Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 5 mai


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 5 mai

Consignes et conditions — Tribunes — Témoignages — Ressources

Une revue copieuse mais toujours mono centrée avec un dessin de Fabien Crégut. Consignes et conditions sont largement discutées. Les tribunes se multiplient. Des témoignages sont proposés ainsi que quelques ressources.


Consignes et conditions

Sur le site du ministère : Circulaire relative à la réouverture des écoles et établissements et aux conditions de poursuite des apprentissages

Si vous l’avez raté, REPLAY - Réouverture des écoles, déconfinement... l’intégralité de l’interview d’Emmanuel Macron au 13H

Réouverture : Le SE-UNSA, le SGEN-CFDT et le SNUIPP-FSU appellent à un report au 18 mai au moins
"Si les conditions sanitaires d’une réouverture de l’école ne sont pas réunies, l’école ne doit pas réouvrir et nous appelons les enseignant·es à saisir les autorités locales via une motion du conseil des maîtres et à enclencher si nécessaire une procédure d’alerte qui pourra conduire à exercer leur droit de retrait à l’échelle de l’école." Les trois principales organisations qui syndiquent les enseignants du 1er degré, SE-UNSA, SGEN-CFDT et SNUIPP-FSU publient ce 4 mai leurs "consignes syndicales unitairespour le processus de déconfinement des écoles" ?

Zoom : l’impossible "protocole sanitaire" imposé pour la réouverture des écoles, émission sur MyTF1

Pour la rentrée du 11 mai, les directeurs d’école cherchent la solution, pour abonnés
Pour les travaux pratiques, ils se retrouvent en première ligne. Le protocole sanitaire a beau fixer un cadre général pour la réouverture des écoles, ce sont eux, les chefs d’établissement, qui doivent le décliner. Écart minimal, nombre d’élèves par classe, désinfection, port du masque… À eux d’adapter les consignes nationales selon le personnel disponible, la configuration des locaux, les vœux des parents ou la décision des élus locaux. Un vrai casse-tête. Le temps presse : les écoles primaires doivent rouvrir progressivement à partir du 11 mai, les collèges pour les élèves de sixième et cinquième à partir du 18 mai (du moins dans les départements peu infectés), les lycées peut-être en juin. Chacun tente de s’organiser au mieux.”

Déconfinement : à Paris, retour des élèves le 14 mai, trois jours après les enseignants Par Le Figaro avec AFP
Les enseignants feront leur retour à l’école à Paris le 11 mai, les élèves étant eux attendus à partir du jeudi 14, selon un courrier du directeur de l’académie, la maire de Paris évoquant lundi le retour d’environ « 15% des élèves » à cette date.”


Tribunes

Tribune : Combien vaut une vie d’enfant ?
Nous sommes désolés... Nous, directrices, directeurs, enseignantes et enseignants, sommes désolés pour vous les enfants. Désolés de ce que nous allons vous faire subir pendant huit semaines, désolés de ce régime semi-carcéral de privation de liberté que l’on va vous imposer. Rentrée en file indienne, enfants espacés d’un mètre les uns des autres, « lavage de mains ». Installation sur des tables individuelles espacées d’un mètre les unes des autres elles aussi. Pas d’échange de matériel, pas de manipulation, pas d’entraide, pas de travaux de groupe, pas de réunion, donc plus de projet, plus de coopération, plus de vie qui s’épanouit... « Lavage de mains », sortie surveillée dans la cour, sans croiser d’autres enfants, sans ballon, sans jouets que l’on s’échange, sans se toucher, sans plus aucun atelier. « Lavage de mains ». Retour en « classe »... La journée s’écoulera comme celle d’un prisonnier, rythmée par les rituels « lavage de mains ». Routine, contrainte, surveillance... Qu’elle sera loin l’école que vous avez quittée le 13 mars...Qu’ils seront loin « les droits de l’enfant » dont nous avons fêté cette année les 30 ans. Cette célébration était-elle finalement un enterrement ?

Reprise : La circulaire de réouverture rétablit l’Ecole d’avant…
Accélération de la reprise, évaluations, travail des fondamentaux : la circulaire organisant la réouverture des écoles et établissements scolaires ramène sans transition les enseignants et les élèves dans l’Ecole de JM Blanquer. Des maths, du français, des fiches bilans à échanger avec les familles. Normes et normalité reviennent très vite avec des aménagements minimums.”

