Accueil > Publications > Les avant-propos > Ça bouge !


Avant-propos du n° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

Ça bouge !

Sabine Coste, Nicole Priou


Scolarisant un élève sur trois du second cycle du secondaire, l’enseignement professionnel est une voie centrale du système éducatif. Souvent précurseur en matière d’évaluation, de pédagogie ou d’accompagnement, il expérimente des dispositifs qui contribuent ensuite à la réussite des élèves des autres voies d’enseignement.

Notre précédent dossier sur l’enseignement professionnel remonte à novembre 2010. Il était publié dans la foulée de la réforme généralisant le baccalauréat professionnel en trois ans. Quelles évolutions depuis sept ans ? Quelles reconfigurations sont à l’œuvre ? Ce numéro-ci s’intéresse à l’enseignement professionnel dans sa généralité. Il met en lumière sa diversité : Segpa (section d’enseignement général adapté), MFR (maison familiale rurale), CFA (centre de formation d’apprentis), lycée pro, enseignement agricole sont autant de contextes où il se déploie. Derrière cette diversité se dégagent des convergences dans le rapport à la scolarité entretenu par les élèves, dans la mobilisation des enseignants pour les faire réussir, dans les facteurs favorisant ou contrariant les apprentissages. Des différences aussi entre l’enseignement agricole qui autorise une fluidité des parcours et un système plus cloisonné et hiérarchisé, source d’obstacles à dépasser.

Le récent rapport du Cnesco (Conseil national d’évaluation du système scolaire) souligne une situation contrastée : sept mois après l’obtention d’un diplôme sous statut scolaire, 57 % des titulaires d’un CAP et 46 % des bacheliers professionnels sont au chômage ; 59 % des bacheliers professionnels inscrits en section de technicien supérieur décrochent leur diplôme, soit vingt-six points de moins que les bacheliers généraux.

Pour autant, il ne s’agit pas de s’appesantir sur un constat d’échec, mais bien de mettre au jour les évolutions en cours. Du travail reste à faire pour optimiser la filière professionnelle, mais sans doute convient-il de ne pas oublier que 22 % des jeunes d’une génération sont aujourd’hui titulaires d’un bac pro, alors qu’ils n’étaient que 3 % en 1990. C’est parce que l’enseignement professionnel souffre encore trop de ne pas être considéré comme une voie «  d’égale dignité  » que nous avons choisi de valoriser ses réussites, sans complaisance, plutôt que dénoncer ses limites.

L’enseignement professionnel étant méconnu et socialement dévalorisé, sa diversité est à l’origine de nombreuses évolutions qui font sa richesse et sa force. C’est ce que démontrent les contributeurs de la première partie du dossier. Renouveler les approches, diversifier les supports et les outils, apaiser les relations humaines pourraient être les dynamiques façonnant les pratiques pédagogiques des différents acteurs. Les articles de la deuxième partie montrent comment ces pédagogies fondées sur la volonté de faire rompre les jeunes avec leur passé de souffrance ou d’échec, pour les enrôler vers de nouveaux possibles, contribuent à des réussites personnelles et professionnelles. Enfin, ces pratiques novatrices nécessitent de repenser les relations de travail, d’ajuster des dispositifs, de questionner le métier, somme toute de favoriser un développement professionnel que les contributeurs de la troisième partie de ce dossier dévoilent et discutent. C’est donc un souci de compréhension et de mise en débat qui anime l’ensemble du dossier.

L’enseignement professionnel, sans bruit, ne cesse d’évoluer. Sans doute conviendrait-il, pour donner un coup d’accélérateur à ces évolutions, de faire enfin confiance aux enseignants et de «  cesser de penser le métier enseignant dans une logique hiérarchique descendante  », comme le rappelle judicieusement Vincent Troger en conclusion.

Sabine Coste
Docteure en sciences de l’éducation, laboratoire Éducation, cultures, politiques (EA 4571), université Lyon 2

Nicole Priou
Formatrice, membre du comité de rédaction des Cahiers pédagogiques

Sur la librairie

JPEG

 

Voie professionnelle : (r)évolutions en cours
La rénovation de la voie professionnelle engagée en 2009 a modifié les représentations sur les études initiales et la façon d’envisager les inégalités scolaires. Les caractéristiques sociales des jeunes scolarisés dans la voie professionnelle se sont, elles aussi, modifiées. Entre «  diplôme bradé  » et «  émancipation sociale  », quel état des lieux ?

Voir le sommaire et les articles en ligne