À la rentrée 2006, la mise en application de la note de vie scolaire a suscité beaucoup de questionnements, concernant notamment la justice et l’efficacité d’un tel dispositif. La recherche menée par Rachel Gasparini, maître de conférences en sociologie à l’Université Lyon 1/IUFM et chercheuse au Groupe de Recherche sur la Socialisation (Université Lyon 2/ENS Lettres et Sciences Humaines, UMR CNRS 5040) a analysé la manière dont la note de vie scolaire a été reçue dans plusieurs établissements socialement et scolairement contrastés de quatre académies. Dans la retraduction diverse de cette injonction nationale, plusieurs éléments sont à prendre en compte : l’adaptation aux contraintes locales (favorisée par la politique de l’autonomie des établissements) ; les relations et le fonctionnement entre professionnels de chaque établissement ; les représentations et les pratiques des différents corps de professionnels. Au total, 85 professionnels ont été interrogés par entretien : chefs d’établissement, professeurs principaux, CPE, inspecteurs IPR-EVS, assistants d’éducation. Enfin, 63 entretiens menés avec des collégiens de 3e permettent d’analyser également la manière dont la note de vie scolaire a été accueillie du côté des élèves.

Rachel Gasparini est maître de conférences en sociologie, Université Lyon 1/IUFM de Lyon.

Programmation 2014-2015

Programmation 2014-2015

En savoir plus