Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Après la pluie, l’arc-en-ciel


Éditorial du N° 506 - À l’école de la bande dessinée

Après la pluie, l’arc-en-ciel

par Patrice Bride

Vous avez peut-être reçu le numéro 506 des Cahiers pédagogiques. Vous avez peut-être noté qu’il avait été coordonné par Mélie Jouassin et que le dossier portait sur la bande dessinée. Vous l’avez peut-être ouvert, feuilleté. Alors vous avez remarqué, vous avez forcément remarqué. Dans les actus, le dossier, pour les photos des rubriques... Et ça change tout ! Sauf l’essentiel...

Notre revue passe en couleurs, pour ce numéro et les suivants. C’est à l’occasion de ce dossier sur la bande dessinée, qui méritait bien un soin particulier pour son iconographie ; c’est aussi à la suite d’une opportunité pour profiter de la diminution des couts d’impression. Plus largement, c’est aussi dans le souci de proposer une revue toujours plus accessible, plaisante à lire, autant que possible. Dans le même esprit, de façon moins visible, nous poursuivons nos efforts pour varier le contenu des rubriques ou améliorer l’accompagnement à l’écriture des auteurs.

Nous restons donc fidèles à notre projet éditorial, et ce dossier en témoigne : des textes ambitieux, qu’ils soient le fait d’enseignants utilisant la bande dessinée dans leur classe, d’auteurs de BD intervenant dans les écoles, de formateurs ou d’universitaires proposant des approches plus savantes de cet «  art séquentiel  ». Autant de supports pour alimenter les pratiques, aider chacun à faire feu de tout bois pour améliorer les apprentissages des élèves.

Les Cahiers pédagogiques de 2013 s’inscrivent ainsi dans la continuité de leur projet d’encourager la mutualisation des pratiques, la réflexion partagée sur des questions éducatives. Du haut de l’école nous arrive actuellement une loi annonçant sa refondation. La formation initiale y occupe une place importante, avec la mise en place des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation. En bas de l’école, les débats parlementaires ne semblent guère avoir été suivis ou commentés. Mais la refondation sera aussi le fait de toutes les actions et projets modestes des personnels des établissements scolaires, pour, vaille que vaille, développer les connaissances et des compétences de leurs élèves. Mieux le faire est certainement une question de postes, d’évolutions règlementaires, structurelles, c’est aussi une question de réflexion, individuelle et collective, sur les pratiques professionnelles, donc de formation continue, d’échanges entre collègues, de lectures. C’est bien l’ambition des Cahiers que d’y contribuer.