Accueil > Publications > Articles en ligne > Ce que j’ai appris en créant le TwittMOOC


La chronique d’é.l@b du n° 524

Ce que j’ai appris en créant le TwittMOOC

Stéphanie De Vanssay


Il y a un peu plus d’un an et demi, je me suis laissée prendre au jeu du MOOC eLearn2 que je comptais suivre «  en touriste  » et dans le cadre duquel j’ai créé à mon tour un MOOC. Car pour bien profiter de ce formidable «  cours en ligne pour créer des cours en ligne  », il me fallait créer vraiment un cours. J’ai rapidement déterminé que Twitter correspondait à mon domaine d’expertise et qu’il y avait de réels besoins. Twitter est un réseau social avec ses codes, quand on y débarque on se sent vite seul et perdu et de nombreuses personnes abandonnent avant d’avoir pu entrapercevoir tout ce que l’on peut en tirer. Bref, en suivant les étapes de eLearn2, j’ai créé un MOOC pour apprivoiser Twitter que j’ai nommé le TwittMOOC.

J’ai monté ce projet seule mais ne le suis pas restée longtemps, une véritable communauté s’est créée : nous sommes aujourd’hui plus de 500 ! Les nouveaux sont accueillis et accompagnés par les plus anciens, le MOOC est immersif, l’inscription et les activités se déroulent directement sur Twitter. On s’entraide, on apprend en s’amusant avec des défis à relever, mais on apprend vraiment ! Certains participent peu, d’autres répondent aux questions, écrivent des billets, donnent des idées, font une veille ciblée sur Twitter, etc. Quelques-uns sont hyperactifs et proposent en plus des activités, et incitent les nouveaux twitteurs à nous rejoindre. Chacun vient piocher ce qui lui convient et progresse au fil des questions soulevées par les uns et les autres. J’identifie quatre ingrédients qui me semblent expliquer le succès du TwittMOOC :

  • l’aspect ludique : les défis, la bonne humeur, le côté loufoque et intriguant de certaines propositions éveillent l’intérêt et donnent envie de participer ; la communauté est sympathique, de bonne humeur, ça donne envie de nous rejoindre ;
  • l’absence de pression : participent ceux qui ont envie de participer, pas de relance, pas de culpabilisation de l’observateur. D’abord parce que je n’ai ni le temps ni les moyens de surveiller l’activité des membres. Chacun est prévenu que pour être aidé, accompagné, il doit solliciter de l’aide. C’est très bien ainsi : sans pression, les participants s’investissent plus volontiers, car ça ne les engage à rien d’autre ;
  • la valorisation : au fil des jours, je valorise ce que les uns et les autres ont fait (une découverte, un partage, une aide apportée, un billet intéressant diffusé, un défi relevé.) Cela donne à voir ce qu’il se passe et envie de participer à son tour. Cela rassure aussi de voir que d’autres osent, tâtonnent, se posent des questions ;
  • le groupe : la communauté bienveillante et diversifiée (il y a beaucoup d’enseignants, mais aussi des gens d’horizons variés) évite de se sentir perdu et reste un point d’ancrage en cas de souci, même quand on commence à être plus à l’aise. De plus, on passe du virtuel au réel avec de plus en plus de rencontres IRL (in real life) entre TwittMOOCeurs !

La richesse de cette expérience, me semble ouvrir des pistes sur ce que l’on peut proposer et vivre dans le cadre de formations à distance, non sans lien avec ce qu’il se passe en présentiel et notamment dans nos classes.

Sur la librairie

JPEG

 

Le pari du collectif
C’est une évidence, nous travaillons tous en équipe : dans l’établissement, autour d’une classe, pour un projet, sur un cas particulier d’élève… Hors du collectif, point de salut ! Est-ce si sûr ?


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

    Un projet bien mené
  • N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

    Bibliographie
  • L’actualité éducative du n° 533

    Une refondation à poursuivre !
  • N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

    Un cadre précurseur pour enseigner les sciences en maternelle
  • N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

    EPI «  Passerelle  »
  • N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

    La Main à la pâte en éducation prioritaire, dans la durée
  • N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

    En technologie, l’investigation est-elle suffisante ?
  • N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

    Monsieur, peut-on utiliser Minecraft ?
  • L’actualité éducative du n° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

    «  Ma crainte, c’est que l’école se referme  »
  • L’actualité de la recherche - N° 533

    L’oppression par le genre : une entrave à l’égalité