Accueil > Publications > Articles en ligne > La révolution francaise en groupe


N°424 - Dossier "Le travail de groupe"

La révolution francaise en groupe

Par Régis Didierjean

5 mai 2004
Ce texte est le résultat de l’expérimentation croisée d’une séquence que j’ai construite pour mes élèves de 4° et qui a été reprise dans plusieurs établissements et des correspondances que j’ai entretenues avec un collègue de la région parisienne, Claude Revol, après l’essai de la séquence (d’où le tutoiement dans certaines remarques). Ce dialogue a permis l’approfondissement de l’analyse de la séquence.

Constat de départ : Difficulté de traiter cette période en 4° et même en 2° car les élèves n’ont pas la culture politique nécessaire pour comprendre l’enchaînement des événements, le rôle des hommes et pour faire la synthèse de leurs conséquences. Cela aboutit à deux réalités : les élèves s’ennuient et manquent d’intérêt ; l’enseignant explique davantage, d’où une séquence qui s’étire, la difficulté de terminer le programme. Plus il explique, plus il entre dans les détails, plus les élèves s’ennuient, moins ils comprennent. Dans le cas d’un cours « classique » ( magistral ou dialogué) l’évaluation de cette séquence ne peut porter que sur les connaissances, avec beaucoup de désillusions et peu de mémorisation à long terme et de réinvestissement de la réflexion.
C’est à partir de ce constat qu’il faut évaluer cette proposition de séquence. Si, contrairement à moi, vous avez des élèves qui ont la culture nécessaire pour comprendre la période, cette séquence n’apporte rien pour l’acquisition des connaissances.

Objectif de séquence : sélectionnez, selon les groupes, les éléments les plus importants de la Révolution française dans le domaine chronologique, biographique et dans celui de l’œuvre accomplie sur le plan des réformes.

Objectifs de la séquence :

- Objectifs de savoirs : « les épisodes majeurs et les principaux acteurs de la période révolutionnaire et impériale en insistant sur la signification politique et sociale de chaque phase retenue, les repères chronologiques (9 dates) et les documents patrimoniaux (4) » (programme du cycle central p. 42)
- Objectifs de savoir-faire : « lire, observer, identifier en utilisant des technologies actuelles, mettre en relation des événements observés et identifiés et ainsi approcher la complexité de la période, mémoriser les principaux repères chronologiques mais pas de manière artificiellement séparée de l’analyse des événements historiques » (programme du cycle central p 35 et 36).Utiliser le traitement de texte et le tableur (Collège des années 2000, B.O. du 10-6-99).
- Objectifs de savoir-être : travailler en groupes, produire en groupes en respectant des contraintes de durée ( 9 heures cf. programme p.42), de volume ( 25 dates, 25 biographies, les grandes réformes) et d’espace (une affiche de format A2 ou Raisin).

Objectif de production : rédiger, selon les groupes, des fiches biographiques ou de présentation des principales réformes réalisées pendant la Révolution française ou encore des récits d’événements, de périodes marquantes qui rythment l’intervalle 1789-1815.

L’objectif de production est pour l’élève la réalisation en groupe d’une affiche contenant la chronologie, les courtes biographies et les principales réformes. Il s’agit ici de créer une contrainte de forme qui oblige le groupe à faire des choix de longueur des textes, des illustrations (objectif- obstacle) tout en l’empêchant d’utiliser sans aucune lecture les encyclopédies en CD Rom. De cette façon « la contrainte libère » le cadre matériel, très précisément défini, libère la réflexion intellectuelle (les choix des informations) et la créativité artistique (l’organisation de l’affiche). Elle aide à la formation de l’esprit critique en obligeant le groupe à lire, à mettre en relation, à rédiger, à mémoriser et à débattre des choix de chacun. L’obligation que tous les textes soient écrits au traitement de texte est un autre objectif -obstacle qui motive beaucoup les élèves.

