Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Une méthodologie pour les exposés d’élèves


Une méthodologie pour les exposés d’élèves

Sylvain Connac

20 février 2019

Comment aider des élèves à se lancer dans l’élaboration d’un exposé ? Faut-il leur imposer un thème ou les laisser libres de choisir ? Comment les accompagner pour que le projet aboutisse, tant en matière de coopération entre conférenciers que de transmission des connaissances aux auditeurs ? Voici un exemple, observé en école, collège et lycée.


En tant qu’enseignant, si on décide de proposer aux élèves de réaliser des exposés, c’est certainement pour leur donner la possibilité d’entrer dans une posture d’auteur de réalisations scolaires. Ils ne reçoivent ni des savoirs transmis ni des supports à manipuler pour être actifs. Ils en créent, dans l’optique de les présenter à la classe.

Les exposés d’élèves sont directement empruntés aux pratiques de conférences d’enfants, à l’initiative du mouvement Freinet : « Sur la base d’une BT [bibliothèque de travail], par exemple, d’une enquête menée dans le milieu, ou d’une documentation personnelle récoltée dans la famille ou par correspondance, l’enfant rédige une conférence abondamment illustrée. Ce travail, excellemment motivé, suscite un grand intérêt pour celui qui l’écrit, d’où application dans l’écriture, l’illustration, la présentation et le goût, toutes choses essentielles à la vraie culture que nous préparons » [1]

Plusieurs questions se posent à celles et ceux qui proposent des exposés à leurs élèves : comment motiver tous les élèves à réaliser un exposé ? Quelles consignes pour guider les élèves ? Combien d’élèves peuvent travailler ensemble ? Quelles sources documentaires conseiller ? Comment intéresser l’écoute des élèves-auditeurs ? Comment évaluer des exposés ?

Une fiche-outil comme guide

Nous avons observé des enseignants, en cycle 3, en cycle 4 et en lycée, utilisant une fiche-guide pour étayer la démarche globale dans laquelle ils inscrivent leurs élèves. En voici un exemple, pensé pour des binômes d’élèves, volontaires et associés, pour les conduire à développer des agirs coopératifs.
(Cliquez pour visualiser la fiche-guide.)

PDF - 165.9 ko

Miser sur le volontariat

Nous avons repéré que, pour encourager les élèves à se lancer, les enseignants observés ne les obligeaient pas à s’engager : les exposés sont le fruit de démarches volontaires. Les autres en viennent à s’y intéresser grâce aux moments où leurs camarades sont valorisés lors des présentations devant la classe. Pour aider ceux qui disent ne pas avoir d’idées, une affiche est souvent présente avec des idées de thèmes proposés.

Pour les exposés en histoire, les enseignants demandent aux élèves d’inclure une frise chronologique dans leur exposé, pour bien situer la période dont ils parlent. Ils interviennent sur le contenu des exposés au moment où ils se construisent (aucun exposé ne peut être présenté sans la validation de l’enseignant). En fonction de ce qui s’échange au moment de la présentation, ils peuvent également compléter des informations transmises par les élèves-auteurs.

Ces situations d’exposés sont généralement complétées par des situations didactiques où les élèves sont amenés à étudier des documents historiques, pour apprendre à en interpréter les informations. Dans certaines classes, ces apprentissages sont complétés par des activités personnalisées où chacun travaille des compétences qui lui correspondent selon une progression commune à tous.

Recherches, délai et présentation de l’exposé

Nous avons présenté ces ressources à des enseignants d’histoire, exerçant en éducation prioritaire. Ils nous ont répondu que quelques précisions supplémentaires leur étaient nécessaires.

  • Combien de séances sont utilisées pour préparer les exposés et combien de temps les élèves prennent-ils pour chaque étape ?

La préparation de la recherche peut être entamée lors d’un cours spécifique, notamment la première fois, pour aider les élèves à s’approprier la démarche. Une demi-heure suffit, le reste de cette étape pouvant être renvoyé au travail personnel, dans et hors l’école.

  • La présentation du projet à la classe s’organise-t-elle d’une manière particulière ? 

Le projet de recherche peut faire l’objet d’un rituel de début de cours, en donnant la parole pendant cinq minutes à une seule équipe d’auteurs s’étant préalablement inscrits auprès de l’enseignant. La construction de l’exposé est permise aux élèves pendant les heures d’aide personnalisée, au moment où le centre de ressources documentaires est ouvert, ou pendant les cours lors d’éventuelles plages de travail personnel. Les élèves peuvent aussi se retrouver en dehors du temps scolaire pour affiner leur construction.

