Faut-il parler de miracle finlandais ?

La première enquête PISA (2000) fut pour les finlandais une divine surprise : sur les 43 pays étudiés, la Finlande se classait 1ère en lecture, 3e en sciences et 4e en mathématiques. En 2003, elle fit mieux encore : 1ère dans ces trois domaines et 2e pour la résolution de problèmes.

Mais le plus remarquable est que l’écart garçons-filles est le plus réduit et qu’avec l’Islande c’est le pays où l’impact de l’origine sociale est le plus faible. Les différences entre établissements scolaires, toujours avec l’Islande, sont aussi les plus faibles. Corrélativement, les élèves finlandais ont un sentiment d’eux-mêmes très positif par rapport aux apprentissages.

La Finlande a su résoudre le faux débat sur ce qu’il faut mettre au centre du système : l’élève ou les savoirs. L’idée qu’un élève heureux, épanoui, libre de se développer à son rythme, acquerra plus aisément les savoirs fondamentaux n’a rien là-bas d’une utopie de pédagogue illuminé. La Finlande respecte profondément les savoirs, mais elle respecte encore plus les individus à qui elle veut les faire acquérir.

Car c’est bien cela au fond que semble viser le système éducatif finlandais : aider chaque élève à accéder au statut de personne humaine pleinement responsable, et capable de prendre part en toute conscience à la société sans jamais cesser d’être soi-même. Contrairement aux idéaux républicains, qui, aussi généreux soient-ils restent largement extérieurs à la personne, les valeurs morales que les finlandais promeuvent sont tissées au plus intime de l’être.

La Finlande a également fait la démonstration qu’un haut degré de décentralisation n’était nullement incompatible avec une très forte réduction des écarts entre territoires et que l’autonomie très grande accordée aux municipalités et aux établissements eux-mêmes était tout à fait profitable à l’amélioration générale du système.

Paul Robert, principal de collège, a profité du programme européen ARION pour aller voir sur place le système éducatif finlandais. Il le décrit et l’analyse et tente d’esquisser des pistes utiles pour notre propre système.

Lire la tribune sur le site d’Éducation & Devenir