En attendant nos quatrièmes Assises de la pédagogie, le 21 octobre à Paris, intitulées « le changement, c’est maintenu ? », les Rencontres du CRAP, à La Capelle ont bien relevé le défi de chercher ensemble les pistes pour aller vers une école plus juste, et d’abord dans nos pratiques de tous les jours. Avec enthousiasme et réalisme à la fois, des entrants dans le métier aux proches de la retraite (et au-delà) en passant par tous les stades de la carrière. Pas de formules toutes faites ni prétention à trouver des recettes, mais une confiance dans le partage des ressources, le pouvoir qu’apporte une meilleure intelligence des situations, et l’éducabilité de tous.

Au passage, nous avons découvert une région, la Thiérache, un peu oubliée des circuits touristiques, mais qui renferme bien des trésors, dont le fameux Familistère de Guise (photo ci-dessous) où voici presque deux siècles, on inventa la coopération et l’éducation pour tous, l’égalité hommes-femmes et l’attention portée au bienêtre des travailleurs. Et bien sûr les traces des deux guerres, ce qui renvoie aussi à ce qui va être fait dans les classes pour la commémoration de la Première Guerre mondiale.

le Familistère de Guise

le Familistère de Guise

Ce n’est qu’à la toute fin des Rencontres d’été que nous avons appris la démission du gouvernement et le départ de Benoit Hamon. Après un coup de blues ou de colère devant la valse des ministres (sans jeu de mots), peut-être une touche d’espoir que la « refondation » prenne un second souffle ?

Allez, on garde toute notre énergie pour combattre la morosité et le défaitisme…