Accueil > L’actualité vue par le CRAP > « Le livre jeunesse s’adresse à tous et a encore beaucoup à nous apprendre. (...)


Parution du N° 549, « Usages des livres jeunesse »

« Le livre jeunesse s’adresse à tous et a encore beaucoup à nous apprendre. »

Entretien avec les coordinatrices, Élisabeth Bussienne et Clémentine Vallée

18 décembre 2018

Quel parti tirer en classe de la profusion d’ouvrages destinés à la jeunesse, contes, romans, albums, documentaires ? Quels usages en dehors de l’apprentissage de la lecture et de l’enseignement du français, dans le premier comme dans le second degrés ? Et comment y donner accès à tous les élèves ? Beaucoup de pistes dans notre dossier, dont quelques unes sont esquissées dans cet entretien avec ses coordinatrices.


Quel était l’objectif poursuivi avec ce dossier ?

E. B. : D’abord nous voulions parler des livres jeunesse et pas uniquement de la littérature pour la jeunesse, donc intégrer au corpus les documentaires, par exemple. Le but était de montrer la diversité et la richesse du champ de l’édition pour la jeunesse et, partant, la variété des usages pédagogiques que l’on pouvait en faire. Comment utiliser les ouvrages pour la jeunesse dans toutes les disciplines (ou presque) ? Et comme ces ouvrages sont moins utilisés au collège que dans le premier degré, pour des raisons diverses dont certaines sont fort légitimes, nous voulions montrer comment ils pouvaient s’insérer dans les didactiques du second degré.

C. V. : Professeur de lettres dans le secondaire, grande lectrice, je n’avais qu’une connaissance très partielle et partiale de la littérature jeunesse lorsque je suis devenue enseignante. Paradoxalement, le livre jeunesse se résumait pour moi à des ouvrages pour les enfants de maternelle et de primaire, et sous-entendait un contenu de qualité « inférieure » à celui de la littérature générale… Cela fait maintenant quinze ans que j’enseigne, dont six années que je me passionne pour le livre jeunesse quel qu’il soit, du documentaire à la fiction, en passant par le manga et le roman. Si désormais le livre jeunesse est incontournable dans mes cours, j’ai parfois le sentiment de ne l’utiliser que de manière traditionnelle, dans des projets de lecture-écriture finalement peu originaux et ne rendant pas justice à la richesse des productions éditoriales. L’objectif de ce dossier était donc d’ouvrir le champ des possibles, en présentant d’autres usages du livre jeunesse et ce, dans toutes les disciplines.

Qu’est-ce qui a changé dans la production de livres jeunesse ces dernières années ?
E. B. : Il faudrait définir ce qu’on nomme « ces dernières années ». Des collections pour grands adolescents ont été lancées assez récemment et les uchronies y ont la part belle. Mais des documentaires exigeants, des œuvres littéraires de qualité, il en existe depuis fort longtemps. Le géant de Zéralda date de 1967, et je viens de l’entendre conseiller dans une émission culturelle à la radio ; François Place a commencé par l’illustration de documentaires dans le milieu des années 80. Peut-être les « questions sensibles », les sujets graves et les problèmes de société sont-ils plus souvent abordés, mais ce n’est pas une rupture : si la maison Talents Hauts fait sa marque de fabrique de livres non stéréotypés dans le domaine du genre, les éditions des Femmes avaient une collection jeunesse féministe il y a quarante ans. Si nouveauté il y a, c’est plutôt que ces problématiques « infusent » l’ensemble des maisons d’édition.

C. V. : Il me semble qu’aujourd’hui la production de livres jeunesse est particulièrement abondante. Elle touche un public varié allant du très jeune enfant au jeune adulte (catégorie inexistante lorsque j’étais moi-même adolescente) et s’est affranchie de certains interdits au point de s’emparer de sujets d’actualité sensibles et tabous comme dans le roman P.O.V de Patrick Bard, aux éditions Syros, qui aborde le cas d’un adolescent accro au cybersexe. Cette richesse nécessite que nous, enseignants et médiateurs du livre, soyons à la fois formés et instruits de la production actuelle afin d’utiliser au mieux cet outil avec nos élèves.

