Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 14 mai 2020


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 14 mai 2020

En haut — Sur le terrain — Réflexions — Supérieur — Ailleurs — Ressources —

Encore une copieuse revue en cette première semaine de reprise des écoles. Au delà des difficultés de cette reprise et de quelques réflexions plus générales, on retiendra que cette semaine sera marquée par deux brisures de l’unité de façade du Ministère. Confiance… ? défiance... ?


En haut

Directeurs d’école : Une nouvelle proposition de loi
Déposée par la députée LREM Cécile Rilhac, une nouvelle proposition de loi envisage de modifier la fonction de directeur d’école. Sans changer le statut du directeur, la proposition de loi prévoit de lui donner autorité dans l’école et de nouvelles responsabilités en échange d’un meilleur système de décharges et d’une meilleure rémunération.”

Tribune : Des hauts fonctionnaires du ministère dénoncent le projet réactionnaire de JM Blanquer
" Nous observons, consternés, un système éducatif détourné de ses fondements républicains et de ses valeurs et ne pouvons nous taire". C’est un groupe d’une quinzaine de hauts fonctionnaires de ce même ministère (Dasen, inspecteurs généraux, cadres du ministère) qui nous a fait parvenir cette tribune. Les mentions de deux rapports internes non publiés de l’Inspection générale montre l’origine du texte. Ils dénoncent une "mise au pas" du ministère qui va des cadres aux enseignants de terrain astreints à suivre des guides pédagogiques. Plus que "l’aveuglement scientiste " de ce dernier, ils démontent les politiques menées par JM Blanquer depuis 2017.”

« L’un des dispositifs de continuité pédagogique les plus complets au monde »
Pour Édouard Geffray, directeur général de l’enseignement scolaire et le numéro 2 du ministère de l’éducation, l’objectif est aujourd’hui de permettre au plus grand nombre de renouer un lien physique avec son établissement.” Recueilli par Denis Peiron


Sur le terrain

Après le confinement, le défi de la lutte contre le décrochage scolaire Par Violaine Morin
A la veille de la réouverture progressive des écoles, la communauté enseignante s’interroge sur sa capacité réelle à « aller chercher » les enfants les plus en difficulté – ceux-là mêmes qui sont « prioritaires » pour le retour en classe.”

Dans les quartiers populaires, de nombreux élèves décrocheurs ne retourneront pas à l’école, AFP
"Mon fils redoublera, tant pis, la santé d’abord !" Dans les quartiers populaires d’Ile-de-France, de nombreux élèves décrocheurs "prioritaires" au retour en classe ne retourneront pas à l’école, se coupant pour certains de toute scolarisation pendant près de six mois.
A la veille de la réouverture de l’école de son enfant à Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), la décision de Soumia est mûrement réfléchie, "il ne retournera pas à l’école jusqu’en septembre même s’il a des difficultés" et que sa maîtresse l’a appelé pour le faire revenir
.”

Retour à l’école : « On passe notre temps à se demander si on respecte bien les règles » Par Faïza Zerouala
Un million et demi d’élèves, sur un total 6,7 millions, retrouvent l’école primaire après huit semaines d’interruption. Le retour est progressif et les petits effectifs permettent le respect des gestes barrières. Une enseignante, une directrice d’école et une Atsem racontent cette rentrée.” pour abonnés

JPEG - 139.9 ko
La loterie nationale proposée par Fabien Crégut

Retour à l’école. « Que les parents attendent, on peut le comprendre », affirme cette infectiologue
Pour Anne-Claude Crémieux, professeure en maladies infectieuses et membre de l’Académie nationale de médecine, on connaît encore très mal le nouveau coronavirus. Elle prône une distanciation physique de deux mètres et le port du masque en toutes occasions. Elle dit aussi comprendre que les parents attendent avant de renvoyer leurs enfants à l’école. Un discours qui tranche avec celui du ministère de l’Éducation.”

Réouverture des écoles : les mesures préconisées sont « inhumaines »
Un mètre de distance entre chaque élève, repas sans contact physique, interdiction de jeux collectifs… Le protocole prévu pour la réouverture des écoles semble lunaire. « Le plus grave, ce ne serait pas d’échouer à faire respecter ces règles. Ce serait, évidemment, de réussir », dit une institutrice.”

