Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > N’oubliez pas d’apporter vos portables !


N° 514 Enseignant : un métier qui bouge

N’oubliez pas d’apporter vos portables !

La chronique d’é.l@b., par Abdellatif Kbida


Il peut être intéressant alors de détourner le matériel que possèdent la plupart des élèves. Cette pratique est désignée par le terme BYOD, «  Bring Your Own Device  », ou AVEC, «  Apportez votre équipement personnel de communication  ».

La plupart des smartphones sont livrés avec divers capteurs et équipements utilisables à des fins pédagogiques : l’appareil photo pour conserver des traces d’une visite, exploiter les images ; le micro pour transformer le smartphone en sonomètre mais aussi en dictaphone pour prendre des notes ; le lecteur multimédia pour de la baladodiffusion ; le GPS pour déterminer des positions et calculer des distances et vitesses et, bien entendu, la connexion à internet.

«  C’est pas nouveau !  »

Dans le cadre de ces activités, je demande préalablement aux élèves d’apporter leurs smartphones et les fais travailler par groupes de deux à quatre selon l’activité. Au moment de la constitution des groupes, je m’assure que chaque groupe a apporté un équipement, tout en prévoyant du matériel supplémentaire de l’établissement, mais aussi personnel. Lorsque c’est nécessaire, je demande aux élèves de télécharger et d’installer une ou plusieurs applications. Dans cette situation, le numérique encourage la démarche d’investigation et facilite l’individualisation, le groupe d’élèves utilise son matériel pour acquérir ses propres données ou réaliser ses propres expériences.

La démarche d’utiliser du matériel élève dans le cadre éducatif n’est pas nouvelle. Les élèves se servent de leur propre calculatrice, trousse, crayons, cahiers. Ce qui change ici, c’est, d’une part, qu’il ne s’agit pas d’un matériel à vocation scolaire ou préconisé par l’établissement et, d’autre part, qu’il s’agit d’un matériel communicant, qui doit s’intégrer au réseau scolaire public pour échanger des données ou accéder à des ressources locales ou sur internet. La pratique du BYOD ouvre donc des horizons, mais ne va donc pas sans poser des problèmes techniques.

D’abord, tous les élèves n’ont pas les moyens de s’offrir certains matériels. On devine également qu’en travaillant avec son propre matériel, la possibilité de distraction est forte. D’autre part, les logiciels, applications et formats sont multiples et différents selon les matériels, d’où une complexité pour l’enseignant. Enfin, un surcroit de travail est nécessaire pour l’interconnexion des matériels et assurer la sécurité informatique des réseaux scolaires.

Quels sont les avantages ? Ils sont nombreux : les élèves utilisent un appareil avec lequel ils sont familiarisés. En autorisant les personnels et les élèves à utiliser leur propre matériel, on réalise des économies de budget d’établissement. Les élèves sont attachés affectivement à leur appareil, ils ont moins tendance à l’oublier. Ils s’approprient les savoirs avec plus de facilité, car ils se sentent plus investis et plus autonomes. Les matériels élèves sont plus récents et mis à jour plus régulièrement.

Abdellatif Kbida