Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Enseignant : quel métier !


Publication - Hors-série n°33

Enseignant : quel métier !

Dossier coordonné par Michèle Amiel et Patrice Bride

29 novembre 2013

Ce dossier propose un ensemble d’articles parus dans les Cahiers pédagogiques au cours des vingt dernières années. Pas de nostalgie dans notre démarche : nous souhaitons alimenter les débats en cours, en prenant du recul sur ce qu’une revue pédagogique a pu dire des métiers enseignants au cours des dernières années, sur ce qu’il ressort de ces articles parus au fil de différents dossiers. Ces textes sont de leur temps, déjà plus tout à fait le nôtre ; mais ils nous semblent contribuer à éclairer le chemin parcouru.


Avant-propos

Des métiers en mouvement

Ce dossier propose un ensemble d’articles parus dans les Cahiers pédagogiques au cours des vingt dernières années. Pas de nostalgie dans notre démarche : nous souhaitons alimenter les débats en cours, en prenant du recul sur ce qu’une revue pédagogique a pu dire des métiers enseignants au cours des dernières années, sur ce qu’il ressort de ces articles parus au fil de différents dossiers. Ces textes sont de leur temps, déjà plus tout à fait le nôtre ; mais ils nous semblent contribuer à éclairer le chemin parcouru.

Ils sont issus de différents dossiers, qui en disent long par leur titre : « Notre métier, notre identité », « L’administration tue-t-elle la pédagogie ? », « L’autonomie de l’enseignant ». Ils montrent un métier au statut très délicat : une dimension fortement individuelle (l’enseignement est un choix personnel, au point que l’on parle de « vocation », le recrutement se fait par concours très sélectif, la carrière, et en particulier les mutations, se fait sur des critères essentiellement personnels) ; une dimension fortement institutionnelle (les enseignants sont fonctionnaires d’État, avec un statut très précis des contraintes administratives fortes). La tension entre ces deux dimensions parcourt de nombreux articles, préoccupe manifestement les pédagogues. Chaque enseignant peut-il revendiquer son autonomie ? En quoi consiste cette liberté pédagogique souvent revendiquée ?

Il est également beaucoup question de l’engagement personnel des enseignants dans leur métier : « Des enseignants suffisamment solides », « Souffrances de profs ». Ce n’est décidément pas un métier de technicien, où le respect des procédures garantirait l’efficacité de l’action. C’est un métier qui touche à des dimensions humaines très fortes : la relation avec des élèves toujours jeunes, alors qu’on avance inexorablement dans sa vie personnelle ; la transmission des savoirs maitrisés, de l’expérience accumulée à une nouvelle génération ; la vie commune dans la collectivité d’un établissement. Présenter son parcours professionnel, c’est raconter sa vie. Les difficultés professionnelles sont intimement liées à des difficultés personnelles, parce qu’elles s’y enracinent, parce qu’elles les enkystent.

Ces articles permettent de dépasser des lieux communs sur un métier toujours en crise ou encore l’éternel malaise enseignant. Il montre des métiers en mutation constante, à l’échelle individuelle comme institutionnelle. Certes la société se transforme, les élèves comme leurs parents ne sont plus les mêmes, et ses évolutions bousculent l’exercice des métiers. Mais les enseignants ne font pas que les subir, ils en sont bien parties prenantes, avec leurs marges de manœuvre.

Mais ils montrent également une constante : un métier paradoxalement marqué par la solitude, celle de l’enseignant dans sa classe, face à la préparation de ses cours ou à la correction de ses copies. C’est peut-être une limite de ce dossier, et une feuille de route pour un prochain (d’ores et déjà en préparation pour l’année 2014). Pour beaucoup d’enseignants d’aujourd’hui, le métier ne se limite pas à des cours disciplinaires, englobe de multiples tâches et responsabilités, plus ou moins précises : l’animation de la vie de classe, l’aide personnalisée, des travaux interdisciplinaires, la conduite de projet, l’implication dans des activités de formation comme le tutorat, la participation à un conseil pédagogique. L’exercice collectif du métier, dans le cadre de l’établissement, prend de l’ampleur au travers, entre autres, de la mise en place du socle commun ou de nouvelles modalités d’évaluation des compétences des élèves. Décidément, des métiers en mouvement !

Voir en ligne : Commander ce numéro

Lire aussi :

Le document du CRAP « Contributions à la concertation »
Page 53, Quatrième groupe de travail : « Des personnels formés et reconnus »