Articles

Le transfert a-t-il un avenir dans l’apprentissage et l’enseignement ?

Il ne suffit pas d'encourager "l'application" à l'école. L'enseignant doit viser le développement de compétences et se préoccuper du transfert des apprentissages.

« Si je te dis transfert … »

L'idée de transfert fait couler beaucoup d'encre. Mais, c'est toujours celle des adultes. Or, qu'en pensent les élèves ?On s'accorde généralement entre éducateurs à voir dans le transfert une ambition légitime. Reste que le concept ne fait pas l'objet d'un consensus. Tout le monde n'entend et n'attend pas la même chose. Et l'enfant ? Que pense ou imagine un écolier quand on évoque le mot ? À quoi l'associe t-il ? Si la curiosité nous a conduit à interroger les premiers concernés, le recueil de leurs idées nous a rapidement interpellé.
Intrigués, nous avons fait passer un mini questionnaire. Celui-ci demande d'associer individuellement le terme à trois autres mots ou phrases courtes. Onze classes élémentaires et quatre de collège constituent notre corpus. Cela représente plus de trois cents élèves. Les plus jeunes ont huit ans, les plus âgés seize ans La population se distribue sur deux gros établissements scolaires du Puy de Dôme.

Métacognition et transfert des apprentissages à l’école

L'une des premières hypothèses des travaux sur la métacognition est qu'elle favorise le transfert des apprentissages, ces travaux portant sur des apprentissages de stratégies. Le travail qu'a effectué Anne-Marie Doly dans des classes, qui vise à faire utiliser la métacognition par les élèves pour construire des connaissances et des procédures propres à la démarche expérimentale, illustre cette hypothèse et permet en même temps de revenir, à la suite de travaux expérimentaux sur les conditions de ce transfert sur ses conditions pédagogiques peu étudiées dans les travaux expérimentaux.

Quelle transversalité des compétences en EPS ?

Qu'est- ce que le transfert ? Qu'est-ce que la transversalité ? Dans quelles mesures ces notions sont-elles utiles pour un enseignant s'il veut permettre à ses élèves de capitaliser leurs apprentissages ? Est-il possible que sur la base des acquisitions réalisées en EPS, l'élève puisse s'adapter, réinvestir ce qu'il sait faire, pour aborder de nouvelles activités, pour gérer seul sa vie physique ? Traces d'expérience d'une année de PLC2...