Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les questions éducatives dans les présidentielles américaines


Les questions éducatives dans les présidentielles américaines

Le point de vue d’un enseignant américain et une comparaison de Denis Meuret avec l’organisation de l’école française du système américain

2 novembre 2008

Il n’est guère plus question de l’école dans les débats électoraux américains que français... Thomas J. Scott a bien voulu proposer pour les Cahiers pédagogiques un bilan des positions de John McCain et de Barack Obama sur les questions éducatives, en particulier la loi No Child Left Behind mise en œuvre par l’administration Bush.

Sur ce thème, les Cahiers pédagogiques ont publié il y a quelques années déjà un dossier N°392 - L’enseignement aux USA, pour mieux connaitre cette école souvent présentée ici comme un repoussoir, au risque de la caricature.

Plus récemment, on lira avec intérêt (ci-dessous) l’article de Denis Meuret dans le n°463 - L’orientation, Que nous dit la comparaison avec les USA  ?.


The 2008 Election in the United States : A New Direction for Education ?

Thomas J. Scott
Rosemount High School, Rosemount Minnesota

One of the overlooked aspects of the 2008 Presidential election in the United States is the conspicuous absence of debate on the status of public education. Both Senator Barack Obama and Senator John McCain have generally placed little emphasis in their campaigns on educational policy. In an example of the diminished concern over public education, both candidates were invited to provide a written essay outlining their education policy for the October edition of Phi Delta Kappan, a well respected publication read by 50,000 educators throughout the United States. Obama submitted a speech he gave on education policy in May 2008, while McCain chose not to submit anything at all.

The reason for this lack of concern from both candidates is troubling ; however, it is not surprising. Obama has shaped the contours of the election framing it around the deteriorating state of the American economy : the mortgage meltdown, rising unemployment, and the plight of the middle class struggling to make ends meet. A continuous health care crisis, wars in Iraq and Afghanistan, rising unemployment and the need to provide unity in an electorate noticeably divided along partisan lines, left little room on the campaign agenda for public education. McCain has spent considerable time and energy focusing on being a political “maverick” and trying to convince the American public that Obama is unqualified to be president. Yet, the upcoming election is one of the most important ever for public education in the United States. After eight years of the Bush administration’s attacks on public education, policies to promote various privatization schemes in public schools, and the disastrous No Child Left Behind legislation (NCLB), the future of public education as a viable institution in American society truly hangs by a thread.

NCLB has had a deleterious impact on teachers’ morale. It has led to a continuous narrowing of the curriculum in order to achieve the accountability measures associated with Adequate Yearly Progress (AYP). Instruction in social studies, physical education, art and music have been significantly reduced to promote enhanced preparation for reading and mathematics testing in both elementary and secondary schools alike. Many teachers and educational leaders in the United States consider NCLB to be a federal intrusion into the domain of constitutionally mandated local control over public schools. Further many teachers feel the interpersonal relations between teacher and student, so important to the teaching and learning process, has given way to the dissemination of federally mandated tests, the analysis of test-related data, and pedagogy and curriculum that is directly connected to having students pass tests created by large corporate testing companies that have little knowledge or interest in what happens within the domain of the classroom. The relatively spurious achievement outcomes associated with the testing regimen has furthered undermined support of NCLB by teachers and parents alike. For example, in a recent national public opinion poll conducted by Phi Delta Kappan and Gallup, only 20% of the respondents felt “passing the test at the end of the year” was the best way to measure a school’s performance. In addition, 56% of the respondents felt NCLB “hurt” or “made no difference” in the performance of the local public schools. Currently, NCLB legislation rests in political purgatory, with the U.S. Congress waiting to either abolish or reform it once the election has been decided.

In this election there are clear policy differences between the candidates.
Some of John McCain’s key proposals include building on NCLB and expanding accountability schemes related to school and student achievement. McCain would provide performance bonuses for teachers. He wants to increase the power of school principals and provide parents with greater choice regarding the schools their children attend. McCain wants to expand charter schools and the existing school voucher program in Washington D.C. He would also provide funding for professional development for teachers, and appropriate additional money for tutoring programs. McCain wants to expand virtual learning via the Internet, simplify federal financial aid forms for college students, and expand the federal student loan system by increasing involvement with the private sector.

