Accueil > Publications > Articles en ligne > Une liberté à saisir


N° 562, Profs : exécutants ou concepteurs ?

Une liberté à saisir

Argia Olcomendy

25 juin 2020
Quand les prescriptions sont souples voire faibles, comme c’est le cas pour les programmes en langues régionales, comment les enseignants et les formateurs s’en débrouillent-ils ? L’exemple du basque.

En langues régionales, les instructions officielles [1] et les programmes scolaires (2007, 2010, 2016, 2019) mettent en évidence essentiellement des niveaux de compétences linguistiques à maitriser par les élèves. Même si des propositions de contenus linguistiques, culturels et littéraires à transmettre sont avancées, les programmes laissent donc une certaine liberté et créativité aux enseignants en termes de contenus et de modèle de langue. Depuis une quarantaine d’années, les enseignants de langues régionales ont ainsi beaucoup œuvré pour créer des supports d’enseignement indispensables à l’organisation de la classe et ils se sont professionnalisés. Toutefois, en tant que formatrice en formation initiale, cette liberté pédagogique peut être source de désarroi pour les jeunes enseignants.

Du côté des ressources pédagogiques

Les programmes d’enseignement sont communs à toutes les langues vivantes étrangères et régionales pour les cycles 2, 3 et 4 [2]. En revanche, si les déclinaisons culturelles et ressources d’accompagnement sont nombreuses pour les langues étrangères, elles le sont beaucoup moins et restent à concevoir pour les langues régionales ; ce qui oblige les enseignants à devenir concepteurs et acteurs de leur enseignement. Depuis les années 2000, les enseignants certifiés de basque ont conçu plus de cinquante sujets pour les candidats se présentant aux épreuves écrites du baccalauréat langue régionale basque, ainsi qu’au CRPE (concours de recrutement de professeurs des écoles) spécial langue régionale.

Afin de contribuer à la mutualisation des ressources, de nombreux enseignants de basque proposent leurs productions personnelles au centre pédagogique Ikas. L’exploitation pédagogique de plus de soixante albums et œuvres de littérature de jeunesse conçue par les enseignants dans le cadre de leur pratique pédagogique est ainsi partagée sur le site de l’association du centre pédagogique Ikas, les documents étant téléchargeables.

De même, des enseignants conçoivent des ressources pédagogiques expérimentées en classe, tant pour le premier degré que pour le second degré. Irene Borda, enseignante dans la filière immersive Seaska, propose du matériel pédagogique pour les niveaux CM1 et CM2 du cycle 3. Ces supports pédagogiques sont didactisés, accompagnés pour la plupart d’exercices de compréhension écrite. L’étude de la langue basque est abordée à travers des cours et des exercices de grammaire, de lexique et d’orthographe. De même, les domaines disciplinaires du langage oral, de la lecture et de l’écriture sont approfondis par l’intermédiaire de fiches d’exercices. Enfin, les ressources proposent des exemples d’œuvres complètes à étudier en classe comme Beti iparralderantz de Jon Arretxe. Nelly Challet [3], professeure certifiée et enseignante en collège et en lycée, propose également du matériel pédagogique pour les trois niveaux du cycle 4, organisé autour de neuf thématiques, dont deux ont été développées par l’enseignante.

Enfin, un corpus documentaire issu de la pratique de l’enseignement du basque d’Antton Luku, ancien professeur de basque ayant essentiellement exercé en lycée, est mis à disposition des enseignants, téléchargeable sur le site d’Ikas. Il s’organise autour des quatre notions inscrites à l’ancien programme du cycle terminal de lycée.

Ces trois exemples témoignent des ressources pédagogiques élaborées et mutualisées par les enseignants de basque dans le respect du cadre règlementaire des programmes.

Du côté de la formation des enseignants

En formation initiale des enseignants de basque, la validation de la formation demande aux étudiants fonctionnaires stagiaires de répondre à une double exigence : réaliser leur stage en responsabilité, et donc assurer des cours de basque en basque aux élèves de la filière bilingue paritaire français-basque et valider les unités d’enseignement du master MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation). Il appartient donc aux formateurs de concilier ces deux aspects de l’année de formation, en établissant des convergences entre les besoins de préparation de séquences pédagogiques et la validation des unités d’enseignement, en didactique disciplinaire et numérique. Les étudiants conçoivent un projet pédagogique numérique et une séquence d’enseignement, qu’ils expérimentent ensuite dans leur classe, autour de la mythologie, de l’exploitation pédagogique d’albums, ou d’auteurs de la littérature basque comme Manex Erdozaintzi Etxart ou Marie Jeanne Minaberry.