Support de départ : le manuel des élèves, voire d’autres manuels de 4ème, dans un premier temps puis, leur insuffisance ayant été constatée, recours aux ressources du C.D.I. lorsque c’est possible ou des élèves qui disposent d’encyclopédie sous forme de CD Rom ou classique.

Ne pas oublier dans les supports le dictionnaire. Je conseille de ne pas faire deux temps d’utilisation, mais, au contraire, de commencer par une immersion au CDI dans les documents de toutes sortes, dans le but d’apprendre la discrimination entre les documents utilisables pour la tâche et les autres. Le rôle du maître est alors de veiller à ce que les élèves ne se noient pas dans les documents. La découverte de documents très longs sur la période permet aux élèves de se rendre compte très concrètement de la complexité de la période.

Objectif de la séquence (1ère partie) :
Que l’élève, dans le cadre d’un groupe de travail, soit capable de réaliser une liste des éléments les plus marquants de la Révolution française dans le domaine qui lui est imparti puis de rédiger les fiches qui lui ont été confiées par l’ensemble du groupe.

Que l’élève ait compris en quoi les éléments retenus sont indispensables pour comprendre la Révolution française.

Comme tu l’as vu plus haut, mes objectifs de séquence sont précisément conformes au programme, même si je n’ai pas retrouvé les textes pour les savoir-être (ils doivent être dans les projets de programme, voire dans le guide pratique du collège des années 2000) . Je dois aussi préciser qu’il me semble préférable que le maître constitue les groupes en fonction de la connaissance qu’il a des élèves ( ne pas mettre tous les chahuteurs ensembles, donner les recherches les plus faciles, comme les dates, aux élèves les plus faibles, encadrer dans le deuxième temps les élèves les plus faibles par les meilleurs, etc...). Il s’agit ici d’une pédagogie différentiée.

Quelles compétences sont attendues pour réaliser nomenclature et fiches :

Savoir distinguer l’essentiel de l’anecdotique.

Temps courts, temps longs :
- Savoir faire la distinction entre événements ponctuels et périodes plus longues
- Savoir faire la distinction entre rupture et continuité.

Causalité :
- Etre capable de mesurer la portée d’un événement
- Etre capable de mesurer la portée d’une réforme
- Etre capable de mesurer la portée de l’action d’un personnage.

Quelles notions devront être acquises pour avoir compris quels sont les éléments à retenir et pourquoi :

Savoir distinguer réforme et révolution. Différencier une émeute et un coup d’Etat.

Suffrage universel et censitaire. Sujet et citoyen.

Egalité juridique et sociale - privilèges.

Monarchie absolue, tempérée et constitutionnelle.

La souveraineté, la Terreur et le « gouvernement révolutionnaire ».

Là aussi des différences qui sont sans doute dues au fait que nous ne mettons pas le même sens sous les mots. Pour ma part je m’en tiens strictement aux connaissances et compétences définies dans le programme (voir plus haut). Elles ont l’avantage d’être plus facilement évaluables, me semble-t-il, que les compétences que tu as formulées, car dans la séquence, le résultat final permet évaluation et auto-évaluation. Par contre je n’ai rien à ajouter à ce qui suit.

Les objectifs de séances :

Séance 1 : Mise en place du dispositif, constitution des six groupes de cinq ou six élèves. Deux sont chargés de rassembler 25 événements ou périodes importantes, deux doivent sélectionner 15 à 25 personnages importants et rédiger une courte biographie et les deux derniers repèrent les réformes les plus importantes réalisées pendant la période et en font une courte présentation, par écrit. Annonce de la seconde partie du travail sur la Révolution : les élèves doivent comprendre qu’ils seront répartis dans d’autres groupes, forcément différents et qu’il doivent pouvoir apporter à ce second groupe l’ensemble des éléments indispensables à la réalisation du panneau.
Séance 2 : A l’intérieur de chaque groupe les élèves se répartissent les rôles et décident de leur façon d’opérer. Ils prennent rapidement conscience de la pauvreté des éléments disponibles dans les seuls manuels scolaires et organise une stratégie pour se procurer davantage de documentation.
Séance 3 : Chacun propose aux autres ce qu’il a trouvé. Une sélection doit s’opérer soit parce que la matière disponible est trop abondante, soit que la sélection a été faite un peu sommairement et que les élèves n’ont pas retenus les seuls éléments principaux. Une réflexion sur les critères de choix peut s’amorcer avec l’aide du professeur.
Séance 4 : Recueil des derniers éléments, mise en forme définitive et éventuellement remise au professeur pour duplication, par exemple photocopie des fiches qui serviront à la deuxième partie du travail.