Should John McCain win the election, public educators will need to brace themselves for a hardening of NCLB dictates and possibly an expansion of accountability measures related to testing outcomes among students. McCain will most likely promote initiatives expanding choice options for parents to send their children to private schools at public expense including the possibility of developing a nation-wide voucher program and expanding charter schools. In addition, a McCain presidency would open up alternative approaches to teaching certification as a means of pumping fresh blood into the profession and providing building principals enhanced power to fire or transfer teachers perceived as underperforming.

In many respects, McCain’s educational policy initiatives represent the continuation of the status quo by either maintaining or in some cases expanding George W. Bush’s legacy of NCLB. According to a study at Brown University, 74% of public school teachers in the United States do not support the policy thus a McCain presidency could prove problematic for many teachers. McCain’s support for charter schools and vouchers to fund private school tuition at public expense has spurious empirical support with respect to student achievement levels. Moreover, there is no evidence McCain’s educational policies would effectively address the achievement gaps between white students and minority students. Choice options, however, are attractive to political conservatives and fundamentalist Christians who form the base of McCain’s political support. If McCain were to follow through with his teacher quality initiatives, they could have the potential of reducing teacher quality because of lax criteria for teaching certification on the one hand while challenging the power of the two major teachers unions, The American Federation of Teachers and the National Education Association both of whom endorsed Obama for the presidency. Likewise, his proposed bonus pay for teachers have proven controversial in schools where they currently exist. Education funding could also become a contentious issue in a McCain presidency. Given his position on instituting a spending freeze on most government spending, McCain would effectively exacerbate existing inequities in educational opportunities between rich and poor students, special education students, immigrants and minority students.

Some of the key policies of Obama’s education agenda include reforming NCLB through increased funding, reversing earlier funding cuts made by the Bush administration. He would redesign assessments so they are no longer focused on rote memorization of facts, figures and formulas, instead testing students through “problem solving, investigation and research” skills necessary for American students to compete in a global economy. Obama has stated he wants to significantly increase funds for research and development related to effective teaching methods, increase access for early childhood education and preschool so young children are better prepared to enter kindergarten. Obama has proposed that collaboration and cooperation between federal, state and local school officials be enhanced. He wants to increase the number and quality of teachers, provide additional learning opportunities for students in need and create programs to prevent drop-outs. With respect to higher education, Obama has recommended simplifying the process for applying for financial aid, providing tax credits for the first $4000 of a college education for most students attending public institutions of higher education. He also intends to expand the Pell grant program which provides financial aid for low income students.

A Barack Obama presidency presents a potentially dramatic departure from the policies of the past eight years. Although some progressive educators have criticized Obama for adopting the neo-conservative mantra of failing schools and a broken system, should Obama become president, significant reforms would occur concerning NCLB. Obama has promised increased federal aid to enhance the quality of classroom teachers, provide increased funding for schools labeled as failing, and increase the federal commitment for special education programs. Likewise Obama’s initiatives to support early childhood programs and Head Start, (a school-preparedness program for students in poverty), would go a long way in combating the achievement gap in American schools. Funds to enhance middle school programs would play an important role in reducing drop out rates, and Obama would create a comprehensive set of policies to enhance access and affordability for higher education. A troubling question emerges from Obama’s education agenda, however ; can he possibly find the money to support the programs he promises in the midst of the severe economic downturn in the United States ? Although, many educators would invariably find hope and support from an Obama presidency, the realities of economic recession, a burdensome debt, and competition from other pressing needs such as health care reform, alternative energy needs, and supporting two distant wars may make Obama’s policy agenda extremely difficult to implement. So in the expectation of great hope for progressive change in federal education policy, educators in the United States are once again confronted by an unsettling reality ; having to confront rising challenges from the achievement gap, the language and cultural needs of immigrant students, decaying infrastructure, a burgeoning special education population, the graying of the teaching profession, but receiving inadequate funding to effectively address these challenges. Nonetheless, Obama’s education agenda appears to have public support. In the Phi Delta Kappan/Gallup poll when asked who they would vote for “solely on the basis of a desire to strengthen the public schools,” 46% of the respondents favored Barack Obama. Only 29% preferred John McCain.