Qu’est-ce qui fait selon vous l’originalité ou l’intérêt particulier de ce dossier ?

E. B. : Un premier intérêt, à mon sens, réside dans la variété des propositions didactiques : je pense en particulier aux textes qui abordent les langues vivantes, qu’il s’agisse de l’apprentissage formel d’une langue (ici, de l’anglais) ou de la prise en compte du plurilinguisme en maternelle. Mais il est question aussi de théâtre, d’éducation morale et civique, de la prise en compte de l’image… Un autre intérêt serait l’équilibre entre premier et second degrés : ce n’était pas joué d’avance. On trouvera aussi des propositions originales, autour du manga par exemple, ou de la traduction, mais aussi pour la maternelle ; par ailleurs le dossier tient compte de l’ensemble de l’écosystème du livre, de l’auteur au libraire.

C. V. : L’originalité de ce dossier réside dans le fait qu’il s’adresse à toutes les disciplines et ne se cantonne pas à l’apprentissage de la lecture ou de l’écriture. Ainsi, en découvrant les articles des collègues de langue vivante, j’ai eu envie de mettre en place des ateliers de traduction afin que mes élèves comprennent les particularités de notre langue, jouent avec les mots, et en aient eux aussi « plein la bouche » (je cite l’article de Clémentine Beauvais) ! Pour finir, je dirais que si dans le secondaire la tentation est grande de se limiter à sa discipline, les pratiques présentées dans ce dossier permettent justement de travailler l’interdisciplinarité et d’augmenter notre champ de compétences.

Quelque chose qui vous a particulièrement marquées ?

E. B. : La difficulté pour avoir des articles de praticiens, donc enseignants, sur l’usage des documentaires, et en particulier des documentaires scientifiques. On peut le comprendre pour le second degré, où la didactique des disciplines scientifiques repose sur d’autres supports ; c’est plus étonnant pour le premier degré où je sais que le documentaire est utilisé, en maternelle surtout mais pas uniquement. Alors que ces ouvrages sont par ailleurs souvent appréciés des jeunes lecteurs et présents dans les bibliothèques et CDI (Centre de documentation et d’information). En fait, nous aurions pu faire facilement un dossier sur la littérature pour la jeunesse. Professeurs de français et professeurs documentalistes ont fait pas mal de propositions d’articles, et les professeurs des écoles proposaient surtout des travaux en littérature. À partir du moment où nous voulions un dossier ouvert sur l’ensemble de la production pour la jeunesse, c’est devenu beaucoup plus compliqué. Nous avons longtemps espéré, par exemple, trouver un auteur ou un binôme d’auteurs ayant travaillé en interdisciplinarité en français et histoire avec le roman historique ; nous avons finalement renoncé. Ce type d’activité existe pourtant dans certaines classes.

C. V. : L’un des articles du dossier, signé par Yannick Mével, à propos de l’album Tyranno le terrible a été une sacrée leçon d’humilité pour la professeur de lettres que je suis. L’usage en EMC (Enseignement moral et civique) qu’en fait le formateur auprès de ses étudiants montre comment, à partir de l’interprétation de ce texte destiné aux plus jeunes, on peut aider de futurs enseignants à mieux appréhender des situations de harcèlement… J’avais beau avoir lu de nombreux ouvrages sur le sujet, cet album a éclairé d’un jour nouveau cette problématique, me permettant du même coup de mettre des mots sur du vécu. Une preuve supplémentaire s’il en fallait que le livre jeunesse s’adresse à tous et a encore beaucoup à nous apprendre.

Élisabeth Bussienne est professeure de français et formatrice
Clémentine Vallée est professeure de français

Propos recueillis par Cécile Blanchard

Voir le sommaire et les articles en ligne

Sur la librairie

 

Usages des livres jeunesse
L’enseignant est un intermédiaire entre le monde des livres et le jeune lecteur, mais quelle place occupe aujourd’hui le livre jeunesse dans l’enseignement ? Parler du «  livre jeunesse  » et non de «  littérature jeunesse  » permet d’évoquer des pratiques pédagogiques variées dans de nombreuses disciplines.