Dans un paysage audiovisuel marqué par l’empreinte de la publicité, la course effrénée à l’audience, le traitement rapide et souvent superficiel de questions majeures pour notre époque, Cap Canal veut représenter une véritable alternative audiovisuelle. Une chaîne de service public, articulée à l’Éducation nationale, mais aussi aux associations qui œuvrent dans le champ éducatif et social. Elle vient d’engager en octobre 2006 une évolution importante : des émissions pour tous les publics (enfants, parents, enseignants, éducateurs, travailleurs, sociaux, etc.) et des « événements » autour de ces émissions qui, outre leur diffusion sur le câble, seront disponibles par Internet et en DVD.
Le public des enfants reste prioritaire avec la production de documentaires, des recréations de spectacles vivants, des films d’animation. Ces films sont mis à disposition des enseignants sur les temps scolaires de l’école primaire mais ils peuvent également être vus dans les familles à d’autres horaires. Ainsi la série « Lucie raconte l’histoire des sciences », huit films de 24 minutes où Lucie la luciole raconte aux enfants l’histoire des sciences, des origines à nos jours.
Cap Infos, magazine de l’école présenté par Philippe Meirieu, s’ouvre à des sujets sur le collège et le lycée : Pourquoi ne lisent-ils pas au collège ? L’enseignement professionnel n’est pas une poubelle… L’orientation… On retrouve aussi Philippe Meirieu dans Le magazine des familles : avec ses invités, il répond à des questions enregistrées auprès d’un groupe de parents dans une école, un centre social, une bibliothèque. Elles sont ensuite soumises à un collège d’experts qui s’efforce d’apporter des réponses pratiques ou des pistes de réflexion. Outre la diffusion antenne, un visionnage collectif est organisé avec les parents participants.
L’émission Cap Sup, en partenariat avec le pôle universitaire de Lyon, propose chaque mois la chronique d’un universitaire sur un sujet de son choix ; un plateau consacré à une question vive avec des reportages, dans une visée tantôt d’explication, tantôt de débat ; le portrait d’un chercheur ou d’un laboratoire ; un reportage sur la vie des établissements.
Enfin, des « quinzaines thématiques » offrent un ensemble de films, documentaires et plateaux qui donnent une vision globale et permettent d’aller plus loin dans l’information et la réflexion. En octobre : théâtre et éducation, en janvier : les relations familles/école, en avril : l’entrée dans le livre et la lecture.
Dans le projet de Cap Canal comme dans ses réalisations, on sent la volonté forte d’œuvrer pour un service audiovisuel exigeant, accessible sans démagogie, construit sur la richesse des rencontres et qui parie sur la durée : les émissions constituent des ressources durables, regardées à l’antenne, consultées sur Internet, empruntées ou achetées puisqu’elles seront bientôt disponibles en DVD.

Florence Castincaud


Consulter le site de Cap Canal.
– Pour s’abonner à la newsletter : capcanal@mairie-lyon.fr