcanap et Jean-Michel Zakhartchouk
mars-avril 2020
Ce dossier nous invite à aller plus loin que l’éducation à l’environnement ou au développement durable. Comment permettre à nos élèves de prendre conscience des enjeux de cette indispensable transition écologique : apport de connaissances, actions locales, formation à l’éco-citoyenneté…

N° 559 : L’aventure de la géographie
Coordonné par Christophe Duhaut et Alexandra Rayzal
février 2020
Comment faire aimer et étudier une géographie vivante, qui ait du sens, qui permette de comprendre le monde et d’y agir en citoyens actifs ? Comment, de la maternelle à l’université, faire entrer nos élèves dans les deux dimensions fonctionnelle et symbolique de l’espace à travers des démarches prospective et imaginaire ?