One emergent issue has also not received enough attention during the 2008 campaign. Obama’s message of hope, unity, and change has resonated with the majority of American voters. An Obama presidency would represent a new wave of political activism in the United States ; one that transcends class, race, gender, party affiliation, and age. In many respects, Obama’s coalition of support is a mirror image of the changing demographic of the United States in the Twenty First Century ; an increasingly multiethnic, multiracial and multilinguistic America. Thus his campaign exemplifies the multicultural face of the United States in an age of globalization. As such, Obama may be the first American president to actually achieve a long-standing American ideal : unity through diversity. Of particular importance in this regard is the role young people have played in his campaign. There is an air of electricity among many young voters in America today and a sense of optimism I have not witnessed as a classroom teacher in more than 25 years working with high school students. Obama represents a “new wave” politician. He speaks the language of America’s youth, is comfortable in their dress, knowledgeable about their pop culture, shares their life experience, and most important, is tuned in to their desire to be participatory citizens. For far too long, young people, ethnic and racial minorities, women, and new immigrants have been marginalized from mainstream politics in America. Obama represents a departure from business as usual and a new voice for the dispossessed. The election of 2008 is an historic election in American history. Its influence will continue long after the polls close on November 4.

Thomas J. Scott


Traduction partielle (Monica Lévy)

Au bout de huit années d’attaques de l’administration Bush sur l’Education Nationale, de politique promouvant divers plans de privatisation dans les écoles publiques, et la désastreuse législation No Child Left Behind (« aucun enfant laissé pour compte »), l’avenir de l’Education Nationale comme institution viable dans la société américaine ne tient qu’à un fil.

NCLB (No Child Left Behind) a eu un impact délétère sur le moral des enseignants. Elle a entraîné un rétrécissement continu des programmes scolaires afin de réussir les évaluations mesurant le Progrès Annuel Acceptable (Adequate Yearly Progress (AYP)). L’enseignement des sciences sociales, de l’éducation physique, des arts et de la musique a connu une réduction significative pour laisser place à une préparation accrue des tests de lecture et de mathématiques, dans les écoles primaires comme secondaires. Beaucoup d’enseignants et de penseurs en éducation aux Etats-Unis considèrent NCLB comme une intrusion fédérale dans le domaine du contrôle local prévu constitutionnellement sur les écoles publiques.
De plus, beaucoup d’enseignants ont l’impression que les relations interpersonnelles entre enseignant et élève, si importantes dans les processus d’enseignement et d’apprentissage ont cédé la place à une prolifération de tests prescrits par l’Etat, à l’analyse de données relatives aux tests, à une pédagogie et un programme directement centrés sur la passation de tests créés par de grandes entreprises spécialisées, qui n’ont aucune connaissance, ni aucune curiosité de ce qui se passe dans le domaine de la classe. Les résultats relativement faussés par ce régime ont participé à affaiblir le soutien de NCLB par les enseignants comme par les parents.
Par exemple, dans un récent sondage d’opinion mené par Phi Delta Kappan and Gallup, seules 20 % des personnes interrogées ont jugé que la passation d’un test de fin d’année était la meilleure façon d’évaluer la performance d’un établissement. De plus, 56% des personnes interrogées ont estimé que NCLB causait du tort ou n’avait pas d’impact sur la performance des écoles publiques locales. Actuellement, la législation NCLB repose en purgatoire politique, dans l’attente que le Congrès US ne l’abolisse ou ne la réforme, une fois l’élection passée.

