À L’ORIGINE

La correction des copies d’élèves fait partie intégrante de notre travail de professeur. Pourtant, il semblerait que ce travail, sur lequel nous passons beaucoup de temps, n’est pas (ou en tout cas pas assez) efficace pour permettre une progression de tous les élèves.

Il n’est pas rare d’avoir la désagréable sensation de passer des heures à écrire sur les copies des annotations qui ne seront que rarement lues avec attention (les élèves se focalisant souvent sur la note), ou qui feront peu sens pour les élèves.

D’abord, parce qu’il n’est pas toujours évident pour un élève de déchiffrer l’écriture de son professeur. Ensuite, parce qu’il est compliqué de rendre intelligible, par écrit, en quelques mots seulement, des notions qui ont mal été comprises par l’élève. Et enfin, parce qu’on s’aperçoit souvent que les élèves qui prennent le temps de lire les commentaires ne sont généralement pas ceux qui en ont le plus besoin, un élève qui a un mauvais résultat s’empressant souvent de ranger sa copie pour que ses camarades ne voient pas sa note. On peut donc constater ici que trop souvent, l’association de conseils à une notation ne permet pas une assimilation du conseil, car la crispation autour de la note est trop grande. Il faut alors réussir à déplacer la focale d’intérêt de l’élève de la note vers la correction et les commentaires.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

La correction des évaluations est un moment privilégié où le professeur peut se focaliser sur chacun de ses élèves, individuellement. Il peut ainsi répondre de façon précise et personnalisée aux difficultés que rencontre l’élève. Dès lors, comment envisager les corrections de copies comme un outil de formation, en faisant en sorte que les corrections soient réellement utiles aux élèves ? Cette réflexion nous amène à expérimenter une nouvelle façon de corriger les copies.

Cette correction doit être facilement accessible aux élèves, tant sur la forme pour capter leur attention et les inciter à prendre en compte cette correction, que sur le fond, pour qu’ils s’aperçoivent qu’ils peuvent facilement, par le biais de cette correction, apprendre de leurs erreurs et progresser.

Pour cela, nous proposons de faire des corrections de copies au format audio : les réussites et les erreurs des élèves continuent à être repérées sur la copie, comme lors d’une correction habituelle, afin que les élèves gardent des repères visuels. Mais au lieu d’écrire de longs commentaires sur la copie, le professeur s’enregistre, au fil de la lecture de la copie, lorsqu’il a quelque chose à dire ou à expliquer à l’élève (soit pour lui signifier que ce qu’il a fait est bien, soit pour lui donner un conseil, soit pour lui expliquer pourquoi ce qu’il a fait ne convient pas).

Ceci a l’avantage d’allier le support audio au support papier (le support papier reste parfois plus pratique, par exemple lorsqu’on veut écrire une équation). Le support audio permet des commentaires oraux, beaucoup plus précis et détaillés que des annotations écrites, ce qui les rend probablement plus intelligibles pour l’élève. D’autre part, à degré de précision identique, le support audio permet un gain de temps considérable par rapport à des annotations écrites.

DESCRIPTION DU DISPOSITIF

Le dispositif mis en place est réalisé en trois phases.

Phase 1 : la correction audio

La correction des copies est réalisée par le professeur, telle que présentée ci-dessus. Cette correction peut facilement se faire via le logiciel Audacity, téléchargeable gratuitement sur internet. La dernière version permet de convertir les fichiers en MP3 qui ne sont pas trop volumineux, ce qui permet de les envoyer facilement par courriel. Un autre avantage de ce format est qu’il peut facilement être ouvert par les élèves sur un ordinateur ou un smartphone. La correction peut également être faite via le dictaphone d’un smartphone.

Phase 2 : le rendu des copies et des corrigés audios aux élèves
Les copies corrigées sont rendues aux élèves et chaque élève reçoit son corrigé audio personnel par courriel. Les élèves doivent alors conjointement regarder leur copie et écouter leur corrigé audio.

Vous trouverez un exemple de correction audio, ainsi que la correction de la copie correspondante, en suivant ce lien.

Phase 3 : la remédiation par les pairs ou par le professeur

Les élèves doivent ensuite faire et rendre un corrigé de leur évaluation. Ils ont la possibilité, pendant des moments dédiés, de s’aider les uns les autres, ou de demander de l’aide au professeur, si des incompréhensions subsistent. Ce travail peut être fait sur les heures de cours, par exemple, quinze minutes en début de cours ou en fin de cours.

