Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Prendre le virage numérique : une bonne idée ?


La chronique de Nipédu. N° 537 - Classes inversées

Prendre le virage numérique : une bonne idée ?

Régis Forgione, Fabien Hobart, François Lamoureux et Nicolas Olivier


Il existe une corrélation entre sentiment d’insécurité de l’enseignant, besoin de maitrise des paramètres classe et rigidité des pratiques. Sachant ce que vous vivez dans votre classe, est-ce bien raisonnable de répondre à l’injonction de la digitalisation ? Quelques points de vigilance à interroger.

  1. Nous utilisons tous des appareils connectés. Cependant, l’installation des applications et la gestion d’une flotte de terminaux appellent une expertise technique bien au-delà de ce qui peut être attendu chez un enseignant. Qui pour vous accompagner, vous former ?
  2. On associe personnalisation des apprentissages, intégration du numérique et réussite des élèves. Seulement, trouver l’application qui répondra aux besoins spécifiques de tel élève s’avère difficile pour des résultats peu convaincants : sentiment d’exclusion de l’apprenant, complexité d’utilisation de l’application, etc.
  3. Les magasins d’applications regorgent d’exerciseurs qui se substituent aux activités papier, sans plus-value véritable. À quoi bon s’échiner à refaire en version numérique ce qui fonctionne parfaitement sur papier ?
  4. L’application que vous avez choisie n’est compatible qu’avec la plateforme que vous utilisez en classe. Vos élèves se voient dans l’incapacité de poursuivre le travail hors de la classe, les familles dans l’impasse pour consulter les productions de leurs enfants.
  5. Soyons honnêtes : l’investissement en temps et en énergie pour s’autoformer est considérable au regard de l’impact, non mesurable et non immédiat, de vos nouvelles pratiques sur les apprentissages de vos élèves.
  6. Les meilleures applications sont bien souvent payantes. Pour vous les procurer, il vous faudra créer un compte usager lié à une carte bancaire. Ne reste plus qu’à mettre la main sur une carte de crédit (oui, mais laquelle ?).
  7. Vous aimeriez utiliser un seul compte pour connecter plusieurs élèves à une seule application au même moment ? Pas sûr que l’éditeur ou tout simplement la loi le permettent. Un compte pour chaque élève, voilà qui devrait ravir l’amateur ou l’amatrice de mots de passe que vous êtes.
  8. Qui dit numérique dit publication et toujours plus d’autorisations à faire signer, de problématiques de droit à l’image. Rappelons qu’à chaque publication en ligne doit correspondre une autorisation indiquant nature, durée de mise en ligne et conditions d’utilisation. Et que dire du stockage et de la propriété des données des élèves !
  9. Quel sera le degré d’adhésion de votre communauté éducative à ce virage numérique ? Les élèves délaisseront bien vite les gadgets introduits en classe, sans compter la lassitude partagée face aux dysfonctionnements répétés. Vous ferez face au scepticisme, voire à l’opposition des familles du fait d’une exposition prolongée aux écrans. Il y a de fortes chances pour que vous deveniez l’architecte de votre propre isolement. Enfin, quid du regard porté par l’encadrement sur les multiples dangers de vos initiatives pédagogiques et sur la prétendue efficacité de vos nouvelles pratiques sur des élèves qui, rappelons-le, ne sont pas des cobayes ?

Pour chacun de ces obstacles existe évidemment une kyrielle de réponses. Cependant, face à l’injonction d’innovation et à une certaine boulimie numérique, prenons garde à ne pas développer un sentiment d’inefficacité professionnelle chez de nombreux praticiens qui ne se verraient pas offrir les conditions nécessaires et suffisantes pour s’engager dans ce virage.

La dernière émission de Nipédu : http://nipcast.com/nipedu-77-eduquer-avec-le-numerique/

http://nipcast.com/category/nipedu/

Le sommaire et les articles en ligne

 

Sur la librairie

 

Classes inversées
La classe inversée, on en parle beaucoup, des partisans enthousiastes et des opposants décidés s’opposent. Est-ce une mode passagère, un gadget pédagogique, ou l’amorce d’un changement de fond ? Au-delà des définitions (trop) simples, ce dossier s’attache à mieux cerner ce qu’est la classe inversée.