Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 28 novembre 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 28 novembre 2019

Le système — Pédagogie — Supérieur — Ailleurs

Beaucoup d’interrogations sur les évolutions de notre système ainsi que sur la pédagogie. Des nouvelles du supérieur mais aussi d’ailleurs pour cette revue de presse.


Le système

Fin du paritarisme : le décret est en route
Sur son fil Twitter, Olivier Dussopt annonce la signature du décret qui retirera aux commissions paritaires le contrôle de la gestion des mobilités. Il entrera en vigueur au 1er janvier 2020. Les commissions paritaires perdront leur contrôle de l’avancement et de la promotion à compter du 1er janvier 2021. Ce décret est pris en application de la loi de transformation de la fonction publique adoptée cet été. Cette loi constitue une véritable rupture puisqu’elle met fin à plus d’un demi siècle de contrôle des syndicats sur l’administration. A terme les enseignants seront seuls face aux décisions de leur chef immédiat sans autre recours qu’une plainte en justice qu’ils devront déposer et instruire seuls.”

Santé au travail : Le ministre supprime l’Observatoire de la sécurité des établissements. Et encore un organisme d’observation qui se trouve supprimer. Est-ce qu’il suffirait finalement de supprimer le thermomètre pour mieux se sentir ?

École : les vrais défis
L’éducation à la sexualité aujourd’hui : que devient la loi de 2001 ? par Caroline Rebhi, sur Les Cahiers pédagogiques.
Comme pour bien d’autres progrès, les avancées en matière d’éducation à la sexualité s’accompagnent de résistances et demandent, pour être consolidées, l’action volontariste des acteurs de terrain. C’est ce que nous rappelle l’auteure en parcourant l’histoire mouvementée de cette thématique dans l’école. A lire bientôt : le dossier du numéro d’avril-mai 2020 des Cahiers pédagogiques sur l’éducation à la sexualité.”

Changer l’école : prenez garde aux neuromythes ! Par des universitaires de Genève
Les neurosciences sont fascinantes. Alors que le cerveau humain restait une forteresse inatteignable depuis la nuit des temps, une sorte de boîte noire recelant les mystères de l’esprit, voilà que les progrès technologiques transforment la science-fiction en réalité. En nous permettant d’observer l’activité cérébrale, ils ouvrent une perspective vertigineuse : toute personne deviendrait un livre ouvert, dont la réflexion et la « subjectivité » pourraient se traduire en signaux objectifs.”

Délogée par l’arrivée d’un lycée prestigieux, l’école des instits en colère
L’installation sur les rails d’une école privée sur le site de l’ex-IUFM met en rogne les personnels invités à déménager sur le campus. Ils devront laisser la place dès la rentrée. Alors que le futur bâtiment censé les accueillir ne sera pas prêt.”

Un lycée de Seine-Saint-Denis mobilisé après deux meurtres d’élèves en deux mois Par Le Figaro avec AFP
« Deux morts en deux mois, que fait l’Etat ? » : une centaine de parents et d’enseignants se sont rassemblés mercredi soir devant un lycée d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), sous le choc après le meurtre de deux élèves. « Ces deux morts ne sont que les versants les plus dramatiques de la violence quotidienne que subissent nos élèves », a dit un représentant des personnels, sur le parvis du lycée professionnel d’Alembert.”


Pédagogie

Bien-être : Pierre Merle : Les notes peu fiables, décourageantes et anxiogènes ne sont pas une fatalité scolaire
L’école française reste trop et trop tôt sélective. Dans une course aux meilleures positions, la méritocratie scolaire se traduit par la distinction d‘une minorité (socialement définie) et par une relégation rapide et particulièrement coûteuse de nombreux jeunes. Pour Pierre Merle, professeur à l’INSPE de Bretagne, le chiffrage est permanent à l’école (rangs, récompenses, classements, mesures, performances) dans une sorte de mise en rang compétitive, de mise en concurrence délétère, de mise au pas qui est contre-productive pour l’intérêt général autant que pour l’épanouissement des élèves comme des professeurs.”

