« Même jeune, on ne doit pas hésiter à philosopher. (…) Il n’est jamais trop tôt, qui que l’on soit, ni trop tard pour l’assainissement de l’âme. »
Epicure

« On a grand tort de peindre la philosophie inaccessible aux enfants. »
Montaigne

« L’impact de la philosophie sur les enfants pourrait ne pas être immédiatement apprécié. Mais l’impact sur les adultes de demain pourrait être tellement considérable qu’il nous amènerait à nous étonner d’avoir refusé la philosophie aux enfants jusqu’à ce jour. »
Matthew Lipman

Les éditions du Cheval Vert sont nées du désir de relier littérature de jeunesse et philosophie. La démarche s’inscrit dans le courant qui, depuis la fin des années soixante, cherche à favoriser un éveil de la pensée réflexive chez l’enfant, et défend l’idée qu’un travail d’ordre philosophique peut être conduit avec de jeunes enfants. L’enfance est l’âge d’un questionnement dont la philosophicité ne fait souvent aucun doute (ce qui fera dire au philosophe Groethuysen que « la métaphysique consiste à répondre aux questions des enfants » !). Ce questionnement est précieux : il importe de savoir l’accueillir, l’encourager et le nourrir, sans quoi il pourrait s’étioler et peut-être disparaître. En ce domaine la vigilance s’impose, car cette pensée qui questionne est fondatrice de toute curiosité intellectuelle ultérieure. On ne peut devenir sujet par la pensée et par la parole, c’est-à-dire sujet pleinement humain, sans avoir un minimum entrepris ce type de travail de la pensée.
Nourrir et encourager le questionnement c’est, entre autres, proposer aux enfants des supports riches. Il nous a semblé que les mythes de Platon constituaient, dans cette perspective, un matériel inégalable et essentiel, parce qu’ils sont à la fois à l’origine de la philosophie et promoteurs d’un questionnement sur l’origine. Les questions que le mythe pose sont à la fois les plus anciennes (les plus originelles) et les plus actuelles, parce qu’elles sont de toujours. En outre, ces questions sont portées par un récit chargé d’images, permettant une réconciliation entre raison et imagination, réflexion et sensibilité. À ces images textuelles, nous avons choisi d’ajouter des illustrations, du « visuel » pour renforcer cet ancrage de la sensibilité et de l’imagination, et ce faisant faciliter les étayages de la pensée réflexive.
Les adaptations ont été faites dans le souci d’être le plus fidèle possible à l’esprit et à la lettre du texte original, quand il n’était pas possible d’utiliser le texte lui-même du fait de sa complexité. En aucun cas nous n’avons voulu utiliser le texte comme un prétexte : nous n’avons d’ailleurs pas voulu l’utiliser du tout, seulement se mettre à son service.

Bruno Jay

Contact : editionsduchevalvert@free.fr