Démarche de préparation de séquence (2ème partie)

Objectif de séquence : Synthétiser les éléments retenus et mis en fiche lors de la séquence précédente pour permettre aux élèves de constituer leur propre trace de cours sur la Révolution Française.
Objectif de production : tableau chronologique, mettant en relation les éléments biographiques et les réformes retenus.
Support de départ : trois feuilles A3, de couleurs différentes à maroufler pour construire un panneau format A2.
Objectifs de la séquence :
Que l’élève soit capable de réaliser tableau chronologique, mettant en relation les éléments biographiques et les réformes retenus avec les événements majeurs de la période 1789-1815.

Que l’élève ait compris en quoi la période étudiée mérite un découpage chronologique aussi détaillée et en quoi il s’agit d’une rupture fondamentale dans l’histoire européenne.

Quelles compétences sont attendues pour réaliser le tableau chronologique :

Savoir utiliser et construire une frise chronologique.

Savoir rédiger une fiche biographique.

Organiser un tableau proprement et lisiblement.

Mettre en valeur les éléments importants en utilisant des figurés adaptés et lisibles.

Créativité en matière de dessins et de classement.

Quelles notions devront être acquises pour avoir compris en quoi la période étudiée est une rupture fondamentale dans l’histoire européenne :

Savoir distinguer réforme et révolution.

Suffrage universel et censitaire. Sujet et citoyen.

Egalité juridique et sociale - privilèges.

Monarchie absolue, tempérée et constitutionnelle.

La souveraineté, la Terreur et le « gouvernement révolutionnaire ».

Transformations politiques et administratives.

Les objectifs de séances :

Séance 1,2 & 3 : Réalisation du panneau attendu.