« Ne comptez pas sur moi pour dessiner des carrés dans la cour et obliger les enfants à y rester ! » Par Marie Piquemal
Les directeurs d’école se retrouvent à nouveau en première ligne, avec la lourde tâche d’orchestrer un retour en classe en respectant les consignes sanitaires. A tour de rôle, trois directeurs d’école racontent cette folle semaine, chaque matin dans « Libé ». Episode 4 : Martine, directrice d’une école maternelle dans l’Oise.”

« Les parents savent que cela va être extrêmement compliqué, ils connaissent leurs loulous » Par Marie Piquemal
Les directeurs d’école se retrouvent à nouveau en première ligne, avec la lourde tâche d’orchestrer un retour en classe en respectant les consignes sanitaires. A tour de rôle, trois directeurs d’école racontent cette folle semaine, chaque matin dans « Libé ». Episode 1 : Martine, directrice d’une maternelle dans l’Oise.”

Covid-19 : 20 présidents de sociétés savantes de pédiatrie réclament le retour des enfants à l’école
« Il est urgent de maîtriser nos peurs et d’aller de l’avant pour le bien des enfants. » Dans une tribune cosignée* par les responsables de sociétés de spécialités pédiatriques, le Pr Christophe Delacourt, président de la Société française de pédiatrie, regrette certaines mesures de protection excessives liées à « des craintes souvent non basées sur des faits » et plaide pour « une réouverture pragmatique » des écoles primaires et maternelles.”

Fatiha Boudjahlat : "Nous devons reprendre les cours" Par Fatiha Boudjahlat
"Les écoles doivent rouvrir, parce que c’est le premier service public dans les quartiers et dans les zones rurales, qu’elles revitalisent, affirme Fatiha Boudjahlat.
Notre coeur de métier réside dans notre présence physique et notre réactivité, pas dans la fabrique et la correction d’exercices" pour la professeur et essayiste
.” pour abonnés

Retour à l’école : des initiatives pour encadrer les enfants créent une polémique Par Nicolas Daguin
Des écoliers parqués dans des carrés dessinés à la craie, d’autres obligés de rester sur une croix tracée à la bombe de peinture... Certaines mesures de distanciation physique à l’école interrogent.”

Poursuite du déconfinement avec la deuxième vague d’écoliers de retour à l’école Par Le Figaro avec AFP
Une deuxième vague d’écoliers reprend jeudi le chemin de l’école, notamment en Ile-de-France, région très touchée par l’épidémie de coronavirus, au quatrième jour de déconfinement dans le pays, où l’activité reprend timidement. « J’ai trop hâte, je suis trop contente de retourner à l’école, pour retrouver mes amies et ma maîtresse. Et aussi parce que je m’ennuie un peu à la maison », confie Zoé, six ans, qui doit retourner sur les bancs de sa classe de CP jeudi matin à Vincennes. Mais elle n’y retrouvera qu’une poignée de ses camarades, puisque la rentrée se fait partout par petits groupes, comme pour la première vague mardi. Et surtout elle va devoir se familiariser avec le protocole sanitaire très strict imposé dans les écoles : lavages de mains réguliers, récréations très encadrées, sens de circulation dans les couloirs.”


Réflexions

Coronavirus : et si l’expérience du confinement permettait d’améliorer l’école en France ? Par Béatrice Mabilon-Bonfils et Alain Jaillet
Régionalisation, responsabilisation des parents, facture numérique : le confinement a changé le regard porté sur l’école en France. Béatrice Mabilon-Bonfils, sociologue, et Alain Jaillet, professeur des universités, plaident pour que les enseignements tirés de cette crise permettent d’améliorer les prochaines réformes.”

« Au lieu de déconfiner l’école, ouvrons-la sur le dehors, sur la société » Tribune de Barbara Cassin, Philosophe et Victor Legendre, Anthopologue
La philosophe Barbara Cassin et son fils, l’anthropologue Victor Legendre, proposent, dans une tribune au « Monde », que l’école du déconfinement soit une école de la découverte, dans le strict respect des règles sanitaires, des lieux de culture et des espaces de liberté, aujourd’hui fermés.”