La présentation de l’exposé est à anticiper : les élèves ont pris rendez-vous auprès de l’enseignant pour caler une date et une heure précises. Le temps d’exposé est souvent de quinze minutes, celui des questions-réponses de dix minutes et celui pour le questionnaire de cinq minutes. Nous avons pu observer des séances de présentation d’exposés sous forme de marché de connaissance : plusieurs « conférences » se tiennent au même moment, les autres élèves choisissant d’assister à celle qui les intéresse le plus.

  • La recherche des ressources suit-elle une méthode présentée en amont par l’enseignant ?

Il semble effectivement prudent de « former » les élèves à la recherche documentaire, notamment dans les collèges, en s’associant à un(e) professeur-documentaliste. Cette initiation concerne autant la sélection de ressources dans la masse de celles disponibles dans l’établissement, que le tri des informations pertinentes au sein d’un même document.

  • Vous indiquez à la fin que les élèves ne sont pas obligés à s’engager pour un exposé. Ceux qui n’en réalisent pas reçoivent donc des exercices à part ?

Oui, lors du premier cours. Cependant, plus tard, la réalisation d’un exposé motive beaucoup plus les élèves que l’austérité d’exercices. Le désir d’effectuer une recherche documentaire vient surtout de la présentation de son travail devant la classe. Par la valorisation publique des exposés et l’attention accordée à ses auteurs, de nombreux autres élèves ressentent rapidement le besoin de s’engager dans cette dynamique.

« La mécanique la plus perfectionnée lasse elle-même si elle ne sert pas les besoins profonds de l’individu. Dans le lot toujours croissant des activités qu’on vous offre, choisissez d’abord celles qui illuminent votre vie, celles qui donnent soif de croissance et de connaissances, celles qui font briller le soleil. » [2]


Sylvain Connac
Enseignant-chercheur en sciences de l’éducation à l’université Paul-Valéry de Montpellier

Exemple de questionnaire construit par des élèves en CM2 (étape 11)

1. Que veut dire « holocauste » en français ?
2. En quelle année les nazis ont-ils eu le pouvoir ?
3. En quelle année les nazis ont-ils commencé à exterminer des gens ?
4. Comment les déportés étaient-ils transportés ?
5. En quelle année les étoiles ont-elles été imposées aux juifs ?
6. Combien de personnes juives ont-elles été tuées ?
7. Qu’est-ce qu’un SS ?
8. Qui est le chef des nazis ?
9. Pourquoi les nazis ont-ils tué autant de gens ?
10. Pourquoi parle-t-on encore de l’holocauste ?

Quelques thèmes d’exposés possibles

HISTOIRE

Histoire de l’école
Histoire de l’écriture
Histoire de Montpellier
Histoire de La Mosson
Histoire locale (un village, l’Hérault, Le Languedoc)

LA PRÉHISTOIRE
L’art préhistorique

L’ANTIQUITÉ
Les Gaulois
Vercingétorix et Jules César
Un forgeron vers l’an 100

LE MOYEN ÂGE
Les Vikings
Charlemagne
Les chevaliers
Jeanne d’Arc
Les châteaux forts
Les moulins
Le temps des seigneurs
Marco Polo
La guerre de 100 ans
Un marchand vers l’an 1 300

LA RENAISSANCE
Léonard de Vinci
Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique
La Renaissance
L’invention de l’imprimerie
François 1er

LA MONARCHIE ABSOLUE
Les guerres de religion au 16ème siècle
Henri IV
Les paysans au 17ème siècle
La vie des enfants au 17ème siècle
Les indiens d’Amérique
Le commerce des esclaves
Vivre sous Louis XIV
La vie à la cour de Louis XIV
L’Encyclopédie au 18ème

LA RÉVOLUTION FRANÇAISE
Louis XVI et la fin de la royauté
La prise de la Bastille
La Révolution Française

LES TEMPS MODERNES
Napoléon Bonaparte
La révolution industrielle
Les métiers d’autrefois
Histoire du chemin de fer
Un ouvrier vers 1860
L’école de Jules Ferry
La vie à la campagne au 19ème
Les débuts de l’aviation
L’invention du cinéma
La guerre 14-18
La seconde guerre mondiale
La résistance
L’holocauste
Le vote des femmes
Charles de Gaulle
La conquête de l’espace
La construction de l’Union Européenne


[1Célestin Freinet, « Les plans de travail », Bibliothèque de l’École Moderne n° 15, 1962, p. 14.

[2Célestin Freinet, « Les dits de Mathieu », dans Œuvres Pédagogiques, Tome 2, Seuil, 1952, p. 126.