Dans cette élection, il y a de nettes différences politiques entre les candidats. Certaines des propositions-clé de John McCain reposent sur NCLB et prévoient d’étendre les évaluations relatives aux performances des établissements et des élèves. McCain accorderait des primes de performance aux enseignants Il veut augmenter le pouvoir des directeurs d’école et offrir aux parents un choix plus large d’écoles pour leurs enfants. McCain veut développer les charter schools (NDLR : école qui est créée à l’initiative de parents, d’enseignants ou de membres d’une communauté dans le but de développer une pédagogie propre. Dès son ouverture, l’école reçoit de l’État les mêmes subsides qu’une école publique sans obligation de suivre le programme officiel. Comme pour les écoles publiques, les charter schools doivent recevoir tous les élèves tant qu’il reste des places, on ne doit pas y enseigner une religion et enfin elles ne doivent pas sélectionner les admissions. L’idée principale du mouvement des charter schools est que si l’État et l’administration veulent bien laisser faire les enseignants entreprenants, la réforme du système éducatif peut se produire de l’intérieur. Renseignements trouvés sur le site « Libéraux 2008) et le programme existant de « chèque éducation » (NDLR : chèque permettant aux parents de payer l’éducation de leurs enfants, valable aussi dans les écoles non publiques).Il voudrait aussi financer la formation professionnelle des enseignants et affecter des fonds supplémentaires à des programmes de soutien scolaire. McCain voudrait étendre l’apprentissage virtuel via internet, simplifier les formes d’aide financière fédérale pour les étudiants d’université, et développer le système de prêt étudiant fédéral en augmentant la participation du secteur privé.

Si John McCain venait à remporter les élections, les éducateurs du public devront se préparer à un durcissement des prescriptions NCLB et peut-être un développement des mesures de responsabilisation liées aux résultats des tests d’élèves. McCain promouvra probablement des initiatives élargissant les possibilités de choix des parents leur permettant d’envoyer leurs enfants dans des écoles privées au frais du contribuable, y compris la possible mise en place d’un chèque-éducation national et le développement de charter-schools. De plus, une présidence McCain ouvrirait des approches alternatives dans l’accès au métier d’enseignant afin d’injecter du sang neuf dans la profession et de fournir aux directeurs un pouvoir élargi pour licencier ou muter des enseignants perçus comme insuffisamment performants.

A bien des égards, la politique éducative de McCain représente un statuquo dans son maintien, voire parfois son développement, de l’héritage NCLB de George W. Bush. D’après une étude menée par Brown University, 74 % des enseignants du public des Etats-Unis ne soutiennent pas cette politique. Ainsi une présidence McCain pourrait s’avérer problématique pour de nombreux enseignants. Qui plus est, il n’y a aucune preuve que la politique éducative de McCain traiterait efficacement la question de l’écart entre la réussite des étudiants blancs et celle des minorités. Les possibilités de choix, cependant, séduisent les conservateurs politiques et les Chrétiens fondamentalistes qui forment la base des soutiens politiques à McCain. Si McCain devait mener à bien ses initiatives autour de la qualité des enseignants, celles-ci risqueraient de diminuer la qualité des enseignants, en raison de critères moins stricts dans l’accès au métier, tout en défiant le pouvoir des deux principaux syndicats enseignants, l’American Federation of Teachers et le National Education Association, qui appuient tous deux la candidature d’Obama à la présidence. De même, le principe des primes aux enseignants a été controversé dans les écoles où elles ont été appliquées. La question du financement de l’éducation pourrait aussi devenir un contentieux sous une présidence McCain. Au vu de sa position d’instituer un gel de la plupart des dépenses gouvernementales, McCain exacerberait les inégalités existantes dans les perspectives d’éducation entre étudiants riches et pauvres, étudiants handicapés, immigrés ou issus des minorités.

Parmi les lignes d’action principales du programme d’éducation d’Obama figure la réforme de NCLB par une augmentation des financements, annulant des coupes budgétaires décidées par l’administration Bush. Obama redessinerait les évaluations pour qu’elles ne soient plus centrées sur l’apprentissage par cœur de faits, de figures et de formules, mais qu’elles testent plutôt les étudiants sur les compétences de résolution de problème, d’enquête et de recherche, compétences nécessaires aux étudiants américains pour qu’ils soient compétitifs dans une économie mondiale. Obama a affirmé qu’il souhaitait augmenter de façon significative le financement de la recherche autour de l’efficacité des méthodes d’enseignement, faciliter l’accès à l’éducation pour les enfants d’âge préscolaire, afin de mieux les préparer à la maternelle. Obama a proposé d’étendre la collaboration et la coopération du fédéral, de l’état et du local dans le domaine scolaire. Il veut augmenter les effectifs et la qualité des enseignants, diversifier les perspectives de formation pour les enfants dans le besoin et créer des programmes de prévention du décrochage.
En ce qui concerne l’enseignement supérieur, Obama a recommandé de simplifier le processus de demande d’aide financière, offrant des crédits d’impôt pour les premiers $4000 de frais universitaires pour la plupart des étudiants scolarisés dans les établissements publics du supérieur. Il a aussi l’intention d’étendre the program de bourses Pell destiné à l’aide financière d’étudiants à faible revenu.


