Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 9 avril 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 9 avril 2019

Mathématiques

Prenez vos cahiers, aujourd’hui ce sera Mathématiques !


Mathématiques

Une étude de la DEPP met le feu aux poudres
L’évolution des performances en calcul des élèves de CM2 à trente ans d’intervalle (1987-2017). Évaluation des acquis des élèves - Note d’information - N° 19.08 - mars 2019
En 2017, la reprise d’une enquête initiée en 1987, portant sur le calcul en fin de CM2, permet de comparer les performances des élèves à trente ans d’intervalle. Cette enquête donne des résultats à quatre temps de mesure : 1987, 1999, 2007 et 2017. Entre 1987 et 1999, les performances des élèves avaient fortement baissé. Cette tendance s’était atténuée entre 1999 et 2007. Dix ans plus tard, on assiste à une baisse des performances des élèves moins marquée cependant qu’entre 1987 et 1999. Les écarts restent les mêmes selon l’origine sociale.
Les garçons réussissent mieux que les filles sur toute la période, mais l’écart de performances se réduit en 2017.
La baisse des performances des élèves en retard scolaire, moins nombreux en 2017 qu’en 1987, est plus marquée que celle des élèves « à l’heure »
.”

Étude que Le Café pédagogique présente ainsi :
Maths : Evolution à la baisse en CM2
Les programmes de 2008 ont fait chuter le niveau en maths des écoliers de CM2. "On assiste à nouveau à une baisse des performances des élèves", affirme la Depp, division des études du ministère de l’éducation nationale, qui publie les résultats de l’évaluation des performances en maths de 1987 à 2017. Elle montre une baisse des résultats de 2007 à 2017 en CM2. Ces résultats ne sont pas vraiment une surprise : les évaluations de Ce2 de 2015 et celles du programme Pacem montraient déjà une chute en calcul numérique, l’essentiel de l’évaluation Depp. Les années 2007-2017 ont été marquées par les programmes de 2008, en vigueur jusqu’à la rentrée 2016. Des résultats qui n’accusent pas les enseignants mais le populisme éducatif.”

Pourquoi les élèves français sont-ils mauvais en mathématiques ?
Le niveau des jeunes français serait en chute libre depuis les années 80 selon une note du ministère de l’Education nationale. Formation des instituteurs ? Méthode ? Elèves ? A qui la faute ?

Jean-Paul Fischer : Sur le déclin des performances en calcul
"Premier auteur français d’une thèse de Didactique des mathématiques et professeur émérite de l’Université de Lorraine, Jean-Paul Fischer relativise la portée de la dernière étude de la Depp sur 30 ans de résultats en calcul en Cm2. " Tout cela concourt à voir l’étude de la Depp non pas comme une évaluation de la qualité de l’enseignement scolaire mais plutôt comme une comparaison d’intérêt historique. J’attribue alors la décrue des résultats entre 1987 et 2017 à des causes multiples (aussi sociologiques, dont je n’ai pas parlé) dont l’addition, la conjugaison et l’interaction m’échappent en grande partie. Parmi ces causes, je ne rejette pas totalement celle de l’influence des programmes scolaires.""

Un professeur s’alarme de la progression de "la peur des maths"
Alors que le niveau des élèves français en mathématiques a chuté en trente ans, les professeurs s’inquiètent du développement de "phobies scolaires". Un problème auquel veut remédier rapidement Jean-Michel Blanquer.”

Dans ce contexte, une pratique est interrogée. La manipulation dans Au fil des maths
La manipulation facilite-elle l’apprentissage des maths ? C’est la thèse du ministère qui met en avant la "méthode de Singapour". L’enfant manipulerait, il schématiserait et enfin il passerait à l’abstraction. Dans Au fil des maths n°531, la revue de l’Apmep, Joel Briand démonte ce raccourci avec brio. ""La manipulation si elle n’est pas intégrée dans un processus d’apprentissage ne permet pas aux élèves de progresser, sauf pour ceux qui ont compris qu’au delà de la manipulation, le seul enjeu était de retenir le savoir affiché par le professeur", écrit-il. "La tendance à vouloir faire manipuler les élèves qui seraient en difficulté en mathématiques ne fait que creuser l’écart entre ceux qui sont déjà entrés dans les écrits mathématiques et ont compris leur usage et ceux qui tardent à comprendre l’intérêt de ces écrits".”

Mais la manipulation n’est pas réservée aux élèves. L’information signalée hier indiquait que Le Ministère de l’Enseignement Supérieur a manipulé les chiffres de Campus France Par Le Rollier
En fait nous avons appris que le ministère avait introduit une nouvelle base de calcul : 1 = 3. Ce qui est particulièrement dangereux car si 1 = 3 alors 1= l’infini… A vos réflexions...

Pendant ce temps, Les élèves marocains champions d’Afrique de mathématiques !
En plein milieu d’une actualité éducative morose, marquée par la grève des ex-enseignants contractuels et le blocage de la loi-cadre sur l’enseignement, une bonne nouvelle. Des lycéens marocains (en 1ère année baccalauréat et en terminale) viennent de décrocher la médaille d’or des Olympiades africaines de mathématiques 2019.”

Tandis que l’Unicef signale les Inégalités autour de l’enseignement préprimaire
L’Unicef assure que 175 millions d’enfants, surtout dans les pays pauvres, n’y ont pas accès, à l’inverse des pays développés.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 552 - Les dys dans la classe
Dossier coordonné par Nicole Bouin et Émilie Pradel
mars 2019
L’accueil des élèves présentant des troubles des apprentissages, dont les «  dys  », ne va pas sans difficultés au quotidien pour les enseignants. Notre dossier propose des éclairages de chercheurs sur ces troubles et donne la parole aux praticiens de terrain, aux parents, aux anciens élèves dys, aux médecins, aux associations…

N° 551 - Expliciter en classe
Dossier coordonné par Andreea Capitanescu Benetti et Sylvie Grau
février 2019
L’enseignement explicite, de quoi s’agit-il exactement ? Le projet de ce dossier est de faire le point sur ce que disent les chercheurs, les formateurs, mais surtout d’aller explorer ce qui se passe dans les classes. Qui explicite ? Quoi ? Quand et comment ?