Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 12 mars 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 12 mars 2019

Politique du système

Une actualité occupée par des interrogations et cette seule entrée organisera notre revue du jour


Politique du système

« Tel un puzzle, la politique du ministre prendra tout son sens lorsque la dernière pièce sera ajoutée », une tribune de Xavier Pons
La politique du ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, n’est jamais exposée dans son entièreté et permet ainsi « d’éviter soigneusement la mise en débat du schéma d’ensemble », analyse le chercheur en sciences de l’éducation Xavier Pons.” texte réservée aux abonnés et c’est bien dommage.

Evaluations, réformes : Le ministère menace les enseignants
"Vous veillerez à apprécier le comportement de chacun des professeurs concernés". Dans une lettre adressée aux recteurs et aux Dasen le 8 mars, le ministère de l’éducation nationale hausse le ton et menace clairement les enseignants qui refuseraient de faire passer les évaluations nationales ou d’en donner les résultats. Parallèlement, des enseignants qui notent 20/20 des contrôles sont aussi menacés par des chefs d’établissement. Alors que les syndicats appellent à des mobilisations tout au long du mois de mars pour obtenir une revalorisation et un report des réformes, le ministère semble décidé d’aller à l’affrontement.”

Education nationale : « Contre la disparition du service public de proximité de l’école », tribune de Sébastien Rome, Directeur d’école et élu municipal à Lodève (Hérault) et de Sylvie Plane, Professeure émérite de sciences du langage, ancienne vice-présidente du Conseil supérieur des programmes (CSP)
Dans le projet de loi « pour une école de la confiance » de M. Blanquer, « s’est glissée une mesure qui rompt le lien entre l’école et la commune », jugent dans une tribune au « Monde » Sébastien Rome, directeur d’école et Sylvie Plane, chercheuse, interpellant sénateurs et maires.”

Comment l’élitisme social est maquillé en élitisme républicain
L’élitisme du système scolaire français favorise les enfants de diplômés. Leurs parents, de droite comme de gauche, défendent une école qui fonctionne à leur profit. Le point de vue de Jean-Paul Delahaye, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire.”

Hugues Draelants : Comment l’école reste inégalitaire
"La reproduction sociale par l’école ne disparait pas, elle prend juste un nouveau visage". C’est cette transformation qu’étudie Hugues Draelants (professeur de sociologie à l’UCL de Louvain). Il en étudie les chemins et montre à quel point la construction des inégalités exige aujourd’hui une attitude active des privilégiés qui deviennent de véritables experts bien informés sur l’Ecole. Sur ce point, H Draelants remet en question les thèses de Bourdieu et Passeron sur "les héritiers", un concept auquel il substitue celui "d’initiés". Autre tabou qu’il lève celui des inégalités cognitives. Pour lui il y a bien des inégalités cognitives liées à une socialisation moins favorable aux savoirs de l’école. Son livre aboutit donc à une réhabilitation du mérite et du rôle de l’école. Pour H Draelants l’école et ses exigences sont le dernier rempart face au règne du marché. Il s’en explique dans cet entretien.”

Faire progresser tous les élèves, par Annie Di Martino et Anne-Marie Sanchez
Paroles et actes de deux enseignantes et formatrices. Elles interviennent en formation continue dans leur discipline, en transversale et en formation de formateurs dans l’académie de Versailles.
Ensemble, elles viennent d’écrire : Faire progresser tous les élèves au collège. Enseigner pour qu’ils apprennent, préface d’Olivier Rey, L’Harmattan, décembre 2018
.”

Culture et inégalités scolaires, Le curriculum implicite par Frédéric Duriez
Depuis plus de 50 ans, les sociologues s’interrogent sur les inégalités scolaires, qui reproduisent souvent les inégalités sociales et les amènent à se perpétuer entre les générations. Dans un ouvrage paru récemment et à travers de nombreuses contributions disponibles sur Internet, Julien Netter nous donne quelques explications et quelques pistes pour en sortir, à travers le concept de « curriculum invisible ».”

« Le Monde des lecteurs » - Education : le métier d’enseignant doit changer
Christian Jeanbrau, estime que « les tensions enseignantes, les interrogations locales sur la répartition des services n’est que le signe évident du décalage entre le corps enseignant et les nécessaires transformations de l’école ».”

Enseignement supérieur : les profs se réinventent avec le numérique par Sarah Alves, enseignant chercheur en ressources humaines, École de Management de Normandie – UGEI
Sur les forums Internet, les réseaux sociaux ou les WIKI, les connaissances circulent aujourd’hui à la vitesse grand V, sans l’intermédiaire des enseignants. Mais si ceux-ci doivent admettre de ne plus être plus seuls dépositaires du savoir, leur rôle de passeurs n’en est que transformé. Dans la foison d’informations véhiculée sur la toile, il faut savoir faire le tri ! L’enseignant devient alors celui qui guide l’étudiant sur le chemin du savoir, l’aidant à adopter une lecture critique devant la masse de messages qu’il reçoit.”

Les « données probantes », un nouveau dogme ? par Frédéric Saussez et Claude Lessard, respectivement professeur en fondements de l’éducation à l’Université de Sherbrooke et professeur émérite en sociologie de l’éducation, Université de Montréal
Les tenants de l’EBP sont donc animés par la croyance que, pour soigner l’éducation, les prescriptions organisant le travail enseignant doivent être musclées à l’aide de ces données. Celles-ci ne fournissent-elles pas, en effet, les moyens les plus rationnels pour atteindre les buts fixés aux enseignants ? Dit autrement, l’intelligence du métier réside dans les prescriptions organisant le travail et non dans l’engagement des personnes dans une activité propre dont elles essaient de garder le contrôle pour faire malgré tout ce qu’on leur demande de faire. Ainsi, la rhétorique des données probantes conduit à revisiter le taylorisme et son projet de prédire et de contrôler l’activité laborieuse. Cela ne fait-il pas courir le risque d’un confinement de celle-ci orchestré par un ordre professionnel qui n’émanerait pas du métier lui-même ?” article datant de 2016 mais remis dans les tuyaux des réseaux sociaux.

Et puis terminons par un rappel à propos de Parcoursup : les lycéens ont jusqu’à jeudi soir pour déposer leurs vœux
Jeudi à minuit, il sera trop tard pour ajouter des vœux sur la plateforme d’orientation. Voici ce qu’il faut savoir pour postuler aux formations post-bac.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 548 - Des collectifs enseignants connectés
Dossier coordonné par Régis Forgione, Fabien Hobart et Jean-Philippe Maitre
novembre 2018
De nombreux champs d’actions du métier enseignant ont été transformés à mesure que l’informatique a envahi les lieux professionnels et personnels des enseignants. Comment définir aujourd’hui ce qu’est un collectif d’enseignants connectés et comment le numérique prend place dans son fonctionnement ?

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.