Accueil > Appels à contribution > La coéducation


La coéducation

Un dossier coordonné par Andreea Capitanescu Benetti et Soizic Guérin-Cauet


En France comme ailleurs, on s’interroge sur les nouvelles formes d’interdépendance entre les acteurs intérieurs à l’école et ceux de l’extérieur. L’appel de Bobigny en 2010 prenait acte de la nécessité de « promouvoir la coéducation, la coopération éducative de tous les acteurs, garantir la place et les droits des parents, des enfants et des jeunes, et mobiliser avec ce projet éducatif global toutes les ressources éducatives des territoires et de l’école [...] ». Neuf ans plus tard, où en sommes-nous ?

Dans ce futur dossier, nous nous demanderons ce que nous pouvons faire ensemble pour aider tous les enfants à grandir et mieux apprendre à l’école. Dans le terme « ensemble », il y a l’idée de ne pas se contenter d’une cohabitation plus ou moins forcée mais de réfléchir à la place de chacun et à la façon de croiser les regards et de conjuguer les actions pour le plus grand bénéfice des enfants.

Travailler en partenariat avec les différents acteurs de la communauté éducative fait officiellement partie des compétences des enseignants. Le partenariat commence avec les parents, mais il ne s’y limite pas...

En premier lieu, nous nous interrogerons sur les conditions de la coéducation avec les parents :
- Quelles pistes existe-t-il pour favoriser cette coéducation entre parents et enseignants ? Quels freins la rendent difficile ?
- Jusqu’où les professeurs ont-ils leur mot à dire sur ce qui se passe à la maison et inversement, jusqu’où les parents ont-ils leur mot à dire sur ce qui se passe en classe ? Comment peut-on travailler cette question des territoires au sein d’un établissement scolaire pour que l’enfant puissent avoir confiance dans les adultes ?
- Comment sortir des impasses relationnelles, qui mettent en tension les valeurs de l’école et celles de la famille ?
- Au moment de l’orientation, comment se positionnent les différents acteurs pour que le choix fait soit le meilleur possible pour l’enfant ?
- Qu’en est-il dans les internats ?

Mais l’école doit aussi s’ouvrir et tisser des liens avec des partenaires qu’elle reconnaît compétents en matière d’éducation. Comment faire pour que ces relations s’inscrivent dans une véritable coéducation ? Quelles sont les attentes de ces partenaires ? Nous serions intéressés par des témoignages de professionnels hors de l’Éducation nationale, dépendant des collectivités territoriales (personnels TOS, clubs sportifs, activités périscolaires...) ou des associations, voire du monde économique (stages en entreprise...).

Comment éviter certaines dérives possibles du développement de pratiques coéducatives ? Qu’une coéducation tournée vers le contrôle en vienne à freiner le développement de l’autonomie des enfants et adolescents, qu’une coéducation de l’entre-soi laisse sur le bord du chemin les élèves de familles ou de cercles sociaux les moins facilement en phase avec les pratiques scolaires, etc.

Tous les niveaux, de la maternelle à l’université, sont concernés par ce thème et nous intéressent. Toutes les questions que vous soulèverez seront les bienvenues. Vous pouvez aussi compter sur notre accompagnement dans l’écriture si vous le souhaitez.
Les propositions de contribution sont à envoyer avant le 1er décembre à (remplacer le [at] par @) :

Andreea.Capitanescu[at]cahiers-pedagogiques.com
Soizic.Guerin[at]cahiers-pedagogiques.com