« L’école d’après sera ce que nous en ferons » Tribune de Philippe Watrelot, Professeur de sciences économiques et sociales, formateur, militant pédagogique, ancien président du Conseil National de l’innovation pour la réussite éducative.
Le professeur de sciences économiques et sociales, et militant pédagogique, Philippe Watrelot, espère que la période de confinement permettra « une redéfinition et une réévaluation de la place du métier d’enseignant dans la société ».” pour abonnés
Et sa conclusion : “L’image de l’école et des enseignants peut sortir grandie de cette crise. Ne serait-ce que par la prise de conscience de l’expertise que constitue l’acte d’apprendre et de l’importance du rôle des enseignants dans les services publics. On peut espérer qu’il en ressorte une redéfinition et une réévaluation de la place de ce métier dans la société. Je ne suis pas prophète et je me garderais bien de dire ce que sera ou devrait être l’école de demain. Mais on peut cependant affirmer que « l’école d’après » devra se poser ces quelques questions (et bien d’autres) si elle veut faire de cette crise l’occasion d’une réelle mutation.
« Penser le changement plutôt que changer le pansement »…

JPEG - 50.6 ko

« Irremplaçables durant le confinement, les enseignants vont-ils être incités à inventer l’école post-pandémie ? » Tribune de Philippe Champy, ancien éditeur scolaire, auteur de "Vers une nouvelle guerre scolaire"
Le rôle et l’importance des professeurs ont été relégitimés depuis le début de la crise sanitaire, selon Philippe Champy, ancien éditeur scolaire et auteur de « Vers une nouvelle guerre scolaire ».”

« M’sieur, c’est quand qu’on reprend le collège ? » Tribune de Iannis Roder, Professeur d’histoire-géographie en Seine-Saint-Denis
“« Si les inquiétudes sanitaires sont légitimes, il est aussi urgent que nos élèves retrouvent le chemin de l’école », explique Iannis Roder, professeur d’histoire-géographie dans un quartier prioritaire en Seine-Saint-Denis.”

Le système éducatif français à l’heure du déconfinement Par Nelly Guet.
Seul un renforcement du pouvoir des régions, fusionnées avec les académies peut permettre de réorganiser en profondeur le système éducatif français et le rendre performant.”

Stanislas Dehaene : « Nous avons besoin d’un Netflix pédagogique, centralisé et gratuit » Propos recueillis par Soazig Le Nevé
Le président du conseil scientifique de l’éducation nationale souhaite que des enquêtes mesurent les conséquences du confinement sur les performances des élèves à la rentrée.”
« C’est le moment ou jamais de faire tomber des barrières », affirme le neuroscientifique Stanislas Dehaene, qui voit dans le confinement un possible tournant pédagogique. Rapprocher les parents de l’école, inciter les élèves à s’autoévaluer, ou encore fixer de vrais objectifs à la politique du numérique éducatif : face à ces enjeux, le président du conseil scientifique de l’éducation nationale appelle le ministère à lancer de nouvelles enquêtes pour tirer un bilan précis de l’école à distance. Il vient de publier ses recommandations pour accompagner le confinement et sa sortie.”

L’enseignement programmé, et après... par Jacomino Christian
Notre système d’enseignement est régi par un principe unique, qui conditionne tous les aspects de son fonctionnement. Au moment où celui-ci montre des faiblesses, il paraît utile, et même indispensable, de s’interroger sur le principe auquel il obéit. De le nommer, de le décrire et de se demander s’il convient de l’abandonner, ou plus modestement d’en restreindre la portée. De ne plus lui laisser toute la place.“


Témoignages

L’école à l’heure du Covid-19 « Vis ma vie » de chef d’établissement en confinement par Fabienne Requier
“Et les chefs d’établissement ? À quoi a ressemblé jusqu’ici la continuité pédagogique pour eux ? À quoi continue-t-elle de ressembler, même s’il faut désormais, en plus, réfléchir à la reprise pour le 18 mai, le 2 juin, ou plus tard ?