Education : les cinq grands défis à relever après la crise Par Amandine Hirou
La crise du coronavirus a tourneboulé le monde de l’éducation. En près de deux mois, les annonces se sont succédé à un rythme effréné : fermeture des établissements scolaires, mise en place de l’"école à la maison", lancement de l’opération "vacances apprenantes" pour les élèves décrocheurs, annulation des épreuves du bac et recours au contrôle continu, réouverture des écoles suspendue à la mise en place de protocoles sanitaires inédits... Que restera-t-il de ce grand chamboule-tout ? Le point sur cinq chantiers qui s’ouvrent tout juste.”


Supérieur

A Sorbonne Université, « le seul enseignement à distance n’est pas la solution à la rentrée »
Jean Chambaz, président de Sorbonne Université, espère pouvoir accueillir les étudiants dans les campus en septembre prochain et limiter la généralisation des cours en ligne préconisée par la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal.”

Concours d’entrée aux grandes écoles : une méritocratie à nuancer par Juliette Loiseau
Face au confinement, les écoles ont dû adapter leurs modalités de recrutement. Celles qui avaient déjà tenu les épreuves écrites organisent les oraux par visioconférence, ou les décalent. Pour les autres, c’est souvent la sélection sur dossier qui est privilégiée. Mais pour de nombreux étudiants, l’annulation des épreuves écrites ou orales est vécue comme une injustice. Pourtant, ces nouvelles modalités ne sont pas moins méritocratiques.”


Ailleurs

Les élèves reprennent progressivement le chemin de l’école en Europe AFP
Dans plusieurs pays européens, élèves et enseignants ont progressivement repris le chemin de l’école lundi, après des semaines de confinement, à l’exception des Italiens et des Espagnols dont la rentrée n’interviendra pas avant septembre.
Si un certain nombre de petits Européens ont déjà repris leurs cartables, comme au Danemark ou en Norvège, c’était au tour lundi des enfants néerlandais, grecs, suisses, croates et serbes, qui ont fait leur rentrée par alternance et tranches d’âge
.”

En Allemagne, le retour à l’école se fait dans la bonne humeur Par Christophe Bourdoiseau (à Berlin)
En Allemagne, la rentrée du 4 mai s’est déroulée sans accroc. Le journal télévisé de la première chaîne de télévision publique a consacré un reportage aux élèves d’une école primaire de Hambourg, ravis de retrouver leurs classes et de revoir leurs camarades. On les voit se laver sagement les mains et porter un masque à la récréation. Quant aux enseignants, ils expliquent comment fonctionnent les cours en alternance et les règles de distanciation sociale. Sans émettre la moindre récrimination. Ce n’est pas un document de propagande de l’ancienne Allemagne de l’Est, mais la réalité.”


Ressources

2 “Revenir à l’école” :
Faire toute sa place à la joie des retrouvailles Entretien avec Pierre Delion.
Pierre Delion est pédopsychiatre, professeur des universités honoraire. Sa carrière en psychiatrie institutionnelle lui a permis nombre de rencontres avec des enseignants et des pédagogues. Il répond à nos question sur les effets psychiques du confinement et de la distanciation sociale sur l’école et les élèves.”

Organiser un «   Quoi de neuf ?   » par Sylvain Connac
Les élèves vont revenir en classe après une longue période de confinement, marqué par une distanciation physique et parfois sociale avec les camarades d’école. Ouvrir des espaces de parole libre cherche donc à ce que les élèves échangent sur leurs vécus de confinement, mais aussi redécouvrent leur appartenance à un collectif sécurisé. Les « Quoi de neuf ? » sont des exemples de dispositifs orientés vers ces intentions

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 560 : Urgence écologique : un défi pour l’école
Coordonné par Peggy Colcanap et Jean-Michel Zakhartchouk
mars-avril 2020
Ce dossier nous invite à aller plus loin que l’éducation à l’environnement ou au développement durable. Comment permettre à nos élèves de prendre conscience des enjeux de cette indispensable transition écologique : apport de connaissances, actions locales, formation à l’éco-citoyenneté…

N° 559 : L’aventure de la géographie
Coordonné par Christophe Duhaut et Alexandra Rayzal
février 2020
Comment faire aimer et étudier une géographie vivante, qui ait du sens, qui permette de comprendre le monde et d’y agir en citoyens actifs ? Comment, de la maternelle à l’université, faire entrer nos élèves dans les deux dimensions fonctionnelle et symbolique de l’espace à travers des démarches prospective et imaginaire ?