Nos amis de N’autre école publient en un recueil diverses chroniques de la revue qui nous proposent un voyage à travers la pédagogie, quand celle-ci assume son rôle politique et social. On y rencontre aussi bien Pelloutier père du syndicalisme, partisan d’une pédagogie d’« action directe », des penseurs libertaires comme Francisco Ferrer ou Ivan Illich (si tant est qu’il soit classable !) et bien sûr Freinet, tous resitués dans les combats d’aujourd’hui. Un retour aux sources vives d’une critique de l’école telle qu’elle fonctionne, pour imaginer des alternatives, comme le souligne dans sa vigoureuse préface Charlotte Nordmann. Si l’on ne partage pas forcément toutes les analyses présentées ici, on ne peut que saluer ce travail qui permet de réfléchir aux apports très actuels de ces grands pédagogues critiques, si mal connus de ceux qui s’intéressent à l’école.