Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 28 janvier 2020


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 28 janvier 2020

Ça ne s’arrange pas — Divers

On ne peut pas dire que l’actualité est à l’euphorie. Quelques informations diverses pour compléter cette petite revue.


Ça ne s’arrange pas

Une journée ordinaire à l’Education nationale...
Les journées ordinaires de l’Education nationale sont devenues des journées extraordinaires. Chaque jour apporte son lot d’événement tous incroyables, des faits qu’on n’aurait pas imaginer il y a seulement quelques mois. Alors que le refus du nouveau bac s’ajoute à celui de la réforme des retraites, se profile déjà une troisième crise. On en arrive à un état de désordre dans l’institution scolaire qui signe la faillite d’un ministère ?

Motion du Comité directeur de l’APSES sur les E3C (25 janvier 2020)
Le Comité directeur (CD) de l’Association des professeurs de Sciences économiques et sociales (APSES), réuni le samedi 25 janvier 2020 à Paris, tient à exprimer son soutien à la mobilisation actuelle contre les épreuves communes de contrôle continu (E3C). Il appelle les enseignant.e.s de SES à ne pas participer à leur mise en oeuvre pour les élèves de Première, et plus spécifiquement lors des épreuves de SES en avril/mai. En accord avec ses mandats votés lors de la dernière assemblée générale de juin 2019, le CD tient à rappeler les raisons pour lesquelles l’APSES s’oppose à ces épreuves.”

Dans La Provence : Réforme du bac : les enseignants toujours opposés aux nouvelles épreuves E3C
Les nouvelles épreuve de contrôle continu (E3C) du baccalauréat ont débuté la semaine dernière. Les enseignants du lycée y sont toujours fermement opposés. Ils dénoncent les conditions appliquées et le fait qu’elles ouvriraient les portes à un bac non plus national mais par établissement. Ils s’opposent également au devenir de l’enseignement des matières concernées qui se tournerait davantage vers le bachotage.”

Des sujets du nouveau bac circulent sur Instagram et Twitter Par Violaine Morin
Les épreuves de contrôle continu se déroulant à des dates différentes selon les lycées, les élèves les ayant déjà passées les mettent en ligne pour les suivants.”


Divers

Les directeurs d’école ne veulent pas être "chefs" Par Amandine Hirou.
Un changement de statut n’est une priorité que pour 11 % d’entre eux. Décryptage.” réservé aux abonnés.

Conseiller d’orientation, un métier crée en 1928 et devenu aujourd’hui « impossible » à exercer
A l’heure de l’ouverture de Parcoursup, le docteur en science politique Paul Lehner analyse le déficit de légitimité auquel font face les psychologues de l’éducation nationale depuis la création de leur fonction.” Propos recueillis par Séverin Graveleau

Ce soir sur la 5, un documentaire : Au bonheur d’être prof
Le résumé : “Comment réinventer l’école aujourd’hui ? Comment donner aux enfants le goût d’apprendre et d’intégrer la société qui les entoure ? Marina Julienne donne un coup de projecteur sur quatre professeurs qui confient leur passion, leur motivation et leur vision du métier d’enseignant. Dans les Côtes-d’Armor, dans le petit village de Trébédan, Nolwenn Guilhou s’est battue pendant dix ans pour redonner une identité à son école. À la toute jeune école du Domaine du possible, près d’Arles, Jérémy Poulain cherche également à donner une nouvelle ambition au programme de l’Éducation nationale, l’ouvrant sur d’autres horizons.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko
Par Fabien Crégut

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 558 - Les élèves migrants changent l’école
Dossier coordonné par Jean-Pierre Fournier et Françoise Lorcerie
janvier 2020
Les migrations internationales ne font pas seulement l’actualité, elles sont le présent de notre école. Son futur aussi. Sans prêter foi aux images qui veulent faire peur, prenons-en acte. Comment faire pour accueillir des élèves de toutes origines, de tous âges et de toutes langues maternelles ?

N° 557 - L’autorité éducative
Dossier coordonné par Michèle Amiel et Bruno Robbes
Décembre 2019
Dans une société dominée par l’individualisme et l’immédiateté, dans une école affectée par la contestation des savoirs, l’exercice de l’autorité est mis à l’épreuve. Comment tenir le cadre nécessaire à des apprentissages exigeants et instaurer une relation d’autorité qui émancipe ?