Accueil > Ressources > Nous avons lu > Les attentes éducatives des familles


Les attentes éducatives des familles

Revue internationale d’éducation, n° 62, avril 2013

25 septembre 2013

Un très intéressant dossier de la revue du CIEP de Sèvres consacré aux attentes, demandes, implications des familles sur le plan scolaire dans différents pays du monde (de la France et des Etats-unis au Bénin ou au Maroc). L’idée de « démission des parents » en prend pour son grade !


Un très intéressant dossier de la revue du CIEP de Sèvres consacré aux attentes, demandes, implications des familles sur le plan scolaire dans différents pays du monde. Dans une préface très éclairante, les coordonnateurs Florence Robine et Xavier Pons dégagent des différentes études présentes dans le dossier quelques grandes lignes de force, après avoir pourfendu l’idée reçue moins vraie que jamais de « démission des parents ». Les familles ont des attentes de plus en plus fortes de l’école, pas seulement les couches dites supérieures, pas seulement dans les pays développés (voir les articles d’une part sur le Japon et les États-Unis, de l’autre sur le Maroc et le Bénin). Mais les attentes varient selon les groupes sociaux et on notera l’importance de maitriser ou non les « codes d’accès » à ce qui est la vraie efficacité de l’enseignement. C’est ainsi que les familles populaires ont tendance à souhaiter une pédagogie qui les rassure (article de Séverine Kakpo sur les devoirs à la maison) face à l’incompréhension devant de nouvelles formes d’enseignement, sans doute pas assez expliquées. Les deux coordonnateurs montrent encore que ces attentes des familles sont en partie façonnées par l’école, la manière dont celle-ci par exemple façonne l’excellence qui amène une pression consumériste (choix du « bon établissement », avec ici le cas de l’Angleterre). Les enjeux de ces nouveaux rapports école/famille sont donc importants et on ne peut en rester à des conceptions simplistes qui ont encore cours aujourd’hui (persistance d’un discours disqualifiant les familles populaires et sous-estimant leur investissement dans l’école)