Que nous dit la comparaison avec les USA ?

Les idées et l’organisation de l’école française sont ici très sérieusement interrogées, surtout quand on en compare, comme ce spécialiste de l’Iredu [1], ses performances avec celles des USA. L’éloge de ce grand pays fera sans doute réagir, tout comme la féroce proposition qui clôt l’article !

Si l’on accepte pour nécessaires les conditions qui sont mises en France à l’orientation des élèves, et d’abord à leur passage dans la classe supérieure, on ne comprend pas que les États-Unis puissent tout simplement tenir debout, sans même parler du fait qu’ils soient à l’avant-garde de la science et de la culture (je parle ici bien sûr de « grande » culture, pas de Walt Disney). Les élèves, en effet, y choisissent leurs cours dans une palette improbable, ils arrivent en fin de high school sans redoublement, ni brevet des collèges, ni orientation, les universités « sont obligées » - c’est ainsi que nous le formulons en France - de proposer des cours de remise à niveau, ils n’ont même pas d’agrégation ni de classes préparatoires, et en maths et en sciences, leurs élèves de 15 ans sont moins bons que les nôtres.

Malthusianisme français

Une explication générale est le malthusianisme français. En principe, on a créé le service d’orientation pour rendre les sorties du système éducatif adéquates à ce qu’on appelait les « besoins de l’économie » et qui n’était que la structure contemporaine des emplois. En réalité, les archives de Matignon sur le sujet, dans les années soixante, racontent une autre histoire : il s’agissait bel et bien d’empêcher le « flux » des baby boomers allongeant leur scolarité de « submerger » nos lycées et nos universités, et de faire ainsi baisser le niveau de l’élite. La « métaphore hydraulique » y est, selon Antoine Prost qui a pu consulter ces archives, omniprésente.
Une autre, mais qui est liée à la première, tient à la structure du système scolaire. Pour faire court, il existe aux USA un seul examen de sortie, définit par un niveau (du diplôme et de l’institution qui l’a délivré), et, jusqu’à ce diplôme, le système scolaire laisse les élèves arbitrer eux même entre « l’effort maintenant » et « la récompense plus tard ». Les plus travailleurs prennent des cours plus exigeants (algebra 1 au lieu d’algebra 2, ou ces Advance Placement Courses qui permettent de prendre de l’avance sur le programme des colleges), sans trop de peur d’échouer puisque ce qui est en jeu est, le plus souvent, un certificat disant qu’on a suivi ce cours. Il existe en France des filières, dont il faut se demander pourquoi, alors qu’elles sont là, en principe, pour adapter l’enseignement à des compétences et à des goûts, elles conduisent toujours, et quoique veuillent et fassent les acteurs de l’orientation, à classer les élèves en deux groupes, les capables et les autres. Cela se joue à chaque fin d’année, avec le redoublement, cela se joue en fin de 3e, bien sûr, mais aussi en fin de 2de où aucune réforme n’est parvenu à empêcher que le passage en S soit le seul convenable, et en fin de terminale, où l’on est admis ou non en prépa.

Durkheim et Dewey : deux modèles, deux écoles

La causa remota me semble devoir en être cherchée dans le récit par lequel Durkheim a fondé l’école publique française, et dans lequel l’école catholique peut fort bien se retrouver : l’école fait accéder à la citoyenneté en enseignant la raison universelle contre le monde, ses superstitions et son localisme. Dans ce récit, en effet, l’école est seule à éduquer, et plus elle est seule, mieux elle éduque, alors que dans le récit équivalent de l’école américaine, celui de Dewey, l’école est là pour mimer, concentrer, l’expérience sociale, qui est ce dont on apprend et ce pourquoi on apprend [2]. Il en résulte en France cette angoisse de programmes suivis, cohérents, et cette idée que seule la maîtrise de ce qui précède permet d’apprendre ce qui suit, d’où l’obligation de ne laisser « continuer » que ceux qui ont réussi l’étape précédente.