En formation continue des enseignants de basque, dans le cadre du diplôme d’université [4] ouvert à l’université Bordeaux Montaigne en 2019, les enseignants du premier degré appliquent les prescriptions tout en faisant le choix de corpus propres à la langue culture basque. En 2018, un Document cadre pour l’organisation des enseignements dans les établissements bilingues du premier degré [5] fixe une répartition des enseignements en langue basque et en langue française. Ainsi, au cycle 3, les enseignements de langue sont répartis entre l’enseignant de basque et celui de français, chacun réalisant respectivement trois heures et cinq heures hebdomadaires. Or, la culture artistique et littéraire est bien souvent réservée à l’enseignant de français. Certains binômes interagissent pour valoriser l’enseignement de la culture basque, en étudiant notamment des œuvres de littérature de jeunesse d’auteurs basques de renommée internationale comme Bernardo Atxaga, traduites en français.

Pour répondre aux recommandations institutionnelles, des mises en œuvre pédagogiques de corpus littéraires basques sont proposées comme le récit Pilota partida de Jean Etchepare mettant en scène des joueurs de pelote basque, héroïsés à travers le registre épique de la guerre. De même, la thématique Vivre des aventures peut être abordée à travers l’étude du roman d’aventures Martin Zalakain de Pio Baroja (1908) et mis en scène par le chorégraphe Juan Antonio Urbeltz (2018). Les enseignants de basque perçoivent ces textes comme une ressource locale qui bien souvent leur fait défaut plus que comme une prescription.

Les enseignants de langues régionales sont des concepteurs et des acteurs de leur discipline. Les divers projets de réformes [6] ont entrainé des contestations de la part de la communauté enseignante des langues régionales, avec, dans le cas de la langue basque, la création d’un collectif Euskara geroan, composé d’enseignants de basque et en basque des trois filières d’enseignement : privé confessionnel, public et privé associatif. En étant des concepteurs de ressources, ils deviennent prescripteurs pour leurs collègues enseignants. Ces ressources créées par des enseignants sont très mobilisées, et les enseignants de terrain jugent et utilisent ce corpus de ressources très favorablement. Les pratiques des enseignants de basque ne diffèrent que très peu de celles des enseignants de langues étrangères. Ainsi, ils cessent d’être applicateurs pour s’approprier et personnaliser les ressources produites par leurs collègues, à partir de leurs pratiques de classe.

Argia Olcomendy
PRCE en études basques, université Bordeaux Montaigne


[1MEN, Circulaire relative à l’enseignement des langues et cultures régionales, 2017.

[2MENESR, 2015.

[3Nelly Challet et al., Gramatika, 2017 ; Nelly Challet et al., Kolegioko ikastresna, 2017 1. gaia : Bidaiak eta abenturak, 2. gaia : Bere bidearen bilatzea eta nortasunaren eraikitzea, IKAS.

[4Enseigner en basque, le basque et les autres disciplines.

[5DSDEN 64, Document cadre pour l’organisation des enseignements dans les établissements bilingues du premier degré, 2018.

[6Réforme du collège en 2015, puis celle du lycée en 2019.

Sur la librairie

 

Profs : exécutants ou concepteurs ?
Comment les enseignants, individuellement et collectivement, interprètent-ils des textes officiels apparemment intrusifs de manière à stimuler leur créativité ? Comment s’approprient-ils des situations matérielles, organisationnelles, sociales fortement contraignantes ?

Voir le sommaire et les articles en ligne


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 564, La coéducation permanente

    La coéducation sous conditions
  • N° 564, La coéducation permanente

    Parents, engagez-vous !
  • N° 564, La coéducation permanente

    Ni vous sans moi, ni moi sans vous
  • N° 564, La coéducation permanente

    École et famille en temps de confinement. Et après ?
  • N° 564, La coéducation permanente

    Chercher des trésors et les trouver... en équipe
  • N° 563, Actualité de la métacognition

    Compléments à l’article « Une question de focale », de Daniel Gaonac’h
  • N° 563, Actualité de la métacognition

    Relire sa dictée
  • N° 563, Actualité de la métacognition

    Faire des choix
  • N° 563, Actualité de la métacognition

    Inverser le courant
  • N° 563, Actualité de la métacognition

    Des moments où on ne fait pas cours ?