Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 29 aout 2005


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 29 aout 2005

Retour de la revue de presse après l’interruption des vacances, pour sa troisième année d’existence. J’espère que chacun a bien profité de ses vacances et est en pleine forme pour la rentrée qui approche à grands pas... C’est bien sûr le sujet principal de notre revue de presse.
Celle-ci s’enrichit de deux nouvelles sources avec l’introduction du Nouvel Obs Quotidien et des dépeches d’agence. Il nous faut tenir compte de l’évolution. Aujourd’hui, il existe de vrais journaux quotidiens sur Internet. J’essaierai de vous rendre compte aussi de ce qui s’y dit sur l’école.
Dans les sujets du jour, on notera le grand nombre d’articles sur le coût économique de la rentrée pour les familles et aussi un débat sur la semaine de quatre jours. A remarquer aussi le retour des internats évoqués dans Libération
De toutes façons, ce sera une « belle rentrée..., c’est le ministre De Robien qui nous le dit dans une dépèche AFP !
Bonne Lecture...


Libération du 29/08/05

L’internat revient par le versant Borloo
Jean-Louis Borloo qui annonce dans le cadre de son dispositif de réussite éducative l’ouverture de cinq nouveaux internats publics en 2005-2006 ; Sarkozy qui se propose d’installer un internat urbain à la Courneuve. Porté par le ministre de la Cohésion sociale et le ministre de l’Intérieur, le sujet « pension » est de nouveau d’actualité. Le retour en grâce de ce type d’établissement dans le discours public est inversement proportionnel à son extension sur le terrain.
Lire la suite de l’article

« Aujourd’hui, le milieu éducatif est mûr »
Aujourd’hui inspecteur de l’Education nationale, Alain Seksig était chargé des internats dans le cabinet de Jack Lang de 2000 à 2002, époque où ce dernier, ministre de l’Education nationale, avait conçu un ambitieux « plan de relance de l’internat scolaire public ». Il analyse le retour en grâce de la « pension » d’hier.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 29/08/05

Philippe Guittet : « Les tensions à propos du voile sont derrière nous »
La loi interdisant le port de signes religieux ostensibles à l’école a été vécue comme « une libération » par les jeunes filles voilées, selon un rapport d’évaluation d’Hanifa Cherifi, animatrice de la cellule de veille « laïcité » au ministère de l’Education nationale. Le rapport con ?rme que 47 élèves ont été exclus de leur établissement scolaire, dont trois parce qu’ils refusaient de retirer leur turban sikh. Parmi eux, 21 se sont inscrits au Centre national d’enseignement à distance (Cned), les autres abandonnant leurs études, se scolarisant dans le privé ou à l’étranger. Quatre-vingt-seize élèves ont par ailleurs devancé les conseils de discipline et se sont également inscrits dans le privé ou au Cned. En tout, 639 signes religieux ostensibles ont été recensés, en majorité des voiles mais aussi deux grandes croix et onze turbans sikhs, soit moins de 50% par rapport à l’année précédente. « Mieux comprise, la laïcité est aujourd’hui mieux acceptée », avance Hanifa Cheri ?. Philippe Guittet, secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l’Education nationale (SNPDEN-Unsa) a soutenu de bout en bout la loi du 15 mars 2004 sur le port des signes religieux ostensibles.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 29/08/05

Rentrée scolaire. La note est toujours bien trop salée
Chaque rentrée scolaire, c’est la même chose. Pour que les enfants reprennent tranquillement le chemin de l’école, leur cartable contenant tout ce que réclame leur bonne éducation, les parents doivent trimer dans les rayons des grandes surfaces. Leur but : trouver les fournitures les moins chères qui pourront à la fois contenter leurs rejetons et leurs professeurs. Selon les chiffres du ministère de l’Éducation nationale, un peu plus de 12 millions d’élèves prendront place, en 2005, sur les bancs de nos écoles (+ 0,03 % par rapport à 2004). Si, dans le cadre de la semaine des quatre jours, certaines têtes blondes ont déjà retrouvé leur maître ou leur maîtresse, le gros des troupes est attendu le 2 septembre prochain, date officielle de la reprise
Lire la suite de l’article

