Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 4 février 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 4 février 2019

Confiance — Réforme du lycée — Ressources

L’actualité médiatique sur l’éducation se centre sur deux thèmes : la discussion à l’Assemblée de la loi qui ne devait pas exister, et la réforme du lycée.


Confiance

Loi sur l’école : Jean-Michel Blanquer ravive malgré lui la guerre public-privé
En rendant l’instruction obligatoire dès l’âge de trois ans, la loi va obliger les communes à financer les maternelles privées sous contrat.”

L’évaluation des politiques scolaires, une affaire de « fourmi » ou d’« éléphant » ?
Par Marie Piquemal
L’indépendance des membres du Cnesco n’est pas un sujet pour le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer. Pour lui, seul compte le nouveau rôle du Conseil : évaluer les établissements scolaires.”

Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer renonce à fusionner les académies par Denis Peiron
Conséquence logique, quoique différée, de la réforme territoriale de 2016, le ministère de l’éducation s’était attelé à la fusion des rectorats pour que leurs contours épousent ceux des régions, qui sont au nombre de 13, contre 22 précédemment. Ce chantier devait concerner les académies situées au sein des nouvelles grandes régions (Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Grand-Est, Bourgogne-France-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Normandie) mais aussi les autres, comme Aix-Marseille et Nice, qui cohabitent en Paca.
Mais les gilets jaunes sont venus changer la donne. Le mouvement, qui a mis en lumière des enjeux de maillage des services publics et de proximité des lieux de prise de décision, a conduit Jean-Michel Blanquer à revoir sa copie
.”

Réduire la taille des classes règle-t-il tous les problèmes de l’école ?
Sur France Culture, “Etre et savoir se penche sur le premier bilan des CP à 12, l’une des mesures phares du gouvernement.” Avec Julien Grenet, chargé de recherche au CNRS et professeur associé à l’École d’économie de Paris. Laurent Lima, Maître de conférence au laboratoire de recherche sur les apprentissages en contexte (LaRAC), directeur du département de sciences de l’éducation de l’université Grenoble-Alpes (UGA). Marc Bablet, Inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional retraité, ancien chef du bureau de l’éducation prioritaire à la Dgesco, et auteur d’un blog consacré à l’éducation sur Médiapart. Francette Popineau, co-secrétaire générale et porte-parole du SNUipp-FSU.

Liberté pédagogique, une notion douteuse
Beaucoup d’enseignants, de convictions très différentes, revendiquent hautement la « liberté pédagogique ». Evidemment, elle est surtout mise en avant lorsque les directives officielles, venues d’en haut, ne plaisent pas. Hier, on proclamait son opposition à la réforme du collège, on ne mettrait pas en œuvre les EPI, l’accompagnement personnalisé, on n’appliquerait pas les programmes de cycle, on se fichait du socle commun et pour mener la juste lutte contre au choix le triomphe du libéralisme, la destruction de la culture ou le totalitarisme des fous furieux qui nous gouvernent, on validerait les compétences de tous les élèves quel que soit leur niveau, on tricherait sur les relevés de services ou le cahier de textes, on proclamerait sa glorieuse « désobéissance » . Avant-hier, les autoproclamés « désobéissants » refusaient la mise en place de certains dispositifs à l’école primaire. Et aujourd’hui, certains lancent le mot d’ordre de refus de faire passer une évaluation à leurs élèves, malgré les directives, d’autres à défaut d’aller sur les rond-points se déclarent prêts à mettre, avec leur beau stylo rouge, 20 sur 20 à tous leurs élèves ou à prendre ceux-ci en classe sans faire cours (pas sûr que cela soit vraiment mis en œuvre d’ailleurs). Et d’aucuns d’évoquer non seulement le droit de ne pas obéir mais quasiment le devoir de le faire, en rappelant Vichy (mais il est vrai que pour certains, les gouvernants actuels sont des dictateurs « pire que Hitler » a-t-on même pu lire)


Réforme du lycée

Réforme du lycée : 92% des lycées proposeront au moins 7 enseignements de spécialité
A quelques mois de la rentrée scolaire 2019 et alors que les lycéens de seconde doivent faire leurs premiers choix, le ministère de l’Education communique un premier état des lieux chiffrés de sa réforme.”

