Accueil > Ressources > Nous avons lu > Des mots dans les mains


Recension parue dans le N°452 d’avril 2007

Des mots dans les mains

Bande dessinée de Bénédicte Gourdon (scénario), Malika Fouchier et Le Gohan (dessins), éditions Delcourt Jeunesse, 2007.

6 avril 2007

Des Mots dans les Mains, c’est une petite tranche de vie d’Arthur, 6 ans, sourd de naissance.
Sur une demi-journée scolaire, Arthur raconte toute sa vie à l’école : sa vie sociale, ses rapports au(x) langage(s) et à la communication, l’importance du rôle et de l’attitude de l’adulte et de ses pairs vis-à-vis de lui, enfant et élève « normal » excepté le fait qu’il n’entend pas.
Ce récit court est un regard interne sur une situation de handicap, celle de la surdité. Il explique le point de vue naïf mais lucide de cet enfant ordinaire, élève et camarade de classe extraordinaire. Cette histoire montre de façon drôle et dynamique, avec une tendresse poétique, que ce n’est pas un handicap qui empêche l’enfance à être, à être avec intensité.
Ce discours a par son réalisme un pouvoir rassurant par rapport au handicap, humainement parlant. Mais, en tant que récit de fiction, s’il fait passer un message résolument optimiste, il se met en position de projection idéale de ce que devrait être la vie d’un enfant sourd.
Est-ce que tous ont des parents qui savent « parler avec les mains » ?
Est-ce que tous ces enfants sont scolarisés dans de telles conditions ? Avec une grande classe pleine de pots de peinture et d’élèves aussi adorables ? Avec une maîtresse qui sache aussi bien intégrer/différencier ? Qui sait prendre des risques ? Apprendre quelques mots en signes ? Est-ce que les Crop (classes de rééducation de l’ouïe et de la parole) sont dans cet idéal-là et non pas confrontés à des difficultés autrement plus douloureuses tant pour les élèves que pour les équipes enseignantes ?
Cette BD est exemplaire pour tous.

Pierre-Yves Carlot