Il me semble nécessaire d’ajouter à ta présentation de la séquence les différentes évaluations , qui sont aussi annoncées aux élèves :
Evaluations :
- Evaluations formatives : Pendant toutes les séances le maître a deux rôles : garant du travail et de son déroulement et des règles données au départ ; accompagnateur de chaque élève et de chaque groupe dans leurs recherches et leur questionnement. Dans le concret il s’agit à la fois de rappeler à l’ordre les élèves qui ne font rien ou qui chahutent, d’encourager ceux qui cherchent ( ce peut être les mêmes à des moments différents), de conseiller sur le fond et sur la forme les réalisations des élèves, de faire prendre conscience à chacun dans le groupe et à chaque groupe de ses qualités, ses manques, etc...
- Evaluation sommative des connaissances à court terme : une interrogation, un devoir reprenant les faits personnages et dates prévues dans les programmes.
- Evaluation des connaissances à plus long terme : vers la fin de l’année on peut imaginer un devoir sur l’ensemble du programme, mais cette évaluation peut se faire de manière qualitative par des rappels pendant le cours sur le XIX°s .
- Evaluation sommative des savoir-faire à court terme : c’est l’affiche réalisée, sa notation se fait suivant des critères précis : 1° respect des consignes ( nombre de dates, de biographies, présences des principales réformes), 2° propreté et soin, 3° équilibre entre texte et illustrations, 4° lisibilité, 5° qualité esthétique (par comparaison entre les affiches). Cela donne une note pour tous les élèves du groupe.
- Evaluation des savoir-faire à long terme : pendant le cours sur le XIX°s, de petits travaux de recherche (biographies d’artistes, d’hommes politiques, etc...) peuvent être demandés soit à des groupes soit à des élèves seuls. Cela peut être fait aussi en géographie (les Etats au programme) ou en civique ( les institutions judiciaires, les institutions de l’Union européenne)
- Evaluation des savoir-être à court terme : chaque élève a une note de comportement pour toute la séance. Elle est le résultat de l’accompagnement de chaque élève au cours de la séquence. Elle comporte donc des parts d’évaluation du comportement individuel en classe (chahut, manque de travail etc...(c’est le résultat des remarques faites par le maître au cours de la séquence]), d’évaluation de l’investissement dans le projet ( travail en dehors des cours, apport de documents originaux etc...), d’évaluation de l’apport au groupe ( un élève peut vouloir travailler seul et ne pas tenir compte des autres membres, cela ne correspond pas à ce qui est demandé quel que soit la qualité du résultat ; [c’est comme un joueur « perso » dans une équipe de foot] , capacité de suppléer à une absence d’un membre, capacité de communiquer des documents lorsqu’on est absent, fiabilité, etc...) et enfin une auto-évaluation lors de très courts dialogues entre le maître et chaque élève au cours des différentes séquences et notamment lors de la réalisation de l’affiche , la dernière heure.
- Evaluation des savoir-être à long terme : elle ne peut être faite que lors de nouveaux travaux du même genre. Il est intéressant que cela puisse se faire dans d’autres disciplines, par d’autres professeurs .
- Evaluation collective : un « débriefing » doit être organisé après la séquence car cela permet aux élèves de s’exprimer sur la forme, sur le fond et sur leur attitude. Cela permet aussi de réajuster les modalités de la séquence et de mesurer avec les élèves ce que cela leur a apporté et de tempérer les réactions négatives (des réponses écrites individuelles ou des 6X6, valent mieux que des prises de paroles spontanées).
- Au total, chaque élève a trois notes pour cette séquence : une sur les connaissances, une sur la réalisation et une sur le comportement. Cela me semble plus que suffisant pour trois ou quatre semaines de cours.


Document distribué aux élèves de 4ème :

LA REVOLUTION FRANCAISE
ORGANISATION DU TRAVAIL DE GROUPE

- OBJECTIF : Réaliser une affiche sur la Révolution française et l’Empire
- DUREE : 4 semaines (les 12 heures prévues dans le programme)

- 1° HEURE : Présentation du travail de groupes
- 1° SEMAINE (3 heures) : 1° travail de groupe : rechercher soit les 25 dates les plus importantes de la Révolution et de l’Empire, soit 25 personnages de cette période, soit les grandes réformes réalisées pendant cette période.
- 2° SEMAINE (3 heures) : 2° travail en groupes de trois : mise en commun des 25 dates, 25 personnages et des grandes réformes.
- 3° SEMAINE (3 heures) : Réalisation de l’affiche.
- 1 HEURE : Résumé de l’affiche dans le cahier
- 1 HEURE : Bilan de la Révolution et de l’Empire

- EVALUATIONS : Une note sur 10 sur le travail de chacun dans les différents groupes (carnet de bord), une note collective sur 10 pour l’affiche ( double correction), une note d’interrogation finale sur 20.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 562, Profs : exécutants ou concepteurs ?

    Eléments de bibliographie
  • N° 562, Profs : exécutants ou concepteurs ?

    Une liberté à saisir
  • N° 562, Profs : exécutants ou concepteurs ?

    Stratège, scénariste et bricoleur
  • N° 562, Profs : exécutants ou concepteurs ?

    Un vilain petit canard ?
  • N° 562, Profs : exécutants ou concepteurs ?

    Entre le marteau et l’enclume
  • N° 561, L’éducation à la sexualité

    Précieuse littérature
  • N° 561, L’éducation à la sexualité

    « Est-on obligé de tomber amoureux ? »
  • N° 561, L’éducation à la sexualité

    Grossesses adolescentes
  • N° 561, L’éducation à la sexualité

    Le professeur de SVT, scientifique et éducateur
  • N° 560 - Urgence écologique : un défi pour l’école

    Des ressources en tous genres