Jean Michel Blanquer au JDD : "La réforme du lycée permet de compenser les inégalités"
Alors que son projet de loi est examiné à l’Assemblée, le ministre de l’Éducation nationale analyse la crise des Gilets jaunes comme une demande d’amour et défend sa réforme des lycées.”

Point de vue sur la réforme du lycée, argumentaire à la hache… Par David L sur son blog
Leurs restrictions de moyens d’enseignement annoncés pour l’année scolaire 2019-2020 dévoilent la vraie nature de la réforme des lycées, et suscitent une contestation légitime. Je suis partisan, pour l’éducation, de réformes ambitieuses, animées par une volonté d’émancipation de notre jeunesse et de justice sociale. La réforme Blanquer en est l’antithèse, selon moi, voilà pourquoi…

Réforme du lycée général : il faudrait ajouter une offre d’option facultative de mathématiques en classe de première générale. Par Bruno Magliulo
La réforme de la voie générale du lycée prévoit la possibilité, pour les élèves, d’opter en classe terminale pour un enseignement facultatif de "mathématiques complémentaires" qui est réservé aux lycéens n’ayant pas choisi l’enseignement de spécialité de mathématiques a horaire lourd (6 heures par semaine) et qui ne souhaitent pour autant pas être privés de toute formation dans ce domaine. Une telle possibilité n’est pas prévue au niveau de la classe de première. Nous suggérons d’améliorer significativement la grille horaire actuellement prévue en ajoutant une telle offre, au motif que cela améliorerait fortement le dispositif prévu, et serait de nature à satisfaire les besoins de nombreuses familles, et ce à coût quasi constant.”

Des professeurs principaux démissionnent en bloc contre la réforme du lycée
C’est une action de protestation inédite à Toulouse, pour dénoncer la réforme du lycée, censée entrer en vigueur l’an prochain. Finies, les filières S, ES ou L. Les élèves de seconde doivent choisir eux-même leurs matières pour la prochaine rentrée. Au lycée Déodat de Séverac à Toulouse (2500 élèves), des enseignants ont démissionné de leurs fonctions de professeurs principaux. Ils estiment que cette réforme est précipitée : ils viennent seulement d’avoir les matières proposées l’an prochain, mais sans lien avec l’enseignement supérieur. Des professeurs qui disent refuser d’envoyer leurs élèves à l’échec, en ne leur permettant pas de faire les bons choix d’orientation.”


Ressources

LISEO Le portail du centre de ressources documentaires et d’ingénieries du CIEP

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 548 - Des collectifs enseignants connectés
Dossier coordonné par Régis Forgione, Fabien Hobart et Jean-Philippe Maitre
novembre 2018
De nombreux champs d’actions du métier enseignant ont été transformés à mesure que l’informatique a envahi les lieux professionnels et personnels des enseignants. Comment définir aujourd’hui ce qu’est un collectif d’enseignants connectés et comment le numérique prend place dans son fonctionnement ?

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.

Penser aussi à ce HSN, la réforme du bac est souvent dans l’actu (et les ventes ne sont pas au top) :

Hors-série numérique n° 50 - Le bac, hier et aujourd’hui

septembre 2018
Dans le contexte de la réforme du baccalauréat et de la mise en place des nouvelles procédures d’accès aux études supérieures, ce hors-série revient sur de nombreuses tentatives de réformes plus ou moins fructueuses. Bac + 3, bac - 3, orientation, bac pro… quels leviers pour offrir une école plus démocratique ?

N° 513 - Quelle éducation laïque à la morale ?
Dossier coordonné par Elisabeth Bussienne et Michel Tozzi
mai 2014
Que s’agit-il d’enseigner, pour ce qui ne peut se réduire à une discipline scolaire ? Dans quel objectif, entre pacification des relations et formation du jugement moral ? Qui pour le faire, dans quel cadre ? Bien des questions, et ce dossier ose dès maintenant des réponses, dans la conviction que nous touchons là à un rôle fondamental de l’école.