Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’appel de Bobigny


À l’initiative du Réseau Français des Villes Éducatrices, plusieurs organisations (parents, jeunes, enseignants, universitaires, associations complémentaires de l’enseignement public et d’éducation populaire, professionnels des collectivités locales, élus locaux, professionnels de la petite enfance et responsables syndicaux) s’associent pour appeler à la mobilisation de tous autour de l’éducation et de la formation, dès la petite enfance et tout au long de la vie.

L’appel de Bobigny

Vers un grand projet national pour l’enfance et la jeunesse

20 octobre 2010

À l’initiative du Réseau Français des Villes Éducatrices, plusieurs organisations (parents, jeunes, enseignants, universitaires, associations complémentaires de l’enseignement public et d’éducation populaire, professionnels des collectivités locales, élus locaux, professionnels de la petite enfance et responsables syndicaux) s’associent pour appeler à la mobilisation de tous autour de l’éducation et de la formation, dès la petite enfance et tout au long de la vie.


L’éducation, à l’école et ailleurs, l’affaire de tous : c’est bien le message principal de cet « appel de Bobigny », rédigé à la suite des deuxièmes Assises nationales de l’éducation tenue en juin dernier en Seine-Saint-Denis. De nombreuses et diverses organisations se sont longuement et fortement impliquées pour parvenir à l’élaboration de ce texte proposant de premières pistes « vers un grand projet national pour l’enfance et la jeunesse » : organisations professionnelles du monde scolaire (mouvements pédagogiques, syndicats d’enseignants), associations complémentaires de l’école, association d’usagers (parents, lycéens, étudiants), collectivités locales, confédérations syndicales. Qu’autant d’acteurs des questions éducatives soient parvenus à travailler ensemble et à s’accorder sur ce texte est déjà un évènement en soi.

S’il est bien évidemment de l’ordre du compromis entre des positions parfois éloignées, des regards différents sur la jeunesse, l’école, le contenu du projet ne se limite pas à la dénonciation de l’existant ou de la politique menée ces dernières années, ni à une vague compilation de revendications susceptibles de convenir à tous. Il s’agit d’un projet cohérent, avec des affirmations fortes, par exemple pour dépasser le « quiproquo » de l’égalité des chances au profit de la garantie d’un droit à l’éducation pour chacun, pour affirmer la priorité à donner à l’école et au collège, la nécessité d’un engagement pour « permettre à chaque jeune de disposer à la fin du collège des éléments indispensables pour pouvoir choisir et construire son avenir et la poursuite de sa formation », la nécessité également d’une véritable formation initiale et continue des enseignants. Ça n’a décidément rien d’anodin que de grandes confédérations syndicales, la principale fédération de parents, les maires de nombreuses grandes villes se retrouvent pour soutenir de telles perspectives.

Le CRAP-Cahiers pédagogiques, à la hauteur de ses moyens, a été partie prenante de cette démarche. Notre association a toujours considéré que les problèmes pédagogiques ne se limitaient pas à des questions de techniques d’apprentissage ou de gestion de classe, étaient également des problèmes politiques : il allait de soi pour nous de nous engager dans cet appel, et de le signer.

Ce texte n’est pas définitif, veut avant tout ouvrir le débat : à tous de s’en emparer !

Patrice Bride