Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Points positifs, points à affiner dans le projet pour le cycle (...)


Nouveaux programmes

Points positifs, points à affiner dans le projet pour le cycle 3

Sylvie Baud-Steff

17 mai 2015

Ce qui me parait positif

L’élève est remis au centre de ses apprentissages, acteur et responsable, pris comme un « être pensant ».

Ces programmes sont cohérents et en accord avec l’Enseignement moral et civique, via des indicateurs et des repères de progressivité et les croisements interdisciplinaires. Intéressante est l’entrée par les compétences déclinées en connaissances associées et pistes de méthodes, démarches, outils.

L’accent est mis sur l’autonomie, mais aussi la coopération, le développement de la curiosité et de l’esprit critique. On trouve de nombreuses références à une démarche de questionnement, d’investigation, de tâtonnements et d’essai-erreur, mais aussi à la démarche de création artistique.

On insiste beaucoup sur les réalisations et productions de toutes sortes : écrites, orales, artistiques, scientifiques, individuelles, collectives…, les projets d’écriture développés sur l’année, planifiés sur le cycle, s’appuyant sur des démarches précises (brouillon, écrits intermédiaires, écrits de travail, non linéaires)

En français, les activités de lecture et d’écriture sont en relation permanente. L’étude de la langue prend appui sur les textes étudiés ou produits, à travers des activités intégrées, mais aussi des moments plus réflexifs (activités décrochées). On insiste notamment en orthographe sur des priorités autour de phénomènes récurrents et en se centrant sur les principaux accords.

En mathématiques, l’accent est mis sur la résolution de problèmes, l’argumentation. Mais on accorde une importance primordiale à la connaissance des nombres, au lien entre eux, aux caractéristiques communes au système de numération et au système métrique. Le calcul mental est valorisé. Mais travail sur la technique et sens des opérations est en lien étroit. La proportionnalité est abordée via la résolution de problèmes.

En histoire, des repères annuels sont fixés, mais déclinés par thèmes. On insiste sur quelques moments historiques plus que sur un empilement de connaissances.
On note l’importance de l’aspect socio-économique via la notion « habiter » en géographie, de la notion de relations dynamiques entre habitants et territoires.

En sciences, on met en relation les évolutions scientifiques et techniques.

Des points à affiner

- Les repères de progressivité et pistes de croisements interdisciplinaires sont parfois un peu succincts.
- Il faudrait parfois une définition plus claire de certains termes en langue, car on trouve de tout dans les classes !
- Le programme en langue vivante est très ambitieux, trop ? (notamment en activité langagière : parler en continu, écrire ou réagir et dialoguer).
- Une formation sera nécessaire en particulier autour du traitement des données numériques, des logiciels de calcul, de l’initiation à la programmation. Autant d’outils loin d’être maîtrisés par la majorité des professeurs des écoles...
 
Sylvie Baud-Stef
Professeure des écoles

La consultation sur les programmes de l’école élémentaire est ouverte du 11 mai au 12 juin sur le site mis en place par le ministère de l’Éducation nationale.