Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale


Éducation à l’environnement

Lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale

CRAP-Cahiers pédagogiques

17 janvier 2019

La transition écologique est l’un des thèmes du « Grand débat national » lancé par le président de la République. Ce thème concerne à coup sûr l’Éducation nationale : est-elle à la hauteur, contribue-t-elle à former des écocitoyens ? On peut en douter, c’est pourquoi nous interpellons le ministre, appuyés par des climatologues réputés, en attendant d’autres contributions des Cahiers pédagogiques sur le sujet.


Monsieur le ministre,

Les alertes des experts et personnalités qualifiées se multiplient : les menaces liées au réchauffement climatique se précisent. Plus que jamais, il nous faut agir non pour « sauver la planète », mais faire en sorte que celle-ci continue à être vivable pour nos enfants et petits-enfants. Beaucoup est à faire dans tous les domaines, mais nous pouvons constater que, pour l’heure, notre école est loin d’être à la hauteur des enjeux et de ses responsabilités propres. En effet, l’éducation doit jouer son rôle, ce qui est loin d’être le cas.

Monsieur le ministre, vous mettez souvent en avant des priorités que vous fixez à notre école. Or, la formation à l’écocitoyenneté n’apparait guère dans ces priorités, à l’heure des urgences et des alarmes.

On ne peut se contenter d’une place minime dans les programmes scolaires et d’une éducation qui se réduirait à quelques gestes du quotidien, dans le cadre du « respecter autrui ».

Il est temps de lancer un vaste chantier pour que les acteurs de l’éducation se mobilisent dans cette perspective.

Voici quelques propositions :

  • encourager tous les projets interdisciplinaires permettant de mobiliser savoir et savoir-faire pour faire réfléchir à des solutions aux questions environnementales. À cet égard, la diminution de la part des EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires) au collège, lesquels comprenaient un thème privilégiant cette problématique, va dans le mauvais sens ;
  • demander au Conseil supérieur des programmes de faire toute leur place à ces questions, en particulier dans le cadre de la révision des programmes de lycée (par exemple en économie, mais au-delà dans toutes les matières) ;
  • favoriser dans les établissements scolaires tout ce qui va dans le sens de la lutte contre le réchauffement climatique, à travers par exemple la diffusion de pratiques intéressantes, de prix d’innovations, etc ;
  • mettre au cœur de la formation initiale et continue ces questions non comme un à-côté, mais comme aussi centrale que le « lire-écrire-compter » ;
  • utiliser l’éducation aux médias et à l’information et la formation à l’esprit critique pour armer face au monde des fake news et du déni en matière de climat ;
  • développer les projets d’écodélégués, une approche qui mériterait d’être généralisée et renforcée, mettant élèves et enseignants en situation d’apprendre à agir ensemble ;
  • intégrer la dimension internationale et favoriser les échanges pour créer une conscience planétaire si nécessaire aujourd’hui.

Ce ne sont là que quelques pistes ; inciter les acteurs à faire preuve d’imagination pédagogique et de créativité permettra l’émergence de projets et d’initiatives qui restent encore trop limités à quelques convaincus, alors même que cela ne semble pas une priorité nationale.

Ces questions dépassent largement les clivages partisans. Les débats sur des points secondaires qui bien souvent occupent les colonnes des médias sont dérisoires face à l’urgence. Il est temps de passer à la vitesse supérieure. Nous sommes prêts à participer à cette mobilisation et nous n’attendons pas tout du ministère, loin de là. Mais celui-ci doit être aux avant-postes pour faire de la contribution de l’éducation à la préservation d’une planète « humaine » un point central des prochaines années.

Veuillez recevoir, Monsieur le ministre, nos salutations respectueuses.

Le CRAP-Cahiers pédagogiques, avec le soutien de Jean Jouzel, président de Météo et Climat, climatologue et ancien membre du GIEC, co-prix Nobel de la Paix en 2007, et Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue, co-présidente du groupe de travail 1 du GIEC, chercheuse au CEA et membre du Haut conseil pour le Climat, initiatrice de la pétition « Le climat ne doit pas disparaitre des programmes scolaires ».


À lire également sur notre site :
Le défi du climat doit être aussi un défi pour l’école !, par Marie Duru-Bellat

La COP21, un jeu virtuel pour mieux s’approcher de la réalité, par Laure Amussat

Quand les collégiens rejouent la COP 21 Elsa Bidron, Louise Gerber, Aline Girard, Mélanie Jonquière

« L’école héritée du XIXe siècle n’est guère préparée à travailler sur les valeurs qui s’imposent au XXIe siècle » Entretien avec le collectif « Paris-éducation 2015 »

Éveiller à la conscience écologique Par Laurent Brice

« Mes élèves n’adoptent pas de posture de négation vis-à-vis du changement climatique. » Entretien avec Jean-Yves Vilcot

Sur la librairie

Cet article vous a plu ? Poursuivez votre lecture sur le même thème...

 

Éduquer au développement durable - Pratiques codisciplinaires et projets au collège et au lycée
Coordonné par Marie-Christine Menéroux et Thierry Basley.
Collection Repères pour agir, CRDP de l’académie d’Amiens-Crap-Cahiers
pédagogiques, 2012.

 

 

L’éducation au développement durable : comment faire ?
Du projet modeste à l’action de formation de l’homme et du citoyen, bien des
enseignants et des établissements se mobilisent dans cette « éducation à... ».
Un dossier haut en couleur, bien ancré dans le terrain, mais loin des consensus.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.