Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 19 décembre 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 19 décembre 2019

Déprime

L’actualité est surtout déprimante aujourd’hui, entre salaire, suppressions, retraites, métier, etc

Retraites, comment donner à nouveau confiance aux enseignants
“Après avoir rencontré de façon bilatérale le ministre de l’éducation, les syndicats réclament des éléments de cadrage précis, notamment en matière budgétaire, et demandent que la redéfinition du métier soit déconnectée du dossier des retraites.”

L’État contre les profs : comment on paupérise le métier d’enseignants
“Nul besoin d’être expert en statistiques pour constater que bien au delà de la rhétorique des chiffres née du décompte des enseignants grévistes en ce début décembre 2019, la rue exprime haut et fort le mal-être d’une profession qui souffre en silence. Loin d’être circonscrite au seul arbitrage que présage funestement la réforme des retraites, la mobilisation massive de la classe enseignante contre la chronique d’une paupérisation annoncée fait écho à une situation très largement dégradée depuis déjà plusieurs quinquennats. En filigrane du discours lénifiant et moralisateur qui voudrait faire des profs le parangon d’une classe moyenne payée en juste rétribution du service rendu, la réalité économique applicable aux salaires enseignants est tout autre, et vient s’inscrire en faux avec la faconde populiste qui ferait d’eux des nantis.”

Education Nationale : pour les retraites, les chiffres sont têtus
“Chacun se plaît à croire l’impossible : non, le Gouvernement ne peut être décidé à paupériser massivement toute une profession, plus de 800.000 agents de l’Etat qui se consacrent à la formation des enfants de la Nation. Eh bien si ! La preuve par les chiffres. Ils sont têtus. Les enseignants aussi.”

Réseau Canopé à Poitiers : les salariés craignent un démantèlement de la structure
« L’annonce est tombée comme un couperet. Le budget 2020 attribué au réseau Canopé, opérateur public sous tutelle du ministère de l’Éducation nationale, prévoit la diminution du plafond d’emplois de 55 emplois temps plein travaillé (ETPT).
"Dans la réalité, une telle coupe se traduit par 150 emplois en moins dès la rentrée de janvier", explique Marie-Odile Dupont, responsable CGT sur le site de Poitiers. Depuis des semaines, les personnels sont mobilisés dans la rue et sur les réseaux pour dénoncer un "démantèlement" de la structure et "l’absence totale de feuille de route pour les années à venir". »

Rentrée 2020 : les académies de Versailles et Créteil en tête des créations de postes d’enseignant
“La répartition a été présentée aux syndicats, mercredi. Au total, 440 emplois sont créés dans le primaire, 440 sont supprimés dans le secondaire.”

#EnTerminale : avant Noël, les yeux rivés vers le bac blanc et Parcoursup
“ÉPISODE 2. Le premier trimestre s’achève pour Corentin, Juliette, Marine et Mattéo. Une période qui les a déjà plongés dans le rythme des révisions et des devoirs sur table. Mais à peine les vacances de Noël passées, les choses sérieuses approcheront : les bacs blancs et surtout Parcoursup ! Cela peut être stressant, ou pas du tout.”

« C’est difficile de durer dans ce métier »
“Véronique Fonck, qui vient de démissionner de l’Éducation nationale, comprend ses anciens collègues grévistes. Dans une longue lettre adressée à sa hiérarchie, elle a détaillé les raisons du mal-être enseignant. Véronique Fonck aurait rejoint l’actuelle mobilisation dans l’Éducation nationale… si elle n’avait quitté son poste de professeure des écoles, le 1er septembre dernier, pour s’installer comme écrivain public et lectrice à domicile, dans le Sundgau. âgée de 41 ans, elle a reçu l’an dernier son décompte de cotisations. « J’aurais dû travailler jusqu’à 67 ans ! C’est difficile de durer dans ce métier, avec le brouhaha, des élèves de plus en plus compliqués, même si au départ on le choisit pour aller jusqu’au bout. » Quand en outre, il s’agit « de trouver un compromis entre les attentes de l’institution, celles des parents, qu’on ne peut pas critiquer, et ce qu’on ressent de son métier, c’est usant. On se sent inutile, on en arrive à se dire : tout ça pour ça ! »”

Tentatives historiques pour que les enseignants travaillent autrement et/ou plus
Claude Lelièvre.
“Le ministre de l’Éducation nationale actuel s’est prononcé dernièrement à plusieurs reprises pour une « redéfinition du travail des enseignants ». Il a déjà pris des mesures pour qu’ils travaillent plus. Et il tente de saisir l’occasion de la revalorisation envisagée pour « avancer ». Vers quoi exactement ?”

Orientation des élèves, gestion des absences, statistiques... Le trop-plein de numérique des chefs d’établissement
“Face à l’inflation des tâches numériques dans leur quotidien et aux dysfonctionnements des logiciels servant à l’administration des collèges et lycées, les chefs d’établissement sortiront début 2020 un Livre noir du numérique.”

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko
Par Fabien Crégut

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 556 - Sujets à émotions
Dossier coordonné par Florence Castincaud et Jean-Charles Léon
octobre 2019 Même si les émotions et le vécu font partie du processus d’apprentissage, le sujet doit les dépasser pour devenir sujet apprenant ou enseignant. Quels moyens didactiques et pédagogiques permettent de surmonter ces peurs d’apprendre ou d’enseigner ? Comment se former pour prendre conscience des affects dans la classe ?

N° 557 - L’autorité éducative
Dossier coordonné par Michèle Amiel et Bruno Robbes
Décembre 2019
Dans une société dominée par l’individualisme et l’immédiateté, dans une école affectée par la contestation des savoirs, l’exercice de l’autorité est mis à l’épreuve. Comment tenir le cadre nécessaire à des apprentissages exigeants et instaurer une relation d’autorité qui émancipe