Mélanie Veyret : Enseigner à distance, cela s’apprend
Peut-on du jour au lendemain devenir enseignant.e à distance ? Mélanie Veyret est professeure de SVT et référente numérique en collège, formatrice académique au numérique dans l’académie de Rennes, tutrice pédagogique sur un parcours de formation de concepteurs pédagogiques numériques, cheffe de projet en « digital learning » dans une entreprise privée. Ce point de vue lui permet de déployer une vision panoramique de l’enseignement à distance que la situation actuelle nous invite à mettre en œuvre : comment mieux prendre en considération le public cible, choisir les bons outils, s’adapter à la génération smartphone, scénariser, accompagner, rendre autonome, évaluer … Les difficultés rencontrées dans cette situation d’urgence sont porteuses de leçons et de défis pour l’Education nationale : par exemple renforcer la formation des enseignant.es pour leur permettre de développer habileté et culture numériques ? Entretien éclairant …

Reprise : Les professeurs entre l’envie, l’impossible, l’impensable…
Lundi 11 mai, les écoles rouvriront. JM. Blanquer en a décidé ainsi, « une question d’honneur » a-t-il dit. Mais les enseignantes et enseignants sont-ils prêts ? Outre les inquiétudes qu’ils ressentent et pour la grande majorité la volonté de revoir leurs élèves, c’est la communication ministérielle qu’ils déplorent. Aucun texte officiel et un protocole sanitaire qui a tardé à arriver dans les boites mail des directeurs et directrices. Les équipes pédagogiques doivent informer les parents au plus tard le 7 mai des modalités d’accueil de leurs enfants, elles ont donc deux jours pour organiser la « rentrée », une rentrée bien loin de toutes celles qu’ils ont connues jusqu’ici… Ils nous font part de leurs inquiétudes, et de leur colère pour certains.”


Ressources

Continuité pédagogique : Dossier Coronavirus
L’objectif de ce dossier est d’aider les élèves (à partir du Cycle 4) et leurs familles à aborder de manière sereine et informative cette problématique délicate. Il ne s’agit pas de couvrir l’ensemble des questions relatives au virus. Les enseignants pourraient d’ailleurs vouloir approfondir certains éléments à peine effleurés.
Ces séances ont plutôt pour ambition d’éveiller la conscience de l’élève sur la diversité des opinions qui circulent sur une thématique d’actualité : toutes les opinions ne se valent pas et chaque citoyen doit apprendre à reconnaître les affirmations qui sont les plus fiables. Lors de ces activités, nous donnons à l’élève quelques critères pour reconnaître ces affirmations plus dignes de confiance, notamment via les preuves qu’elles apportent, ou par la nature des sources qui les délivrent
.”

« Rien ne nous dit que tout ira bien » : les parents d’élèves sceptiques à sept jours de la rentrée
Le 12 mai, un jour après leurs professeurs, les écoliers sont invités à reprendre le chemin des classes. Mais face au flou qui entoure toujours cette rentrée pour laquelle sont imposées des mesures strictes afin d’éviter toute reprise de l’épidémie de coronavirus, les parents s’interrogent sur le bien-fondé du retour d’une telle rentrée.”

Les Cahiers pédagogiques proposent : Revenir à l’école
Nous avons conçu ce dossier pour partager des ressources, des témoignages, des expériences positives ou non ayant trait au confinement et au retour à l’école à partir du 11 mai prochain pour certains, plus tard voire bien plus tard pour d’autres. Il sera enrichi régulièrement et vous pouvez bien sûr nous proposer des contributions.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 560 : Urgence écologique : un défi pour l’école
Coordonné par Peggy Colcanap et Jean-Michel Zakhartchouk
mars-avril 2020
Ce dossier nous invite à aller plus loin que l’éducation à l’environnement ou au développement durable. Comment permettre à nos élèves de prendre conscience des enjeux de cette indispensable transition écologique : apport de connaissances, actions locales, formation à l’éco-citoyenneté…

N° 559 : L’aventure de la géographie
Coordonné par Christophe Duhaut et Alexandra Rayzal
février 2020
Comment faire aimer et étudier une géographie vivante, qui ait du sens, qui permette de comprendre le monde et d’y agir en citoyens actifs ? Comment, de la maternelle à l’université, faire entrer nos élèves dans les deux dimensions fonctionnelle et symbolique de l’espace à travers des démarches prospective et imaginaire ?