ÉVALUATION DU DISPOSITIF

Cette correction a plusieurs intérêts. Elle permet aux élèves de prendre du recul sur leurs erreurs. Elle les oblige également à se focaliser sur la correction. En outre, elle permet au professeur de s’assurer de la bonne compréhension par les élèves de leurs erreurs initiales. Cette correction peut tout à fait être valorisée par un bonus de points sur l’évaluation, dans la mesure où de vrais progrès sont observés sur ces propositions de correction.

Il peut y avoir différentes modalités de mise en œuvre de ces corrections audio : on peut les utiliser pour corriger des évaluations formatives, ce qui permet aux élèves d’avoir à leur disposition tous les outils pour progresser en vue d’une évaluation sommative ; pour les élèves ayant une épreuve certificative sur la discipline dans l’année scolaire, les enseignants sont souvent pris par le temps, et il devient difficile de proposer une évaluation formative aussi fréquemment qu’on le voudrait. Dans ce cas, la correction audio peut être mise en place lors des évaluations sommatives, en vue d’une progression pour l’épreuve certificative qui suivra.

Les vingt-sept élèves d’une classe de terminale scientifique ont répondu à un questionnaire afin de connaitre leur ressenti sur les corrections audios. Leurs réponses montrent qu’ils ont apprécié le dispositif et qu’ils écoutent plus volontiers la correction audio qu’ils ne lisent les commentaires, et réécoutent certains passages si besoin.

Ils disent avoir appris de leurs erreurs du fait que la correction audio est «plus personnelle», «plus détaillée», qu’ «elle permet de mieux comprendre ses erreurs», qu’« une correction audio permet d’avoir l’explication de la démarche de la réponse ». À l’opposé, beaucoup d’élèves disent avoir «du mal à comprendre leurs erreurs» ou à «comprendre ce que l’on attend» d’eux, dans les commentaires écrits. D’autre part, 96 % des élèves indiquent que faire la correction de leur contrôle leur a été utile. Ils sont très nombreux à avoir indiqué que la correction audio leur permettait de mieux se focaliser sur leurs erreurs, afin de les comprendre et de ne plus les refaire.

LES LIMITES

La correction audio est sans doute plus chronophage pour l’enseignant que la correction écrite, s’il veut être suffisamment explicite. Pour gagner du temps et éviter de répéter de trop nombreuses fois la même chose dans la correction audio individuelle de chaque élève, le professeur pourrait faire un corrigé audio détaillé de l’ensemble de l’évaluation, qui serait envoyé à tous les élèves. La correction audio individuelle ne repèrerait alors que les réussites et les erreurs propres à chaque élève, et les redirigeraient vers la correction audio collective pour des erreurs récurrentes, ou pour des questions non traitées.

AVEC LE RECUL, CE QUE JE PEUX EN DIRE

Nous pouvons avancer les hypothèses suivantes pour expliquer les bénéfices retirés de la correction audio par les élèves : d’une part, des commentaires audios permettent d’évoquer plus facilement des exercices ou des exemples donnés en cours, qui réactivent probablement des souvenirs et donnent des repères concrets aux élèves ; d’autre part, on peut se permettre un niveau de détail beaucoup plus grand dans des commentaires audios que dans des commentaires écrits sur une copie. On peut par exemple expliciter toutes les étapes d’une démarche, ce qui est probablement beaucoup plus explicite pour les élèves, qui se sentent pris par la main pour comprendre leurs erreurs ou la démarche à suivre ; ensuite, le côté «oral» peut aussi donner à l’élève un sentiment de proximité, il peut se sentir de ce fait beaucoup plus concerné, ce qui doit nécessairement avoir un impact sur l’attention qu’il apporte à ces corrections.

Un autre aspect bénéfique de la correction audio est la relation de confiance qu’elle permet d’établir entre le professeur et ses élèves. Les élèves ont manifesté une vraie reconnaissance, ce qui explique probablement aussi l’engagement qu’ils mettent ensuite dans la correction qu’ils peuvent proposer de leur copie, les amenant ainsi à progresser.

Il serait malgré tout intéressant de voir quels seraient les résultats obtenus dans une classe ou les corrections audios seraient généralisées à une majorité des disciplines, afin de mesurer l’impact de l’effet nouveauté sur le ressenti des élèves.

Fanny Durand-Raucher
professeure de physique-chimie au lycée Jacques-Feyder d’Épinay-sur-Seine