À Toulouse, pour les fournitures, « on y regarde à deux fois »
Reportage dans l’un des plus grands hypermarchés d’Europe, dans l’agglomération toulousaine, où les familles se pressaient déjà mercredi pour effectuer les achats tant attendus par les élèves.
Lire la suite de l’article

« L’école devrait être gratuite »
Entretien avec Alain Desmaret, vice-président (PCF) du conseil général du Val-de-Marne, département où les élus de la majorité sont à l’initiative sur la rentrée, son coût, et les disparités grandissantes.
Lire la suite de l’article

À Vitry, le ticket de caisse à rallonge de la famille Antiao
En sus des fournitures, il y a le soutien, les vêtements, les séjours linguistiques...
Lire la suite de l’article

Pouvoirs publics
Qui paye quoi ?

L’école illustre bien les différences que font vivre aux Français les compétences attribuées aux collectivités territoriales. Chacune d’elles a en charge un niveau du système scolaire. Ce qui entraîne nombre d’inégalités. Les écoles maternelles et primaires sont à la charge de l’État et des communes. La dotation varie selon le lieu et la politique du conseil municipal. Les collèges relèvent du même État et du département. Les lycées - qu’ils soient généraux ou professionnels - sont de la compétence de l’État et de la région. Depuis longtemps, le coût de la scolarité dans l’enseignement secondaire est un facteur discriminant. Pour y pallier, les régions tentent depuis quelques années d’aider les familles sur quatre axes : l’équipement professionnel, les transports, la mobilité des étudiants et les manuels scolaires.
Lire la suite de l’article

universités Chère rentrée pour les étudiants
La rentrée universitaire 2005 va coûter aux familles environ 6 % de plus que l’an dernier, selon la FAGE, organisation étudiante qui dénonçait, mercredi dans un communiqué, « cet élément supplémentaire de sélection sociale  ».
Lire la suite de l’article


Le Parisien (payant) du 29/08/05

C’est la rentrée !
Un tiers des élèves reprennent les cours dès cette semaine, la course aux crayons, cahiers et cartables bat son plein. Selon les chiffres de la Confédération syndicale des familles, l’addition sera cette année, grosso modo, aussi élevée qu’en 2004.
Lire la suite de l’article

Retour à l’école dans la crispation
VENDREDI PROCHAIN, douze millions d’élèves auront fait leur retour dans les établissements scolaires français. Plus qu’une explosion généralisée, les syndicats s’attendent à de nombreuses crispations là où l’absence de moyens se fera sentir.
Lire la suite de l’article


La Croix du 29/08/05

L’école en langue régionale
Plus de 38.000 élèves suivent un enseignement bilingue en français et en langue régionale. Les promoteurs des langues régionales ont su conquérir de nouveaux publics
Lire la suite de l’article


20 minutes du 29/08/05

« Enseigner, c’est une belle aventure »
Philippe Meirieu

Votre nouvel ouvrage, Lettre à un jeune professeur, est un peu un livre-testament...
J’ai vécu pendant plusieurs années auprès de jeunes se destinant aux métiers de l’enseignement. J’ai essayé d’entendre leurs inquiétudes, leurs angoisses. Avant de partir, j’ai voulu leur livrer une bouteille à la mer en réfléchissant à la question : qu’est-ce qui fait que les professeurs ont envie d’enseigner et comment susciter des vocations ?
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 29/08/05

La semaine de 4 jours tue le sommeil
Une recherche scientifique montre que la semaine de quatre jours est néfaste pour la forme des élèves. Surtout parce qu’ils se couchent trop tard la veille des jours sans classe..
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 29/08/05

