Permettre à différents acteurs de la communauté éducative d’échanger en toute liberté, faire le lien entre la recherche en éducation et le grand public, tels sont les objectifs du cycle de rencontres des Mercredis de la bibliothèque de l’INRP.
Cette année cinq conférences sont programmées sur des thématiques variées.

– Entrée libre et gratuite de 18h30 à 20h00.
– Bibliothèque Denis Diderot – 5 parvis René-Descartes – Lyon 7e

www.inrp.fr/INRP/mercredis

17.10.07
L’Europe de l’éducation

Le début du XXIe a été incontestablement marqué par la montée en puissance des enquêtes internationales visant à évaluer et à comparer les « performances » des différents systèmes éducatifs et les acquis des élèves. La plus connue est l’enquête PISA. Mise en œuvre par l’OCDE en 2000, elle est réitérée depuis, tous les trois ans.

Quels sont les intérêts et les limites de ces enquêtes internationales pour l’évaluation des politiques éducatives, pour l’étude des inégalités sociales dans les différents systèmes éducatifs ?

Nathalie Mons, maître de conférences en sciences de l’éducation,
Jean-Yves Rochex, professeur des universités en sciences de l’éducation, co-rédacteur en chef de la Revue française de pédagogie.

21.11.07
Histoire et enseignement des mathématiques

Quels sont les apports de l’histoire des mathématiques pour la réflexion sur l’enseignement mathématique et scientifique aujourd’hui ? Dans la formation des enseignants et dans la classe ? Quatre équipes de professeurs de mathématiques ont travaillé sur ces questions dans le cadre d’un projet IREM-INRP. Leurs travaux montrent que les idées de rigueur, d’évidence et de démonstration ont changé au cours des époques.
Ces constats suscitent de nombreuses questions sur les apprentissages. Qu’accepte-t-on comme rigoureux, comme évident ? Que décide-t-on de démontrer ? Quand et pourquoi ? Est-ce qu’il y a des niveaux de rigueur et d’abstraction au cours de la scolarité ? Quelles explicitations, quelles réponses, les enseignants doivent-ils élaborer pour eux-mêmes ou pour leurs élèves ?

Evelyne Barbin, professeur des universités en histoire des sciences, responsable de la commission inter-IREM « épistémologie et histoire des mathématiques »,
Anne Boyé, professeur agrégé de mathématiques associé à l’INRP, animatrice à l’IREM des Pays-de-la-Loire.

23.01.08
20 ans de politique de la lecture

À la fin du XXe siècle, la question de la lecture a été inscrite sur les agendas politiques et administratifs. Le phénomène de l’inégalité de sa distribution et de son appropriation a été construit comme un problème culturel et social prioritaire. Les politiques du livre et de sa lecture se sont affirmées comme des politiques d’offre : offre d’objets à lire, de lieux de lecture, multiplication des actions d’incitation. Grâce à quels acteurs et selon quelles modalités la prise en charge du problème s’est-elle effectuée ? Pour quelle résolution ?
Quels sont les effets de cette orientation politique dans les relations entre les partenaires de la culture et de l’Éducation nationale ?

Anne-Marie Bertrand, directrice de l’ENSSIB (école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques),
Max Butlen, maître de conférences.

19.03.08
Évolution du travail, transformation du métier : les enseignants face aux nouvelles prescriptions

Plusieurs enquêtes ethnographiques récentes dans des établissements scolaires montrent que les multiples injonctions officielles provoquent des modifications dans le travail des enseignants.
Face à l’intensification du travail et à une redéfinition en cours du métier, ces enquêtes mettent au jour de nouvelles épreuves pour les enseignants et un sentiment de ne pas faire du “bon travail”. D’autant plus quand les organisations du travail ne sont pas adaptées aux ambitions des prescriptions.
Il existe un décalage entre une activité en partie transformée et la définition du métier évoluant moins rapidement. Cela prive les enseignants de repères collectifs leur permettant de stabiliser leur activité en référence à des règles de métier renouvelées et partagées.

Françoise Lantheaume, maître de conférences,
Jean-François Marcel, professeur des universités en sciences de l’éducation à l’ENFA (école nationale de formation agronomique).

14.05.08
Les livres pour la jeunesse au XIXe siècle

À l’occasion des deux expositions tenues à la bibliothèque municipale de Lyon et à la bibliothèque de l’INRP, ce débat portera sur le développement de l’édition pour la jeunesse au XIXe siècle et sur la mode des “cartonnages romantiques”.
Différents d’une reliure traditionnelle, ces cartonnages et leurs contenus ont été longtemps négligés avant de susciter le plus vif intérêt. En effet, ces ouvrages sont la plupart du temps des romans historiques, certes à finalité morale, mais dont l’inspiration est également romantique. Ils ont joué un grand rôle dans l’imaginaire de l’époque…

Jean Glénisson, ancien directeur de l’institut de recherche et d’histoire des textes,
Francis Marcoin, professeur des universités en littérature.


Contact presse : Service communication – Amélie Ballot
04 72 76 61 12
communication@inrp.fr