École primaire/ Le co-enseignement : une pratique débrouillarde
Le manque de locaux pousse les enseignants à se montrer inventifs pour intervenir à deux dans les classes de CP et CE1 qui ne peuvent pas être dédoublées.” Dans le Journal de Saint-Denis.

La sanction en éducation
Peut-on étudier les sanctions en éducation au niveau mondial ? C’est l’objectif du dernier numéro de la revue internationale d’éducation de Sèvres. En apparence oui : la revue nous emmène dans 9 pays : Burkina Faso, Bénin, Japon, Russie, France, Algérie, Angleterre , Etats-Unis et Québec. Mais en réalité, la notion de sanction n’est plus un objet assumé d’étude en Europe du Nord et aux Etats-Unis. Dans ces pays, deux nouveaux mythes remplacent les vieilles sanctions : la justice réparative et la discipline positive. Pour Eirick Prairat, qui coordonne ce numéro, "tout le sel de la tâche éducative réside dans ce paradoxe : comment se servir de la contrainte pour rendre l’autre libre ?"

La sanction en éducation, n° 81, septembre 2019 de la revue du FEI (ex CIEP)
Pourquoi et comment punit-on dans les écoles au Burkina Faso, au Bénin, au Japon, en Russie, en France, en Algérie, en Angleterre, aux États-Unis ou encore au Québec ?
La question de la sanction à l’école, longtemps oubliée, souvent passée sous silence, revient aujourd’hui en force dans de nombreux pays.
Ce 81e dossier de la Revue internationale d’éducation de Sèvres souligne les questions et les défis que ces neuf systèmes scolaires très différents ont à relever
.”


Supérieur

L’Université n’est rien sans liberté ! Par Anne Levade, professeure des universités, est agrégée de droit public et préside l’Association française de droit constitutionnel.
Il ne faut pas laisser la censure s’immiscer dans les facultés françaises.
On ne le dit pas assez : l’enseignement supérieur est un espace privilégié. Pas un espace de privilèges, mais un lieu et un temps dédiés à la formation des esprits et à la confrontation des idées. Ceux-là mêmes qui en constituent la communauté ont tendance à l’oublier, à commencer par les étudiants, légitimement obnubilés par l’obtention des diplômes qui viennent sanctionner leurs efforts, et les enseignants-chercheurs, d’année en année plus accaparés par des charges administratives qui ne sont pas le coeur de leur métier
.” Article Abonné


Ailleurs

L’Université virtuelle de Côte d’Ivoire : une volonté d’ouvrir la fac à tous les habitants
Pour saisir l’enjeu de l’enseignement à distance pour l’enseignement supérieur ivoirien, il faut avoir à l’esprit deux chiffres concernant l’université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan. 70 000 étudiants fréquentent le campus, alors que la capacité d’accueil n’est que de 30 000.”

Flandre : ils vont manifester pour défendre les langues régionales
Samedi 30 novembre, une manifestation se tiendra autour du ministère de l’Éducation nationale. Objectif : l’apprentissage des langues régionales.”

Réduire le surmenage des élèves chinois, une réforme controversée Par Frédéric Lemaître
Contre l’avis de nombreux parents, les autorités chinoises s’efforcent d’alléger la pression scolaire que subissent les enfants dès le primaire.” pour abonnés

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 556 - Sujets à émotions
Dossier coordonné par Florence Castincaud et Jean-Charles Léon
octobre 2019 Même si les émotions et le vécu font partie du processus d’apprentissage, le sujet doit les dépasser pour devenir sujet apprenant ou enseignant. Quels moyens didactiques et pédagogiques permettent de surmonter ces peurs d’apprendre ou d’enseigner ? Comment se former pour prendre conscience des affects dans la classe ?

N° 555 - Droits des enfants, droits des élèves
Dossier coordonné par Catherine Chabrun et Maeliss Rousseau
septembre-octobre 2019
La Convention internationale des droits de l’enfant aura 30 ans en novembre 2019. Quelles pratiques pédagogiques et quels partenariats développer pour que les enfants, y compris ceux en situation difficile à l’extérieur de l’école, soient acteurs de leurs droits, tout en respectant leurs obligations en tant qu’élèves ?