Dans le Rhône, le débat sur la semaine de quatre jours n’est pas clos
Dans le Rhône, la semaine de quatre jours est ancrée dans les habitudes. Le département fut précurseur en l’instaurant dès 1991. Pour cette rentrée, 236 communes sur 278 l’ont adoptée pour leurs écoles maternelles et primaires publiques, 34 ont instauré un système à quatre jours et demi, avec école le mercredi matin, et 8 ont conservé également le samedi matin. Au total, 94 % des 183 702 élèves des écoles publiques du premier degré vivent sur un rythme scolaire ramassé, qui suppose pour respecter la durée nationale des 153 jours d’école des vacances plus courtes et une rentrée anticipée, fixée cette année au mercredi 31 août.
Cette formule avait été plébiscitée, en 2002, par les parents et les enseignants du Rhône : lors d’une consultation, 77 % d’entre eux s’étaient déclarés favorables à son maintien, dans le public comme dans le privé. [...]Parmi ses avantages, la semaine de quatre jours semble correspondre aux nouveaux modes de vie. La libération du mercredi est pratique quand le temps de travail est de 35 heures ; le week-end entièrement préservé bénéficie aux familles monoparentales ou recomposées[...] Le développement des activités périéducatives figure aussi parmi les répercussions jugées positives. En revanche, des scientifiques, notamment les chronobiologistes, estiment que les vacances, réduites, n’offrent pas de coupure suffisante en deçà de quinze jours.
Lire la suite de l’article

Un rapport dresse un bilan positif de la loi sur le voile à l’école
Le bilan de la première année d’application de la loi du 15 mars 2004 interdisant les signes religieux ostensibles à l’école est positif. Mais les acquis de la loi sont "fragiles" .
C’est, en substance, l’analyse que dresse l’inspectrice générale de l’éducation nationale Hanifa Chérifi dans un rapport de 72 pages remis en juillet au ministre de l’éducation, Gilles de Robien. Révélé par l’Agence éducation et formation (AEF), le document appelle à la "vigilance" à quelques jours de la rentrée scolaire.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Quotidien du 29/08/05

La loi sur le voile,
"une libération" ?

La loi interdisant le port de signes religieux ostensibles à l’école a été vécue comme "une libération" par les jeunes filles voilées et leurs parents, selon un rapport d’Hanifa Cherifi, animatrice de la cellule de veille "laïcité" au ministère de l’Education nationale.
Révélé vendredi 27 août par l’agence de presse spécialisée AEF (Agence éducation formation), ce rapport d’évaluation, remis en juillet à Gilles de Robien, n’a pas encore été rendu public. La loi du 15 mars 2004 prévoyait sa propre évaluation à la fin de la première année d’application.
Lire la suite de l’article

La Marseillaise apprise
dès la primaire

L’apprentissage de la Marseillaise et de son histoire est obligatoire à partir de la rentrée 2005 dans les écoles primaires. La mesure est contestée par plusieurs syndicats d’enseignants.
Lire la suite de l’article


Dans les dépèches d’agence du 29/08/05

Robien : "ce sera une belle rentrée"
Le ministre de l’Education nationale Gilles de Robien a prédit lundi à Nanterre "une belle rentrée" scolaire 2005, demandant néanmoins "un peu de patience et de compréhension à tous ceux qui l’ont préparée".
Lire la suite de l’article

Le plan de "réussite éducative", suivi personnalisé d’enfants en difficulté, démarre
Le "dispositif de réussite éducative", destiné à aider individuellement les enfants et adolescents fragiles ou déjà en difficulté, se met concrètement en place en cette rentrée, avec 31 millions d’euros déjà dégagés sur 1,4 milliard prévus pour ce plan sur cinq ans.
Deux cents projets sont déjà définis, devant concerner 60.000 jeunes. Certains démarreront dès septembre, les autres dans les mois à venir ou dans l’année. Il devrait y en avoir en tout 750 d’ici 2009 avec priorité aux zones urbaines sensibles (Zus).
Lire la suite de l’article