Une autre conception des voies de réussite

Les américains sont sûrement plus proches de l’idée que « qui veut réussir et est prêt à travailler dur », y arrivera, dans les études comme dans la vie. Qu’ils se soient rendus compte récemment que, en outre, un niveau académique minimum dans les basics aidait tout de même sérieusement à réussir l’université et à trouver un travail, modifie ce schéma, mais ne le remet pas en cause. Cela se traduit par l’objectif d’amener tout le monde à une maîtrise minimale en maths, science et langage à 16 ans (No Child Left Behind), pas à la création de filières ou de barrages quelconques. On trouve encore aux USA des formes (cours, établissements...) qui permettent à n’importe quel élève qui veut « se décider enfin à travailler », de le faire, quel que soit le niveau où sa paresse passée l’ait conduit. On trouve toujours, en fin de high school, toute une gamme d’institutions d’enseignement supérieur qui peuvent accueillir des élèves de niveaux très différents, dont chacune est flanquée d’une autre un peu plus prestigieuse (le mot important est « un peu ») qui peut accueillir ses plus brillants sujets. En bref, il s’agit de donner aux élèves les moyens d’améliorer, d’aiguiser, des capacités dont le sens même est d’avoir un lien avec leur être au monde. S’il s’agît, au contraire, comme en France, de donner les capacités d’échapper au monde, puis, par une opération qui n’a, au fond, que peu à voir avec la première, de donner des compétences techniques adéquates au rang que votre niveau d’abstraction vous permet d’occuper, l’orientation est forcément une sélection.
Ce lien entre l’orientation, le malthusianisme et ce que Claude Thélot appelle une « école contre » me conduit à penser que l’avenir qu’il faut souhaiter au service d’orientation est sa disparition, ce qui supposerait un lycée où, à un élève faible dans une des disciplines qui commandent la réussite à l’université (maîtrise de la langue, de l’écrit, maths et sciences), on proposera de suivre des cours complémentaires ad hoc au lieu de l’obliger à suivre une filière d’où cette discipline a disparu.

Denis Meuret, Professeur de sciences de l’éducation, université de Bourgogne-Iredu.
Article paru dans le N°463-L’orientation


Quand on parle du système éducatif des États-Unis, État fédéral très décentralisé, on déclenche souvent chez les enseignants et les élèves français des réactions contrastées.
Les uns en dénoncent la médiocrité surtout au niveau des écoles primaires et secondaires, d’autres en vantent les mérites surtout au niveau de l’enseignement supérieur.
Le dossier du mois de mars aura pour ambition de porter notre regard sur les établissements scolaires, leur organisation financière, hiérarchique, pédagogique, sur les systèmes d’évaluation des enseignants et des élèves, sur les diplômes, sur l’articulation et la structure des divers cycles d’enseignement.
De nombreux témoignages d’enseignants français et américains, de responsables d’établissements, d’éducateurs, de parents d’élèves et d’élèves, nous disent comment s’organise la vie quotidienne dans les écoles, les collèges (middle schools) et les lycées (high schools) pour les élèves, les professeurs, le personnel de direction. On voit notamment le rôle prépondérant que les parents d’élèves y jouent et on aborde les points de vue sur les grands débats actuels qui concernent à la fois l’école française et l’école américaine, comme la lutte contre la violence dans les écoles, la lutte contre l’échec scolaire, la lutte contre la ségrégation scolaire, l’évaluation des élèves et celle des établissements ?
Les Américains ont apporté leurs réponses aux problèmes éducatifs qui se posent chez nous avec la même acuité. Qu’en retenir ? Préfigurent-elles l’avenir de l’école en France ?...

Programmation 2014-2015 Lire l’édito - École américaine repoussoir ou possible modèle ?

Programmation 2014-2015 Voir le sommaire

Programmation 2014-2015 Ajouter ce numéro à votre panier



[1 Institut de recherche sur l’éducation, université de Bourgogne.

[2Dans Gouverner l’école (PUF, 2007), ces deux récits sont développés et convoqués pour expliquer pourquoi les États-Unis rencontrent moins de difficultés que nous à élaborer démocratiquement un gouvernement moderne de l’école.