Fausses exigences

  • Faire écrire à trois carreaux de la marge, et trois, ce n’est pas deux ! Et exiger des cahiers propres.
  • Abreuver les élèves de dictées, d’exercices à trous à haute dose, en croyant ainsi travailler l’orthographe. Et enlever des points lorsqu’il y a des fautes, de manière impitoyable.
  • Une classe où l’on entend une mouche voler.
  • Être sévère dans la notation, car cela stimule l’effort et récompense le mérite véritable.
  • On ne va pas permettre aux élèves de refaire le travail raté, car ça encourage à la paresse et c’est injuste pour ceux qui ont réussi du premier coup !

Fausse bienveillance

  • Ne pas donner de travail difficile à faire, puisque certains ne le feront pas ou ne peuvent le faire en dehors de la classe.
  • Donner des consignes simples, au besoin en les lisant systématiquement à haute voix, sinon, ils n’y arriveront pas.
  • Récompenser l’effort : même si ce dossier est surtout du copier-coller, il y a eu du travail qui mérite d’être gratifié.
  • Ne pas compliquer les choses, faire toujours simple, expliquer d’avance ce que les élèves pourraient ne pas comprendre.
  • Ne pas aborder des textes trop difficiles d’accès.
  • Accepter les réponses approximatives pour certains élèves, car après tout, c’est déjà bien qu’ils s’expriment.

Jean-Michel Zakhartchouk
Cocoordonnateur du dossier